Dimanche 21 Avril 2019
El Fundi, Rodilhan, Toro Mag, Camille…
Lundi, 28 Octobre 2013

bez28xy

Emouvant hommage à El Fundi lors de la “Nuit des Toros d’Oc” à Béziers…

La grande salle de « Zinga Zanga », absolument comble, avec des professionnels et des aficionados venus des quatre coins de notre planète taurine, une animation de qualité avec l’orchestre « El Ruedo », une superbe décoration de Pronatoro, des enchaînements dignes des plus grandes faenas à charge de Rolland Agnel,  tout contribuait à ce que cette soirée des « Toros d’Oc » soit une parfaite réussite. Et elle l’a été.

bez28a

Chronologiquement, les lauréats de ces 31èmes journées taurines sont montés sur scène pour recevoir leur trophée en présence de Raymond Couderc, Sénateur Maire, et Marie-Hélène Anglade, adjointe à la tauromachie, entourés de personnalités politiques et taurines, au premier rang desquelles Bernard Mula, président de la Fédération des Clubs du Biterrois, et de Claude San Nicolas, qui a beaucoup œuvré pour l’organisation de ces journées.…

 bez28c

La première partie de la soirée a été consacrée à l’hommage au Fundi, un torero que Béziers connait bien puisqu’il a toréé quatorze fois au Plateau de Valras, dont la moitié pour des « miuradas ».

 bez28b

Rappel de ses triomphes, de ses moments plus délicats, et de ce qu’est à présent sa nouvelle vie, aux côtés de son épouse Ana Belén et sa maman María, qui toutes les deux ont pris la parole en suscitant une réelle émotion dans l’assistance…

 bez28po

Joselito étant excusé, José Luis Bote avait tenu à faire le déplacement malgré des soucis familiaux, et lui aussi a été récompensé pour ce qu’il a représenté dans la trajectoire de son ami José Pedro. Un autre grand maestro…

bez28e

Pour la circonstance, El Fundi a reçu de nombreux cadeaux, dont la médaille de la Ville, remise par Raymond Couderc.

bez28r

Avec aussi plusieurs témoignages, dont celui de Jean-Marie Egido, pour l'UVTF, et de son compañero Denis Loré...

bez28d

Ensuite, la soirée s’est poursuivie pendant le repas avec la remise des Trophées 2013 de la temporada biterroise…

Triomphateur de la Feria : Juan Bautista

bez28q

Etant actuellement au Mexique, le trophée a été remis à son père, Luc Jalabert.

Meilleure faena : David Mora

bez28p

Meilleure estocade : Javier Castaño

bez28oPrix remis à David Adalid

Meilleur lot de toros : « Castellano », de Robert Margé

bez28n

« Rajadito », de Miura

bez28m

bez28k

Meilleur novillero : Cayetano Ortiz

bez28x

Meilleurs banderilleros : David Adalid et Fernando Sánchez

bez28i

Prix spécial Midi Libre à l’ensemble de la cuadrilla de Javier Castaño

bez28j

Coup de Cœur : Joao Machado

bez28g

Meilleur razeteur : Katiff Zico

bez28f

Un trophée a été aussi attribué à Sébastien Castella pour tout ce qu'il a apporté à la tauromachie. En son absence, c'est sa maman qui l'a recueilli, entourée des élèves de l'Ecole Taurine de Béziers Méditerranée.

bez28l

A la mi-journée, El Fundi a visité le musée taurin où il a pu notamment découvrir une salle entièrement décorée avec ses photos. Souvenirs, souvenirs…

bez28v

Après cette visite, le maestro de Fuenlabrada a été reçu par Antoine Martinez, président de l’emblématique CTPR Oliva, une chaleureuse réception à laquelle a notamment participé une délégation dacquoise…

bez28u

Ensuite, direction la Colonie Espagnole qui recevait pour la première fois un torero ! Cette sympathique manifestation s’est déroulée en présence du Consul D’Espagne en résidence à Montpellier, avec la participation du nouveau CTPR « La Querencia » Languedoc Roussillon.

bez28w

A noter encore que la veille, dans une salle comble, El Fundi a participé à une rencontre-débat orchestrée par Rolland Agnel, assisté de Guy Tanguy et de moi-même. Bientôt ici, l’intégralité de ses déclarations…

bez28t(Photo Michel Volle)

RODILHAN

Trois réactions après les débordements des anti-taurins à Rodilhan…

Communiqué de Jean-Paul Fournier, Sénateur Maire de Nîmes, Vice Président du Groupe d’études sur la Tauromachie au Sénat…
 
Violence des Anti-corrida

Le Sénateur Jean-Paul FOURNIER appelle ses collègues parlementaires à se réunir très rapidement...

« La préméditation ne relève ni de la colère ni de la réaction. Elle ne régit qu’aux actes de délinquance. La violence des gestes suit très souvent la violence du verbe. Nous venons de le vérifier ce dimanche à Rodilhan.

 Les incidents déplorables qui ont émaillé cette journée taurine ont été pensés et générés par les propos extrêmes et récurrents. Ces paroles sont distillées à longueur d’année par certains leaders du mouvement anti-corrida dans une résonance politique proche des doctrines de la gauche extrême.
 
Oui, la tauromachie a des bases parfaitement légales dans notre pays.
 
Oui, être libre d’exprimer sa contestation y compris contre ce qui est parfaitement légal, est un droit fondamental. C’est une des principales libertés publiques pour laquelle l’élu républicain que je suis se battra toujours pour en être le garant, même si je ne partage pas les idées et les revendications exprimées.
 
Non, l’agression de citoyens par d’autres citoyens n’a pas sa place en démocratie.

Les faits prenant depuis quelque temps une forme chronique très inquiétante. J’ai pris contact aujourd’hui avec Alain Marleix, Président du Groupe d’étude sur la tauromachie à l’Assemblée Nationale, ainsi qu’avec mon collègue Raymond Couderc, Président du même Groupe au Sénat, afin d’organiser dans les meilleurs délais, une réunion conjointe des parlementaires qui en sont membres, pour alerter ensemble le Ministre de l’Intérieur sur les dérives inacceptables observées au sein du collectif anti-taurin à l’origine des ces agressions et d’en envisager la dissolution. »

Récit de Christophe Chay, journaliste…

"Les yeux brûlent encore un peu... Les vapes de gaz lacrymo ont autant pollué l'air d'une petite commune ce dimanche que les sirènes de guerre rompant le silence dominical d'un village aspirant plus que tout à la paix. J'y ai croisé des ouailles, désorientées que la messe du dimanche matin soit avancée le samedi soir afin que la cérémonie ne soit pas perturbée... J'y ai croisé une mamy octogénaire, pétrie d'afición, qui m'a montré les blessures de son bras après avoir été bousculée dans des ronces par de "pacifistes manifestants non-violents"... J'y ai croisé des villageois sans histoire, apeurés par l'état de siège de leur village, confinés dans leurs maisons, certains plus âgés avec la peur au ventre, d'autres plus jeunes, pris à parti physiquement par de "pacifistes manifestants non-violents". Visage en larmes, la jeune cavalière, pétrie de fé di bioù, crie à l'injustice, se fait essuyer le visage tuméfié par des habitants sur le pas de leur foyer... Les sirènes redoublent alors que les spectateurs quittent les arènes aux côtés de leurs élus, avec la satisfaction de la réussite de leur journée. En passant sous le porche filtré, quatre jeunes du village, âgés de 8 à 13 ans interpellent une vieille dame : "eh madame ! Vous étiez à la corrida ? Vous aimez ça ?!", et la dame de répondre "oui bien sûr !", et les petits de rétorquer "vous avez bien raison ! Nous, on connaît pas, mais on veut bien y aller ! C'est les fous qui nous en donnent l'envie !". Esprit de contradiction quand tu nous tiens...

Un groupe d'aficionados prend un verre à la sortie des arènes pendant que quelques confrères journalistes découvrent avec stupéfaction que leur voiture a subi quelques modifications d'ordre pneumatique ou autre. Les CRS s'approchent des aficionados accoudés au comptoir du Restaurant des Arènes : "ne restez pas longtemps ici, nous allons bientôt partir". Le groupe quitte les lieux et s'entend dire par les gendarmes mobiles au niveau du deuxième barrage filtrant : "on vous déconseille de passer par là. Ils sont là-bas et vous attendent pour vous provoquer. Ca peut dégénérer..." Le périmètre de sécurité de 400 mètres a été allègrement profané, Rodolfo cherche encore une toise pour me le prouver. Ce dimanche, j'ai aussi croisé un père de famille, salement pris à partie par des "pacifistes manifestants non-violents" et dont les filles s'inquiétaient qu'il n'ait pas réussi à passer le barrage filtrant. Dans ce Berlin du XXIe siècle le Mur de la Honte n'est pas celui que l'on croit, et le rideau de fer est projeté à terre, aux pieds des CRS, obligés de faire reculer de "pacifistes manifestants non-violents", dont des armes ont été retrouvées dans un coffre de voiture. "Défendez-vous en ne disant rien et ne répondant à aucune provocation" nous disaient-ils... Très bien monsieur, mais alors pourquoi un avocat respectable a été pris à partie, s'est fait cracher dessus avant d'être peinturluré en rouge par de "pacifistes manifestants non-violents" ?

Autant de questions qui me turlupinent, tout comme ce Molière d'honneur, plus ridicule que précieuse, qui récompense la phrase la plus drôle de l'année, déclamée par Jempire : "Nous condamnons toute insulte et tout dérapage". Sûr que la remise de cette récompense va être retransmise en direct sur BoboFMTV. Selon les derniers comptages, Jempire aurait dépassé le cap des 8.000 citations des termes "tortionnaire", "assassin" et "barbare"... en une journée. Pas mal pour quelqu'un passé maître dans l'art de l'éructation. Des vapeurs émanent encore derrière ce lotissement, les "pacifistes manifestants non-violents" brûlent une affiche, alors que d'autres se jettent à terre pour empêcher les courageux qui osent faire face à la vindicte anti-spéciste. Un villageois à deux-roues s'arrête net et se fait molester par de "pacifistes manifestants non-violents", forçant les gendarmes à intervenir... On parle de procureur de la République derrière moi. Évoquerait-on enfin la possibilité d'une plainte par le parquet ? D'une dissolution définitive d'un groupuscule ayant fait régner la terreur aujourd'hui ? Nous sommes en 2013, dans un paisible village de France, la journée est enfin terminée, avec aussi son lot de joie et de succès. Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ce dimanche à Rodilhan ne saurait être que purement réelle et bien ancrée dans la réalité."

Témoignage d’Emmanuel Durand, avocat de l'ONCT :

"J'ai été appelé par les organisateurs pour présider le festival de Rodilhan de ce jour car les candidats au palco ne se bousculaient pas. Je suis donc arrivé sur place vers 13h15 et en essayant d'accéder aux arènes j'ai été apostrophé par une meute hystérique de militants anti corrida, la plupart masqués, preuve de leur courage. En traversant le parking devant le périmètre sécurisé par les forces de l'ordre j'ai été attrapé par deux militants qui m'ont immobilisé pendant que deux filles positionnaient une corne de brume de chaque coté des mes oreilles et m'ont complètement assourdi. En reprenant mes esprit face à la douleur provoquée j'ai été encerclé par une vingtaine de manifestant qui me poussaient de l'un à l'autre en proférant des injures et menaces de mort devant le cordon des forces de l'ordre qui regardait sans bouger. Puis un manifestant m'a jeté un liquide ressemblant à de l'urine sur les jambes et en relevant la tête un autre est arrivé avec une bouteille pleine d'un liquide rouge visqueux dont il m'a aspergé pendant qu'un second en faisait de même dans mon dos. Ce n'est qu'à ce moment qu'un gendarme a pris la décision d'intervenir et me mettre en sécurité. Je vais bien entendu déposer plainte. Si certains aficionados présents ont pu filmer ou photographier mon agression merci de me contacter.

rod28r

 

TORO MAG

tm28t 001

CAMILLE

Camille Juan et la tauromachie populaire

"Le torero nîmois Camille Juan, conscient de la nécessité d’ouvrir la tauromachie au grand public afin de la rendre plus populaire, a récemment participé à plusieurs exercices de divulgation qui ont connu un franc succès. En effet, il a présenté à des publics aficionados et non-aficionados les motivations qui le poussent à affronter le taureau et, plus généralement, les enjeux qui se nouent dans l’arène lors de deux rencontres passionnantes. 

cj28c

Samedi matin, au cours d’un Café-toro, il était chaleureusement accueilli par la coordination des clubs taurins nîmois afin d’évoquer la journée taurine organisée le dimanche 20 octobre dans les arènes de Manduel. A l’aise micro en main, le matador de toros Nîmois a exposé avec la clarté et la sincérité qu’on lui connaît sa manière de concevoir la lidia du taureau brave. Une lidia sincère, pure, complète, respectant les canons de la tauromachie classique, adaptée au comportement du taureau : voilà le message que Camille Juan livra aux nombreux aficionados présents.

cj28w

L’après-midi, il fut invité à participer à une manifestation de découverte et de promotion de la tauromachie organisée dans les locaux de la médiathèque de Saint Gilles. Là encore, Camille sut captiver le public venu nombreux découvrir les subtilités de l’art du toreo. Il offrit une séance de toreo de salón lors de laquelle les plus jeunes furent invités à dessiner leurs premières passes. Une superbe initiative, qui sera certainement renouvelée dans un futur proche avec Camille Juan."

cj28x
(Communiqué)


 

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 arl28aff

 nim20aff

 al23aff

 ist25aff