Dimanche 21 Avril 2019
Arles, Bohórquez, Alès, Fortes…
Vendredi, 06 Avril 2012

arl06ww

Triomphe de la terna dans une plaza d’Arles totalement « empadillada ». Juan José Padilla, Juan Bautista et Sébastien Castella a hombros avec le mayoral de Domingo Hernández…

Autant vous le dire tout de suite, je n’ai pas boudé mon plaisir et cette tarde arlésienne restera mémorable à plus d’un titre, même si quelques huissiers de service protesteront sur le nombre assez généreux de trophées accordés. Mais la corrida n’est pas que pure mathématique et derrière le bilan comptable il y a heureusement tout ce qu’il en reste, ce qui nous transporte et qui touche aussi le cœur et les tripes…

Aujourd’hui, l’histoire, c’était avant tout celle d’un bandeau, ou plutôt d’un torero meurtri, ayant repris goût à la vie à partir du moment où il a lutté pour revenir dans les ruedos (voir chronique). Le public, au demeurant nombreux, plus de trois quarts d’arène, lui a réservé une formidable ovation qu’il a tenu à faire partager à ses compañeros.

arl06z

Et comme les toros de Domingo Hernández ont été aussi de la partie, s’avérant pour la plupart encastés, la fête n’en a été que plus belle… D’ailleurs, le troisième a été honoré de la vuelta posthume et à l’issue de la course, le mayoral a salué avant de partager la sortie a hombros de la triplette…

dh06t

Juan José Padilla - deux oreilles et deux oreilles - a donc récolté une chaleureuse ovation à l’issue du paseo, venant de la part d’un public qui lui a témoigné une profonde sympathie, comme on pourra plus tard s’en rendre compte lors de ses vueltas oreilles en mains puis sa sortie a hombros avec ses compagnons de cartel et le mayoral.

Etalant d’excellentes dispositions dès la réception au capote de son premier et après deux rencontres, le Jerezano allait encore faire monter la pression avec les palos. Ensuite, brindis à l’assistance puis trasteo complet marqué par des séries appliquées et bien dosées sur les deux ailes. Entière.

jjp06w

Il reçut le quatrième par trois largas afaroladas de rodillas qui donnèrent encore le ton. Après deux assauts dans le peto, Padilla régala encore une fois l’auditoire avec les banderilles puis débuta sa faena assis à l’estribo, s’engageant dans des séries au tracé harmonieusement exécuté, concluant à nouveau d’une épée efficace. A l’issue de sa vuelta, il prit une poignée de sable qu’il embrassa avant de l’enfouir dans son chaleco, puis visiblement très remué, il se lança dans un deuxième tour de piste alors que sur les étagères l’émotion était à son comble. Formidable Padillazo…

Juan Bautista - oreille et deux oreilles - a pris un deuxième toro qui poussa à deux reprises dans le peto et auquel il donna un excellent quite par chicuelinas avant de brinder à Padilla. Début par superbes doblones en se fendant puis enchaînements templés à transmission irrégulière, le tout étant conclu par une entière.

jb06w

Avec le cinquième qui sortit en trombe et qu’il reçut les genoux dans le sable avant de pousser au cheval,  l’Arlésien cèdera à la demande populaire pour instrumenter un tercio de banderilles relevé par un quiebro puis un violon. Brindant au conclave et sans ses zapatillas, Juan a ensuite fait le boulot face à un adversaire qui ne l’a pas beaucoup aidé, commençant à genoux et manifestant dans son trasteo un gros désir de s’imposer sur ses terres et de ne pas laisser ses compañeros partir seuls a hombros. Opération réussie après un espadazo.

Pour tout dire, aujourd’hui, Sébastien Castella - deux oreilles et deux oreilles - a par moments tutoyé les anges… Brillant d’emblée sur un enchaînement véroniques/chicuelinas du meilleur tonneau, il se lancera, après deux piques poussées, dans un récital débuté au centre, pieds joints, dans un calme remarquable et une indiscutable maîtrise qui font la marque des grands. Espadazo et vuelta au toro.

sc06w

Face à l’ultime, Sébastien brilla sur un quite  par chicuelinas, le bicho manifestant des manières de manso à la cavalerie, ce qui n’empêcha pas le Biterrois de se le mettre rapidement sans sa canasta après un des plus beaux moments toreros de l’après-midi, son début de faena au centre par quatre cambios serrés, j’allais dire couillus, les pieds rivés au sol. Impressionnant de quiétude, Castella a par la suite totalement convaincu un public qui a pu constater sa grande maîtrise technique autant que son impact artistique face à un client qui n’était pas le plus commode de l’envoi. Une grande tarde aussi pour le Biterrois.

Matinée triomphale pour Lilian Ferrani et l’élevage de François André…

Un ciel « qui se promène »,  un bon millier de personnes et un peu plus de deux heures d’une ouverture non piquée entretenue, grâce notamment à un  jeune aspirant local, Lilian Ferrani, et un superbe lot d’erales des Héritiers de François André, bien dans le type, d’excellente présentation et donnant un jeu à faire pâlir de rage tout ce que l’Espagne compte d’élevages réputés !!! Un réel bonheur de voir applaudir autant à leur entrée qu’à l’arrastre six toritos recelant autant de qualités… Le sixième a eu les honneurs de la vuelta posthume, certainement pour récompenser l’ensemble de l’envoi, et Frédéric Lautier a salué à l’issue de la cours avant de faire la vuelta en compagnie de Lilian Ferrani.

fa06w

José Cabrera - oreille et saluts -, venu d’Almería et accompagné par Ruiz Manuel, un poil enveloppé dans son costume rose bonbon de chez Mignon, a un peu cafouillé ses capotazos de réception face à son premier, avant de banderiller avec plus de décision que de précision. Bons doblones en début de faena avant une multitude de derechazos électriques, une bousculade sans gravité, poursuite par accumulation de derechazos sur le voyage et entière d’effet immédiat qui a certainement compté dans l’obtention d’un trophée.

jc06v

Avec le quatrième, applaudi à sa sortie pour ses « hechuras », Cabrera se distingua au capote puis instrumenta un tercio de banderilles original, citant sa deuxième paire assis sur un tabouret avant d’enchaîner un violon… A la troisième, il exécuta un quiebro qui lui valut un sérieux accrochage dont il se sortit heureusement sans mal… Entame de faena avec un cambio terminé désarmé puis trasteo haché, Cabrera se faisant toutefois remarquer par son aguante face aux retours menaçants du bichito. Mais à mon goût, son principal défaut aura été de vouloir en faire des tonnes au détriment d’une pureté qui ne semble pas être sa volonté première.

jc06w

El Roque, saluts et silence-… Vous avez de la chance, vous n’avez pas le son !!! J’avais déjà mesuré à Bayonne puis à Dax de quoi il était capable, façon de parler, mais là, surprise, je l’ai presque trouvé calmé. Est-ce par rapport aux conseils de José Ignacio Sánchez ? En tout cas, finies les réceptions a portagayola et les agenouillements… Mais chassez le naturel, il revient au galop et dans une nouvelle version d’un toreo mi figue-mi raisin, entre tremendisme, vulgarité et séquences plus élaborées, il nous a servi un plat sucré-salé qui au final eut du mal à passer la rampe. Le tout à grand renfort de vociférations… Peut-être une autre fois, avec des Boules Quiès…

roq06w

C’est finalement le jeune diestro local Lilian Ferrani - deux oreilles et oreille - qui ne m’a pas permis d’écrire que ces erales de François André étaient de la confiture donnée à des cochons… Déjà repéré l’an dernier où je lui trouvais « des choses », il a totalement éclaté ce matin « dans son jardin », étant le seul à proposer une réplique cohérente et ajustée à un bétail de luxe…

lf06w

Raffinement des gestes au capote, faenas égrenées par des gestes de classe, l’Arlésien a laissé une excellente impression et a eu l’intelligence et la technique de profiter de la caste de ses deux opposants. A revoir… avec grand plaisir !!!

lf06v

BOHÓRQUEZ

Incomplètement remis d’une récente blessure, Andy Cartagena a dû déclarer forfait pour la corrida de rejón de la feria arlésienne. Il sera remplacé par Fermín Bohórquez…

ALÈS

al06y

Location : par internet dès le mardi 10 avril sur le site : http://feria.ville-ales.fr/ et directement à l’office de tourisme d’Alès à compter du 2 mai (place de l’Hôtel de ville) ou par téléphone au 04 66 56 11 04.

al06w
(Communiqué)

FORTES

Pour la corrida picassiana de ce samedi à Málaga, le jeune diestro local Jiménez Fortes revêtira un costume gris et argent, son capote de paseo étant inspiré par le fameux tableau « Guernica », de Pablo Picasso, conçu par le peintre Antonio Cárdenas…

jf06w

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 arl28aff

 nim20aff

 al23aff

 ist25aff