Mercredi 19 Juin 2019
Nîmes,Vic, Saint-Perdon...
Samedi, 23 Mai 2015

manz23xz

L’unique oreille au Fandi, la torería à Manzanares et la Cape d’Or à Andy…

Arènes pleines. Soleil avec, on l’espère, les dernières rafales. Enhorabuena à Laurent Burgoa, un président qui a fait démarrer le paseo à l’heure, bien qu’il y ait le plan Vigipirate comme la veille !!!

Six toros de Núñez del Cuvillo, le troisième remplacé par un sobrero du même fer, corrects de présentation, inégaux de forces  et donnant un jeu divers, le plus souvent mièvre, meilleurs les 4 et 5.

El Fandi (saluts et oreille) a entamé la séance avec un opposant qui a pris deux piques avant un tercio de banderilles à l’issue duquel le maestro de Granada reçut une belle ovation, notamment pour une première paire à la moviola et une troisième au violon. Brindis à l’auditoire et faena débutée assis à l’estribo, le toro accusant par la suite sa faiblesse tout au long d’un trasteo aussi décidé que populiste conclu à la peine. Avec le quatrième, le Fandi se distingua sur un quite par zapopinas puis de nouveau aux banderilles. Brindée au public, sa faena débutée genoux dans le sable comprit quelques séquences enlevées, parfois brouillonnes, parfois plus ajustées, avec final par manoletinas puis entière.

elf23h

Mais s’il y a quelque chose à retenir de cette tarde, c’est bien la prestation de Manzanares (saluts et vuelta) au cinquième après un premier passage méritoire, mais manquant d’émotion et donc de transmission. Changement de décor et de tempo avec le quinto, un bon toro qui prit deux piques avant une faena marquée par le sens des distances et du temple d’un Manzanares transcendé par l’accompagnement de la « Concha Flamenca » pour créer une œuvre aux contours harmonieux, bien dans son corte… qui lui aurait bien valu deux trophées si la ferraille n’était pas venue le trahir avec deux tentatives a recibir se soldant par autant de pinchazos. Malgré cet échec dans la conclusion, le public a tenu à lui faire exécuter une vuelta chaleureusement fêtée, ce qui n’était que justice… A noter encore que l’assistance l’invita à saluer avant qu’il ne prenne son premier adversaire, en mémoire de son père qui a signé sur ce sable tant de tardes mémorables…

manz23h

Alejandro Talavante (silence aux deux), vêtu d’un costume gris plomo et argent qui le faisait confondre avec les banderilleros, n’a pas été le plus gâté au sorteo et a traversé cette tarde sans peine ni gloire.

at23h

En matinée, devant un tiers d’arène, quatre novillos de Parladé et deux de Juan Pedro Domecq (1 et 5) bien présentés, donnant un jeu inégal, le quatrième étant crédité d’une vuleta posthume.

Ginés Marín (saluts et deux oreilles) accueillit son premier par deux largas de rodillas et après deux rencontres cuidées, il démarra sa faena assis sur une chaise. Malgré les rafales, sa faena comprit quelques mouvements estimables sur les deux rives avant un sérieux accrochage sur les manoletinas, le novillero finissant en jeans avant une conclusion défaillante. Revenu de l’infirmerie, il signa quelques bons capotazos avec le bon quatrième qui a poussé sur le premier assaut. Entame élégante et templée, Ginés se faisant remarquer par un poignet guidant les muletazos dans une parfaite cadence, finissant par circulaires inversées et concluant après quatre naturelles de face et un desplante à genoux par entière.

gm23h

Varea (silence aux deux), précédé d’une flatteuse réputation, n’a jamais été en mesure de dicter sa loi et même s’il n’est pas tombé sur les meilleurs, on l’a vu sans grand recours et gère plus de transmission dans ce qu’il entreprenait.

var23h

Andy Younes (oreille et oreille) débutait dans la catégorie, ce qui signifie qu’il a forcément encore pas mal à apprendre, mais on l’a vu très déterminé les deux fois. Sa première faena a connu des hauts et des bas, mais Andy a su afficher une envie qui lui a permis de passer la rampe avant de se montrer à son avantage au capote face à l’ultime qui en début de faena le bouscula sérieusement sur un cambio. Allant rapidement dans le terrain du toril pour éviter les prises d’air, l’Arlésien construisit quelques mouvements rapprochés aussi volontaires qu’ajustés, récoltant un second pavillon après entière.

ay23h

A l’issue de cette novillada, le jury le déclara vainqueur de cette LIVème Cape d’Or, sans que Ginés Marín n’ait démérité. Mais il ne fallait qu’un vainqueur et avec ce trophée en poche, Andy est certainement sorti avec un moral au beau fixe qui devrait le voir envisager les prochaines échéances avec encore plus d’assurance. Enhorabuena…

 

ay23w

 VIC

Samedi 23 mai. Première de féria. Trois quart d'entrée.

Toros de Cebada Gago, le troisième crédité de la vuelta al ruedo.

Manuel Escribano, palmas et silence.

Pérez Mota, silence et ovation.

Thomas Dufau, oreille et silence

Compte rendu et photos : cliquez ICI

 SAINT-PERDON

Cartel de la novillada concours du 30 août :

stp23h

 

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 cer06aff

 mdm30aff