Dimanche 21 Avril 2019
Solís
Mercredi, 18 Juin 2014

Une question d’honneur et de respect…

 Francisco Javier Expósito Solís, dit Javier Solís, est matador de toros depuis une dizaine d’années. Natif de Badajoz, où il a pris l’alternative en 2004, ses dix années passées dans la profession au plus haut niveau ne lui ont pas permis de sortir de l’ornière. Bref, Javier Solís est un modeste, un « segundón ».

Si ça n’a rien de déshonorant, et beaucoup sont dans son cas, ça ne remplit pas forcément l’assiette. Aussi, pour subsister, Javier travaille à côté et consacre le reste de son temps à sa préparation. Il faut dire qu’il n’a pas beaucoup de contrats et que peu à peu, ceux qui sont dans sa situation se demandent un jour ou l’autre si ça vaut la peine de continuer, la crise n’arrangeant rien.

Dernièrement, celui qui fut à quelques reprises déclaré triomphateur de la Feria de Badajoz en a été injustement écarté plusieurs fois et cette année, il vient de refuser l’offre, au motif que le cachet ne paierait même pas ses frais ! Selon ses dires, il était question de 2000 €, soit un chiffre bien inférieur au tarif du fameux « convenio » ! Javier a ajouté qu’il ne pourrait pas regarder en face un membre de sa cuadrilla qui irait se jouer la vie en lui donnant seulement 200 €…

En outre, il était question, selon l'empresa, d'une corrida de l'Opportunité. Mais quand on a déjà triomphé dans une arène, on ne voit plus très bien ce que ça vient faire, non ?

Aussi a-t-il décliné l’offre, désireux avant tout de conserver son honneur et sa respectabilité. On aimerait savoir que c’est un cas unique… mais derrière les paillettes dorées, se cachent des injustices insoupçonnées. Comment ne pas comprendre Javier ?

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 arl28aff

 nim20aff

 al23aff

 ist25aff