Vendredi 19 Avril 2019
Olivenza, Samadet, Toros de France, Valencia, Captieux, Montcouquiol, Mimizan…
Samedi, 08 Mars 2014

elj08xz

 Triomphes du Juli et Antonio Ferrera qui subit toutefois une cornada…

 Grosse ambiance à Olivenza pour cette première « corrida de quatre » avec no hay billetes à la clé…

 El Juli n’a pas raté sa reprise avec un triomphe « a lo grande » avec ses deux toros, son second Garcigrande étant crédité de la vuelta après un faenón qui a mis l’assistance debout. Pour Julián, deux oreilles puis deux oreilles et la queue.

 Antonio Ferrera a été moins heureux. Manifestant une grosse entrega, l’Extremeño subit une grosse rouste à son premier, et après une excellente faena, son second opposant lui infligea une cornada de 15 cm dans la cuisse gauche au moment de conclure. Deux oreilles.

 Manzanares a reçu deux ovations au terme de deux faenas qui ne se sont jamais envolées, mais il faut dire qu’il n’a pas été le mieux servi dans ce lot de Garcigrande/Domingo Hernández assez inégal.

 Miguel Ángel Perera, saluts puis applaudissements, s’est bien battu contre un manso, puis a fait ce qu’il a pu pour tirer quelques muletazos estimables d’un adversaire sans grandes qualités.

SAMADET

A l’issue de la journée de qualification du « Certamen La Fragua », les quatre aspirants qui ont été retenus pour la finale de ce dimanche matin sont : Carlos Llandres, Alejandro Gardel, Leo Valades et El Adureño.

 TOROS DE FRANCE

Journée estivale ce samedi à Méjanes avec un programme scindé en trois parties, la réunion de presse le matin, la pause conviviale apéro/repas, puis aux arènes, la tienta de machos…

mej08k

Patrick Laugier, le nouveau président de l’AEFTC (Association des Eleveurs Français de Taureaux de Combat) a mené la séance, entouré de membres de son bureau : Bruno Blohorn, vice-président, Juliette Fano, trésorière, Pierre-Henry Callet, secrétaire, et Gilles Vangelisti, secrétaire adjoint.

A noter que l’association comprend 48 membres répartis en trois collèges (sélectionneurs, aspirants, utilisateurs) qui marquent leurs taureaux avec le fer « F » pour France. Cette association poursuit le travail de gestion du livre généalogique et ne perd pas de vue son but, la valorisation de la race de taureaux de combat et la défense des intérêts de la profession.

A ce propos, Patrick Laugier a rappelé les difficultés liées au marché et relation de cause à effet, il a déploré que certaines empresas préfèrent se tourner systématiquement sur du bétail espagnol.

Pour donner un exemple concret, lors de la temporada 2013, sur 894 toros lidiés en France, seuls 300 étaient français, alors que nos éleveurs en possédaient 895, ce qui correspond à seulement 33%, soit 1/3 !

mej08j

Patrick Laugier a ensuite précisé, concernant les différences de prix, que si l’on tient compte de tous les frais annexes (transport, mayoral, visites…), leurs toros ne sont pas plus chers que ceux venant de l’autre côté des Pyrénées, contrairement à ce qui est prétendu… Et je ne pense pas trahir sa pensée si je dis que l’on va parfois chercher bien loin ce que l’on a à portée de main, notamment dans le domaine des novilladas, piquées ou pas…

En relation avec les problèmes rencontrés, le président a aussi annoncé la volonté de l’Association de se faire mieux connaître, d’où l’opération « Toros de France » qui cette année sera consacrée aux novilladas, certes peu rentables pour les organisateurs, mais indispensables pour la survie de la tauromachie. En ce sens, chaque organisation touchera une prime de 2400€ de la part de l’Association.

Le calendrier n’est pas encore arrêté et pour le moment, les arènes suivantes ont pris contact : Parentis, Saint-Sever, Bayonne, Lunel et Tarascon.

Au terme de cette réunion, tout le monde s’est retrouvé après l’apéro dans la grande salle et à la fin d’un excellent repas, Patrick Laugier a tenu à souligner le geste de Dominique Perron, Président de l’UCTPR, qui a décidé de prendre en charge le repas de tous les invités… Dos orejas y rabo pour « El Presidente » !!!

 ml08j

La troisième mi-temps, si je peux m’exprimer ainsi, s’est déroulée aux arènes sous la forme d’une tienta de machos avec par ordre de sortie un Laget pour Marco Leal, un Giraud pour El Monteño, un Meynadier pour Juan Bautista et un Blohorn pour Mehdi Savalli.

mg08j

Avec sur le cheval Marc Alien, Mathias Forestier (2) et Nicolas Bertoli, Christian et David Romero, Morenito d’Arles et Merenciano dans la brega, ainsi que Pierre Mailhan, Maxime Solera et Sofianito de seconds, cette partie taurine s’est avérée très intéressante et entretenue.

jb08j

Seule ombre au tableau, ces putains de moustiques qui se sont montrés aussi agressifs que les toros !!! En mars ! On aura tout vu… L'an prochain, je fournis la citronnelle !!!

ms08j

Enhorabuena à tous et suerte aux éleveurs… pour vendre leurs toros !

 mej08l

VALENCIA

 Triomphe de Jorge Expósito qui a coupé une oreille à chacun de ses novillos de Daniel Ruiz puis de Jandilla.

je08j

Fernando Beltrón, qui s'est fait déchirer le costume, a coupé une oreille à son second et Román a salué au premier. Demi-arène.
(Photo : Mundotoro)

CAPTIEUX

cap08j

MONTCOUQUIOL

ALAIN MONTCOUQUIOL, PRIX FERIA 2014

Le Prix lui sera remis le 9 août 2014 à l'occasion de la 16° Feria du Livre.

Rappelons que chaque année depuis 2007, le prix Feria, mis en place par le Comité d’Organisation de la feria de Millas et le Centre Méditerranéen de Littérature (CML), est attribué à un lauréat pendant des fêtes de Millas. Ainsi, après l’écrivain Jean-Marie Magnan, le photographe Lucien Clergue membre de l’Institut, le peintre Claude Viala mondialement connu, André Viard le créateur de l’Observatoire des Cultures Taurines, le journaliste Jacques Durand et le philosophe Francis Wolff, le journaliste et romancier Jean-Michel Mariou, le prix Feria 2014 sera remis cet été à Millas par Christian Bourquin, président du conseil régional Languedoc-Roussillon et sénateur des P-O et Bernard Lopez, président du Comité d’Organisation de la feria de Millas et président du jury du Prix Feria, en présence des organisateurs et partenaires du prix.

am08j

Né le 4 septembre 1945 à Ambert (Puy de Dôme), Alain Montcouquiol se retrouve à l’âge de neuf ans à Nîmes, par le hasard des mutations d’un père militaire qui mourra accidentellement quelques mois après son arrivée dans le Gard. C’est auprès de ses camarades d’école, dans cette ville fortement marquée par la culture du taureau, qu’Alain découvre la corrida. Adolescent, à une époque où même l’aficion française considère que « si on n’a pas de sang espagnol dans les veines, on ne peut pas devenir torero », il décide de consacrer sa vie à cette aventure. Il part en Espagne avec un de ses compagnons de l’époque, Simon Casas, et choisit son nom de torero : El Nimeño. Commence alors un long et difficile apprentissage, suivi, des deux côtés des Pyrénées, par dix années de novilladas et de festivals, de triomphes et de désillusions. En 1968, il est, avec Simon Casas, lauréat de la Fondation de la Vocation et l’un des principaux acteurs du mouvement des toreros français.

Au moment où Alain prend conscience qu’il n’ira pas plus loin dans la carrière, il assiste à la naissance d’un autre Nimeño, le second, son frère Christian, qu’il décide de conseiller et d’accompagner. Il en sera ainsi jusqu’au bout. Jusqu’au 10 septembre 1989 où, lors de la Féria des Prémices du riz, en Arles, un taureau de Miura provoque une grave chute de Nimeño II sur les vertèbres cervicales, et une paralysie dont il ne se guérira jamais totalement. Jusqu’au 25 novembre 1991, où Christian Montcouquiol, qui ne supporte pas l’idée de ne plus toréer, choisit de se donner la mort dans sa maison de Caveirac, dans le Gard.
 
Les ouvrages d’Alain Montcouquiol sont parus aux éditions Verdier : Recouvre-le de lumière ; Le sens de la marche et Le fumeur de souvenirs
(Communiqué)

MIMIZAN

C’est Arles, ville d’art et d’histoire, aux portes de la Camargue, que le Club Taurin Mimizannais a choisie comme voyage taurin à l’occasion de la Feria de Pâques les 18, 19 et 20 avril.

Deux corridas prévues (et non des moindres), sortie aux Saintes Marie de la Mer, visite d’un élevage prestigieux : trois jours de fêtes et d’aficion.

arl08j

Montant du voyage fixé à 300€.

Renseignements et inscription: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. - 06 73 52 26 53
(Communiqué)

 

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 arl28aff

 al23aff

 ist25aff