Dimanche 21 Avril 2019
Fandiño, Rion, Préfets, Mexique, Duitama, Bolívar, Muleta, Prácticos, Tendido Cero…
Lundi, 25 Novembre 2013

if25xz

L’Oreille d’Or de Radio Nacional España à Iván Fandiño pour la deuxième fois consécutive…

Le maestro d’Orduña s’est vu décerner ce fameux trophée correspondant au programme « Clarín » de Radio Nacional España, les autres toreros ayant eu des voix étant Morante de la Puebla, El Juli et Miguel Ángel Perera.

miu25z

Quant au « Hierro de Oro », destiné à la meilleure ganadería de l’année, il est allé à celle de Miura, devant Victoriano del Río, Garcigrande, Parladé, Jandilla et Fuente Ymbro.

RION

Voir le résumé du festival avec la vidéo de « Vuelta a los Toros » en cliquant ICI

rion25v

 Communication du site Facebook "Anti Anti Corridas"...

"Retour sur Rion des Landes : des initiatives très intéressantes de la part de l'organisation, une action pour rien chez les Anti, et des questions qui doivent être posées.

 Les Anti que nous avons vus à Rion des Landes étaient quelques dizaines. Nous étions des centaines. Nous avons assisté à la fiesta campera. Ils ont campé dans la rue. Nous avons salué et applaudi. Ils ont scandé et insulté. Nous avons assisté à une journée tout à fait légale. Ils ont bloqué un jeune matador dans un bar.

 Difficile de résumer autrement cette journée où des Anti sont venus de très loin pour faire de la figuration. Ils ont beau faire de cette journée un succès sur leurs blogs ou pages Facebook, on s'interroge pour savoir à quoi a pu leur servir concrètement cette action. Seul leur objectif de provoquer encore et toujours des frais supplémentaires a été atteint (nous y reviendrons plus bas). Mais pour le reste, c'est l'échec.

 Premier constat, la présence visible des élus du canton bardés de leurs écharpes tricolores. Une façon de rappeler que ceux qui représentent les citoyens étaient sagement assis dans les arènes, alors que ceux qui ne représentaient qu'eux-mêmes hurlaient leurs slogans haineux dans la rue. Face à ceux qui s'autoproclament représentants de la majorité des français, nous aimerions que ce genre d'initiatives se multiplie. Car dans notre République non-bananière (à part pour les extrémistes), une piqûre de rappel ne fait jamais de mal. C'est dans les urnes que l'on va chercher sa représentativité, et pas dans les sondages bidons que l'on oriente à force de mobilisation sur Facebook, et de multi-comptes.

 Second constat, la mobilisation des aficionados. Là encore, les antis peuvent toujours se focaliser sur la partie des gradins condamnée suite à l'incendie (et donc vide, faute d'issues de secours sécurisées) pour nier la réussite de cette journée. La plus grande partie des arènes, c'est à dire la partie accessible, était elle très richement garnie. Avec une température proche des 5°C, ce fut incontestablement une réussite. A noter d'ailleurs que les organisateurs nous ont dit avoir servi près de 500 repas après le festival. Les aficionados landais se sont mobilisés, et nous en avons aussi vu des départements voisins. Face à cette mobilisation, les Antis n'étaient que quelques dizaines, rappelons-le une nouvelle fois.

 aa25w

Troisième constat, la prise de conscience qui continue. Et oui, les Anti qui se sont infiltrés au début de la journée pour rentrer dans les arènes sont heureux. Les aficionados parlent d'eux. Le contraire aurait été surprenant vu les dispositions qui ont été prises et que nous avons tous pu constater. L'ego en quête de démesure des Anti s'en trouve certes flatté, mais la poursuite de cette prise de conscience sera salvatrice. Vous qui avez envie de réagir, n'hésitez pas, et rejoignez les peñas taurines, en particulier celles des petites villes dont les arènes sont particulièrement prises pour cibles par les Anti.

 Quatrième constat, le grand n'importe quoi. Il ne faut pas craindre de le dire. Cette manifestation non déclarée était de fait hors-la-loi. Et il faut croire que ce type d'actions se reproduira. Si des organisations souhaitent être invitées à débattre alors que leurs ouailles donnent dans l'illégalité, on peut parier qu'elles pourront encore attendre longtemps. Surtout si les Anti se mettent à séquestrer et à bloquer des matadors. On ne parlera pas non plus de la présence (qui a duré deux minutes chrono) des T-shirts jaunes dans nos arènes. Juste le temps de la photo. Il parait que ce fut un grand acte militant de se faire jeter des arènes par les CRS. Des CRS qui furent au passage fermes mais respectueux. Bien plus que les antis qui n'ont pas manqué d'être une nouvelle fois odieux.

 Cinquième constat, le plus anecdotique, mais pas le moins révélateur. Les antis (les mêmes, ceux qui sont rentrés dans les arènes et qui ont eu tout le loisir de les observer longuement avant de mettre leurs T-shirts) n'ont pas manqué de raconter sur la toile leur désarroi face aux derniers instants des toros qui jouaient dans le ruedo afin d'éviter l'envahissement... Comme à l'habitude, ils essayaient d'être touchants... on imagine les larmes qui ont coulé...  Bon, du coup, on hésite à leur dire qu'il s'agissait de vaches landaises…

 aa25z copie

Sixième constat, Rions des Landais (et on ne parle pas du département!). Nous, on a passé une super journée. Rion des Landes en novembre, on recommande. En toute sincérité, s'il n'y avait pas eu les Anti-taurins, on n'aurait peut-être pas fait la route pour montrer (comme beaucoup d'autres) notre solidarité. On s'est levé tôt pour un dimanche, et on a passé une très belle journée. Tout était parfait, l'accueil, le café avec au choix des parts de pastis landais ou des "croupions", la fiesta campera dans des arènes couvertes et protégées, l'apéro, et le repas. Et tout ça organisé par des Rionnais super aimables et pour 36 euro. Bref, on reviendra, et en toute objectivité on vous recommande de faire les prochaines éditions !

 Passés ces simples constats, restent donc ces frais supplémentaires engendrés par les "actions" des antis. Ceux qui prennent le monde en otage pour pouvoir exercer leur fameuse liberté d'expression. Alors que l'ont sait tous que l'objectif est ailleurs.

 Car pour le coup, on ne va pas manquer de poser des questions. Ces coûts, ces surcoûts, engendrés par les troubles de l'ordre public sont revendiqués comme des victoires par ceux-là mêmes qui les provoquent. Quand un appauvrissement programmé des ressources publiques (ou privées) est élaboré comme une stratégie offensive, on ne peut s'empêcher de faire des parallèles. Taguer un bâtiment (comme les arènes de Bouillargues ce week-end) est illégal et passible de poursuites. Brûler ou détériorer un bien ou un bâtiment est illégal et passible de poursuites. Toute action destinée à s'en prendre sciemment aux biens d'autrui est passible de poursuites.

 Et là, le "bien" en question, ce sont les caisses de l'Etat, des municipalités, ou des organisations taurines.

 Nous ne comprenons pas que ces actions ayant pour but l'appauvrissement et par conséquent le saccage de biens publics ou privés puissent se faire en toute impunité et sans poursuites. Car quand de l'aveu même d'un responsable d'une organisation anti-taurine, on en est réduit à se réjouir des hausses d'impôts possibles dans les zones taurines, nous, on se demande pourquoi une réponse judiciaire n'est pas apportée à ce type de stratégie de destruction.

 Question que l'on se pose aussi très clairement quand il s'agit de saccager des ressources associatives."

 PRÉFETS

Lettre ouverte aux Préfets des 12 départements taurins, communiquée par Roger Merlin, Président de la FSTF…

« Suite au 97ème Congrès de la Fédération des Sociétés Taurines de France qui vient de se tenir à RION des LANDES et qui avait pour thème : « Défendre avec détermination le Public aficionado et sa liberté dans notre 21ème Siècle », nous vous prions de trouver ci-après les conclusions de nos travaux :

Après avoir fait un bilan des différentes exactions des groupuscules anti-corrida envers le public aficionado durant ces dernières années, nous ne pouvons que constater une dérive grave vers la violence et le mépris de la loi.

Notre Fédération a pourtant dénoncé cette dérive et les dangers qu’elle représente par des courriers aux Maires et aux Préfets depuis 2007. Nous avons demandé à plusieurs reprises que les « manifestations confrontations » ne puissent se tenir aux abords des arènes afin d’éviter les affrontements et nous avons multiplié nos appels à ne pas répondre aux provocations et à garder le calme. Il faut d’ailleurs noter que, malgré les provocations violentes et incessantes, le très nombreux public aficionado est jusqu’alors resté calme et exemplaire.

Ces manifestations pseudo pacifiques, de plus en plus souvent non-autorisées, ne sont devenues que des provocations très violentes dont le seul but est de parvenir à troubler l’ordre public.  Ces groupuscules savent très bien qu’ils ne vont convaincre personne, mais espèrent obtenir des réactions plus ou moins violentes du public aficionado et faire le buzz médiatique qui leur donnera l’importance qu’ils n’ont pas. Les medias ne devraient-ils pas se méfier de leurs contacts plaintifs faits de sensiblerie hypocrite ?

Les événements de RION des LANDES, le 24 août dernier, en ont été le paroxysme, ceci avec une liberté d’action que le public ne peut comprendre :

Ce public vit sa culture taurine comme une fête familiale, en toute légalité. Comment peut-il être molesté à ce point, obligé de subir un vacarme assourdissant de sirènes et d’insultes par mégaphone, pendant tout le spectacle ? Pire encore, devoir sortir en passant obligatoirement à proximité de ceux qui les insultent !

Comment le spectacle de la fête du village peut-il être troublé, entravé à ce point par quelques pseudos manifestants hors la loi ?

Comment comprendre que des individus aient la possibilité de lancer des fumigènes dans un bâtiment public (en bois !) pendant un spectacle ?

Le public à dû subir tout cela en présence de la gendarmerie et de la police ! Et ceci sans aucune interpellation !

Pour l’ensemble du public aficionado, ces derniers événements s’ajoutent à de nombreux méfaits commis  depuis quelques années : détérioration de biens publics et privés, menaces de mort, lettres piégées, harcèlement, atteinte à la liberté du culte, atteinte à la liberté du commerce, etc…
Attention, la coupe est pleine. Aujourd’hui les conditions sont réunies pour que surviennent une explosion de violences absolument incontrôlables.

Si ces provocations face au public aux abords des arènes restent possibles, si toutes ces exactions et ces méfaits restent impunis, nous ne pourrons plus rien contrôler, mais nous réitérons notre avertissement sur la situation auprès des autorités.

Le droit de manifester est bafoué puisqu’il est détourné par ces groupuscules anti-corrida pour en faire des actions de provocations du public en face à face ou pour entraver le déroulement d’un spectacle légal.

Pour sa part, comme le prévoient désormais ses statuts, la FSTF utilisera la justice pour défendre le public aficionado chaque fois que cela sera nécessaire. Elle continuera également à dénoncer les méfaits et les mensonges de ces groupuscules qui voudraient imposer leurs idées contre nos cultures régionales.

Dans notre Pays, des millions de citoyens sont très attachés à leur patrimoine culturel tauromachique, y compris parmi ceux qui ne sont pas aficionados. Tous demandent à être respectés. Le public aficionado n’est pas insensible, il ne vit pas en marge de la société, il est issu de toutes les couches sociales et il est en accord complet avec la réalité de la vie et de la mort. »

MEXIQUE

A la Monumental de Mexico, Miguel Ángel Perera a été le plus en vue en coupant une oreille de son premier adversaire de Xajay, le Zotoluco étant applaudi à son premier et Sergio Flores, qui confirmait son alternative, recevant deux ovations.

A Monterrey, Alejandro Talavante a triomphé en coupant les deux oreilles de son second toro de San Isidro, Rafael Ortega a fait la vuelta à son second et Arturo Saldívar a été applaudi à son premier.

A Zacatecas, face aux toros de La Estancia, El Juli n’a eu droit qu’à deux silences, Arturo Macías a été applaudi à son premier et Joselito Adame a reçu une ovation avant de couper la seule oreille de la tarde puis d’écouter le silence sur le sobrero de regalo.

DUITAMA

Cette plaza colombienne a fait la part belle aux toreros français puisque Juan Bautista et Sébastien Castella figurent au cartel du festival du vendredi  3 janvier, en compagnie de Pablo Hermoso de Mendoza, Luis Bolívar, Miguel Ángel Perera, Iván Fandiño et Leandro de Andalucía.

En outre, Juan Bautista sera au cartel de la corrida du lundi 6 janvier aux côtés de Pablo Hermoso de Mendoza et Sebastián Ritter, et Sébastien Castella sera présent la veille, dimanche 5, en compagnie de Miguel Ángel Perera et Leandro de Andalucía, puis le dimanche 26 avec Enrique Ponce et Luis Bolívar.

BOLÍVAR

Alors qu’il était engagé pour deux tardes, Luis Bolívar a finalement publié un communiqué dans lequel il a annoncé qu’il se retirait des cartels, faute d’entente définitive avec l’empresa.

lb25q

MULETA

mul25mu copie

PRÁCTICOS

L'A.F.A.P... Il était une fois le Sud-Ouest !!!

Samedi, le rendez-vous était donné à la Peña Campo Charro de Dax pour l'inauguration de la bibliothèque taurine.

dax25q

Les membres de l'association ont été reçus très chaleureusement par toute l'équipe organisatrice autour d'un buffet typiquement landais...

dax25r

Dès 15 heures, un toreo de salon fut proposé par l'AFAP, à une trentaine d'aficionados désireux de sa familiariser avec les trastos, en présence du maestro El Monteño et du novillero Clemente.

dax25s

Tous les tercios furent abordés grâce à un carretón mis à disposition par Stéphane Darracq.

ax25t

Merci à tous les amis du Sud-Ouest et à très vite…
(Communiqué – Texte et photos : Chantal Berthon)

TENDIDO CERO

Programme spécial consacré aux toros et le cinéma, avec Pablo Berger, réalisateur de « Blancanieves ». Avec aussi un sujet sur le film « Encierro », et quelques documentaires, dont celui sur El Cordobés.

c23x

Pour voir l’émission, cliquez ICI

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 arl28aff

 nim20aff

 al23aff

 ist25aff