Vendredi 19 Avril 2019
Lima, Lartigue, Luque, Padilla, Sánchez Mejía, Saldívar, Torería, Talavante, Fernay…
Lundi, 19 Novembre 2012

jb19xx

Autre triomphe de Juan Bautista qui est sorti a hombros en compagnie de Fandiño et Alfonso de Lima…

Face aux toros de La Carolina, l’Arlésien a salué au premier avant de couper les deux oreilles du quatrième.

Iván Fandiño a lui aussi brillé, obtenant à son tour deux trophées face au quinto et le jeune diestro local Alfonso de Lima a indulté le sixième, « Vencedor », de San Esteban de Ovejas, au terme d’un long trasteo qui a fini par convaincre le président de tomber le pañuelo orange.

LARTIGUE

Déjà conforté dans son rôle de mandataire à Bayonne pour les trois prochaines années, Alain Lartigue occupera dorénavant cette fonction à Vic-Fezensac pour la prochaine temporada, premier effet de la nomination de Marcel Garzelli à la tête du Club Taurin Vicois et du changement de mode de gestion.

A Bayonne, la taille de la temporada ne devrait pas changer, et à Vic, il y aurait quatre courses, soir quatre corridas de toros, soit une novillada piquée et trois corridas.

al19xBrindis d’Antonio Ferrera à Alain Lartigue

LUQUE

Triomphe de Daniel Luque à Mexico lors de la quatrième corrida de la Temporada Grande avec deux oreilles coupées à son premier adversaire de La Estancia au terme d’une faena templée et inspirée.

dl19x

PADILLA

Juan José Padilla a indulté le toro « Jardinero », d’El Capiro, dans la plaza de Valencia de Venezuela.

jjp19x

Morenito de Maracay, qui faisait sa despedida, a obtenu un trophée à son premier et El Fandi a coupé une oreille à son second.

SÁNCHEZ MEJÍA

Après un retour dans sa Colombie natale avec au programme une novillada à Manizales, Santiago Sánchez Mejía est revenu quelques temps chez nous, notamment pour soigner sa blessure au poignet consécutive à l’entrée a matar de son premier novillo. Une blessure qu’il soigne quotidiennement chez son ami Yves Benquet, kiné à Vauvert…

ssm19b

« Je garde bien sûr un excellent souvenir de mon retour dans mon pays, c’était très émouvant pour moi d’être entouré des personnes que j’aime et qui m’entourent et qui me suivent.

Cette novillada de César Rincón a représenté un jour particulier sur le plan émotionnel. Elle était très noble, très bien présentée, il ne lui a manqué qu’un peu de transmission, mes deux novillos étaient tardos, mais ils m’ont tout de même permis d’exécuter le toreo comme je l’entends, en faisant les choses qui me viennent du cœur.

Le premier m’a permis d’exprimer ce que je ressens en toréant, j’étais très « a gusto » au capote, puis j’ai invité mes banderilleros à exécuter le tercio comme ils l’entendaient et ce fut un grand moment car pour moi ces professionnels sont aussi de grands maestros à qui il faut donner de l’importance. A la muleta, ce fut une explosion de sentiments, tout se passait bien, j’ai même toréé avec deux muletas, et après, étant en totale confiance, j’ai voulu estoquer le novillo en partant de très loin, environ dix mètres, je me suis élancé pour porter une estocade al encuentro et malheureusement j’ai pinché, et c’est à ce moment que j’ai subi cette blessure au poignet. Après la vuelta, j’ai gagné l’infirmerie où l’on m’a fait une infiltration et administré des calmants pour diminuer la douleur.

ssm19a

Je suis ensuite retourné en piste pour lidier mon second adversaire qui permettait beaucoup, surtout au capote, puis j’ai encore invité les banderilleros qui se sont surpassés et ont mis la plaza debout… Malheureusement, le novillo a ensuite changé, il a duré très peu et j’ai dû écourter la faena. Mais malgré le fait d’avoir pinché, le bilan a été très positif, le public est sorti content et cette course a eu des répercussions, puisque j’ai été répété pour toréer pendant la Feria de Manizales le 8 janvier, m’ouvrant en outre les portes de Cali le 15 décembre et de Medellín le 20 janvier. En outre, le triomphateur de Cali aura droit à un autre contrat, ce qui pourrait m’offrir en cas de succès une autre opportunité.

Evidemment, cette blessure me contrarie beaucoup car depuis, je ne peux guère toréer de salon et aller m’entrainer au campo. Je passe mes journées chez le kiné, du matin au soir, en faisant juste une pause pour le repas, dans l’espoir bien sûr de complètement récupérer, ce qui semble en bonne voie. Mais il me tarde de reprendre une préparation normale !

Je suis très heureux d’être ici, c’est mon second pays, mais je repartirai en Colombie début décembre pour préparer la novillada de Cali et si tout va bien, je reviendrai en France fin février en espérant évidemment que j’aurai chez vous des occasions de toréer lors de la prochaine temporada.

En Colombie, les problèmes viennent de politiciens qui ne comprennent pas grand-chose à la tauromachie et actuellement, être anti-taurin est devenu à la mode ! Ils veulent prohiber pour prohiber, surtout pour des raisons de clientélisme. C’est surtout à Bogotá, avec les positions du maire, que les choses se sont compliquées, mais la corrida est légale en Colombie et je reste persuadé que tout ça s’arrangera parce que lorsqu’on est élu, on ne peut pas aller contre la loi ! » 

L’avis de son kiné, Yves Benquet

« Santiago a une fracture de l’apophyse du styloïde du cubitus, qui est l’extrémité inférieure de cet os de l’avant-bras et qui sert d’attachement au ligament latéral externe du poignet. En pinchant, ça a produit un choc dont la conséquence a été un arrachement  ligamentaire. C’est la même chose que ce qui peut se passer au niveau d’une cheville quand on dit qu’il y a une entorse grave, c’est que lorsque le ligament est mis sous tension, il arrache une partie de l’os. Il a donc été plâtré en Colombien, mais à mon avis, comme son poignet était très enflé, le plâtre n’a plus joué son rôle de maintien, lorsque son poignet a désenflé, d’où une récupération qui n’est pas totale. C’est pour ça qu’il porte encore une attelle et après, ce n’est qu’une question de temps pour une cicatrisation définitive.

ssm19c

Dans ce cas, on perd très vite de la force musculaire, même à cet âge-là, et donc le but est de muscler à nouveau l’avant-bras et le bras sans mettre en jeu la fracture. Sous l’attelle, je lui ai posé un strapping, ce qui fait que son poignet ne bouge pas. Compte tenu du retard que j’ai évoqué, on peut raisonnablement penser que dans dix ou quinze jours, tout ça ce ne sera plus qu’un mauvais souvenir. »

SALDÍVAR

Triomphe d’Arturo Saldívar à Guadalajara, le Mexicain coupant une oreille à chacun de ses toros de Santa Maria de Xalpa, Alejandro Talavante obtenant un trophée à son premier et Sergio Flores coupant une oreille à son second.

as19w

Résumé vidéo de Feria TV en cliquant ICI

TORERÍA

Depuis celle de Morante à Nîmes, la chaise a retrouvé ses lettres de noblesses taurines. Elle sera à l’honneur pour les journées de Torería les 16 et 17 mars prochain à la Chapelle Sainte Anne à Arles. Pascale Balie présentera ses chaises dans tous leurs états taurins, Paquito Leal ses fauteuils de capote y alamares et Ivan Martinez ses sièges ganaderos en fer forgé.

L’invité d’honneur sera, s’il ne torée pas ce jour-là, David Adalid, le meilleur banderillero actuel, aux ordres de Javier Castaño, tandis que le 1er trophée «Pierre Charrain» sera remis par le matador de toros navarrais Francisco Marco, ami commun de l’ami Don Pedro.

da19x

En plus des artistes retenus pour notre troisième concours international d'expression artistique sur le thème : "Le toro dans le monde et sa fête", deux sculpteurs et deux peintres espagnols seront nos invités avec un artiste cubain et un créateur de vêtements de lignes taurines : «Traje de luces» de Pamplona.

Toreo de salon, conférences, remises de prix, découverte et dégustation de las « cuanetinas de Torería » et un programme encore en cours d’évolution, mais retenez déjà les dates : 16 et 17 mars 2013.

TALAVANTE

Va-t-on aller vers une temporada 2013 marquée par davantage de « gestes » ?

at19x

Ce serait évidemment tout bénéfice pour l’aficionado qui attend plus de diversité et d’originalité. A ce propos, il est question d’une encerrona d’Alejandro Talavante avec six toros de Victorino Martín en plaza de Las Ventas, un élevage qu’il n’a jamais lidié à ce jour !

FERNAY

Retour sur les derniers tentaderos de la ganadería Fernay, notamment avec notamment Javier Conde et sa faena « de los candiles » ou encore « pieds nus, a campo abierto »…

jc19x

Cliquez ICI

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 arl28aff

 al23aff

 ist25aff