Mercredi 19 Juin 2019
ARLES
Dimanche, 05 Avril 2015

arl04xz

Triomphe De Juan Bautista et Manzanares l’après-midi et de Lilian Ferrani le matin...

Arènes quasiment pleines, beau temps, un peu d’air par moments. Six toros de Domingo Hernández corrects de présentation, inégaux de forces et de jeu, nobles la plupart mais à divers degrés de transmission, le sixième, « Raida », étant crédité de la vuelta posthume.

Finito de Córdoba (silence et palmitas) a ouvert les débats avec un superbe exemplaire qui d’emblée a fait un coup de barrière. Deux rencontres, la seconde protestée, bon quite de Juan Bautista puis gestes élégants pour décorer une faena sans grande transmission, à l’image de son opposant. Echec aux aciers.

fc04h

Au  quatrième, Finito gagna le centre par capotazos allurés avant deux rencontres, la deuxième pour la forme. Bon début par derechazos pour ouvrir une longue faena - deux avis avant de prendre l’épée ! - égrenée de gestes à la plastique remarquable, l’ensemble manquant de liant, en partie à cause de la brise qui se mit à souffler en piste. Demie tombée.

Juan Bautista (saluts et deux oreilles) reçut son premier par deux largas de rodillas, affichant sa volonté de mettre le feu dans  son arène. Après deux piques cuidées, il brinda au conclave une faena débutée aux planches par le haut, mais ne put totalement réussir son trasteo à cause d’un opposant qui allait au tapis en fin d’échanges.

jb04h

Avec le cinquième, les choses allaient prendre une tout autre tournure. Réception élégante jambe ployée, deux rencontres, brève la seconde, entame appliquée et décidée. Jean-Baptiste, à la recherche d’un succès qui n’était pas évident en début de faena, son adversaire n’étant pas le plus gaillard de l’envoi, trouva la bonne cadence, soulignée par la remarquable interprétation de « Gabriel’s Oboe », d’Ennio Morricone. Echanges enlevés et ajustés... et n’est pas lui faire injure que de dire que sur les deux oreilles finalement empochées après un recibir au second essai, une partie revenait à Rudy et ses musiciens de Chicuelo II qui ont en partie contribué à la magie d’un moment  qui venait de relever la course !

Manzanares (saluts et deux oreilles et rabo) tomba d’abord sur un premier client peu enclin à se laisser faire. Deux rencontres, premiers échanges délicats avant de trouver le bon rythme sur quelques séquences plus ajustées. Pinchazo puis entière en passant par Trinquetaille.

manz04h

Au sixième, Manzanares allait proposer une œuvre bien plus aboutie, dans son corte, marquée par la lenteur et la suavité des échanges, dans des séries compactes qui firent chavirer le cirque, mettant les gradins en ébullition sur un recibir cité d’une vingtaine de mètres.

dh04h

Une « happy end » pour une course entretenue où il y eut un peu de tout, mais qui a fini crescendo.

manz04j

En matinée, les novillos de Rehuelga ont été assez conformes à l’attente, donnant un jeu varié et le plus souvent intéressant à divers degrés, la palme allant au cinquième, « Jilguero », qui a été crédité de la vuelta posthume.

Martín Escudero (saluts et applaudissements) s’illustra au capote dès la réception de son premier, un poil pegajoso, puis se lança dans une faena alternant les deux bords harmonieusement construite, mais sans grand écho. Echec aux aciers.

me04gAu quatrième, il brinda à l’assistance un trasteo bien débuté à droite et poursuivi par des séquences à la transmission limitée, à l’image de son opposant. Une nouvelle fois, piètre emploi de la ferraille.

Lilian Ferrani (oreille et deux oreilles) revenait en public après une longue absence due à sa récupération après la  cornada reçue en tentadero l’an dernier chez Domínguez Camacho. On l’a vu très entreprenant et désireux d’affirmer ses prétentions dans cette catégorie. A son premier, après deux bonnes piques, il brinda au public une faena débutée par le haut au centre et relevée surtout à droite, conclue par espadazo.

lf04h

Mais c’est avec le bon quinto, celui de la vuelta, qu’il allait étayer son triomphe, le recevant a portagayola suivie d’une larga. Après deux rencontres protestées, Lilian démarra sa faena par deux cambios, se mettant ensuite le Rehuelga dans sa canasta au cours d’une faena complète relevée par des naturelles templées. Conclusion par recibir et un descabello, large sourire d’un novillero qui venait de passer cette épreuve avec succès.

re04h

Souhaitons-lui d’en connaitre d’autres au cours de cette saison, pour définitivement oublier les affres de la précédente...

lf04j

Ginés Marín (saluts et silence) ne m’a pas trop paru dans son assiette. Je l’avais vu bien meilleur récemment à Arnedo et franchement, je l’ai trouvé aujourd’hui passablement nerveux, même s’il distilla quelques détails de classe. A son premier, bien reçu au capote, il brinda à l’assemblée une faena débutée à droite en donnant la distance à un adversaire qui n’était pas à l’évidence le meilleur du lot. Il toréa par la suite beaucoup à la voix, tirant des séries toutefois méritoires avant conclusion par demie tendida.

gm04h

Avec le sixième, belle réception capotera, début de faena en douceur, Ginés semblant plus centré et surtout plus quieto. Trasteo marqué par derechazos profonds et suite en demi-teinte face à un adversaire noble, mais juste de forces. Demie après pinchazo.

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 cer06aff

 mdm30aff