Mercredi 19 Juin 2019
Chroniques du Mardi...
Lundi, 29 Juin 2015

Istres, Rieumes, Coria, Huesca, Miracle…

 ISTRES

Confirmation d’un succès, avec la place pour quatre corridas…

La recette marche toujours et Istres a enregistré de beaux succès d’affluence, avec en plus le soleil, pour une météo altérée par les rafales le vendredi et le samedi, et des corridas qui ont fait ressortir un bilan positif, avec des hauts et des bas, certes, comme dans toutes les ferias, mais avec quelques moments mémorables.

Chaque année, Bernard Marsella nous surprend lors de l’annonce des cartels dès janvier, proposant du haut de gamme dans tous les genres, avec une dose d’originalité, pour créer des événements dignes de la notoriété acquise par les arènes du  Palio.

La venue des Victorino Martín, le retour de Denis Loré, les vingt-cinq ans de l’alternative de Ponce, avec l’inclusion de dernière minute de López Simón pour remplacer Manzanares, certes sujet à controverse mais qui a justifié son rang de figura en devenir, le mano a mano Morante-Juli…

Un plateau qui dans l’ensemble a fonctionné, avec le bémol du jeu décevant des Victorino et « l’absence » de Morante après avoir donné des capotazos prometteurs à son troisième adversaire, tout ça ne devant pas faire oublier les triomphes de Juan Bautista, Thomas Joubert - à suivre de près -, Alberto López Simón et El Juli…

Côté toros, si l’on excepte les Victorino, les autres élevages se sont plutôt bien comportés. La Feria d’Istres a sa propre identité au sein d’une diversité indispensable sur la planète des toros, chacun étant libre de ses choix, les miens étant éclectiques et conformes à l’identité de chaque arène. Mais de présentation acceptable pour la catégorie de l’arène car il me semble qu’un effort a été fait dans ce sens. Reste l’indulto d’un Zalduendo, j’ai déjà dit ici ce que j’en pensais, un excellent toro au demeurant, et après, c’est question de critères…

Au vu de ce succès populaire, on n’attend plus qu’une chose, c’est que Bernard Marsella et sa commission taurine nous surprennent encore en 2016 car perso, j’aime bien les surprises…

RIEUMES

Les antis avaient annoncé la plus grande manifestation de l’année pour la Feria des Champs, mais visiblement, entre le sable des arènes et celui de la plage, il y en a pas mal qui ont opté pour la seconde option !!!

A ce propos, je vous conseille la lecture d’un édito d’André Viard que je partage totalement… 

Cliquez  ICI

CORIA

Lors de la feria des Sanjuanes de Coria, un homme de 43 ans a été tué par un toro. Alors qu’il se tenait à une grille de protection sans complètement être rentré, le toro lui a asséné trois coups de corne qui se sont avérés fatals après une vaine intervention chirurgicale.

Ce dimanche, à St-Maurice de Cazevieille, dans le Gard, un spectateur d’un encierro a lui aussi été tué par un toro lors de la fête locale.

Ces drames doivent rappeler à tous, acteurs comme spectateurs, que le danger est omniprésent et que leur attention doit être constante car en une fraction de seconde, tout peut basculer. C’est rare, mais hélas ça arrive…

Bientôt, les sanfermines et leurs fameux encierros vont être au centre de l’actualité. On demande du spectacle, pas la mort.

Voir la vidéo du drame de Coria en cliquant ICI et d'un vent de panique sur les gradins en cliquant

HUESCA

Le nouveau maire, Luis Felipe, du PSOE, qui s’est rallié aux partis les plus radicaux, s’est mis dans une position bien inconfortable en ce qui concerne les toros.

Selon Diego Luna, qui représente l’empresa, le maire lui aurait affirmé qu’il est aficionado et que pour cette temporada, Rien ne serait changé. En revanche, il lui a signifié que pour le futur, ce sera à la population de déterminer si oui ou non la tauromachie aura toujours droit de cité. On va donc vers une consultation qui suscite déjà la controverse. Mais à ce sujet, pourquoi ne pas alors prévoir des consultations tous azimuts pour tout ce qui dérange ls uns ou les autres ? Pourquoi uniquement pour les toros ? Parce qu’à ce petit jeu, le Felipe ne serait pas sorti de l’auberge…

Pour ma part, je préfère la déclaration du nouveau maire de Zamora, Francisco Guarido, d’IU, qui a signifié qu’ils ne financeraient pas les corridas de toros, mais que si les gens ont envie d’y aller, qu’ils paient leur entrée, parce que la prohibition, ça ne marche jamais !

MIRACLE

Quand un toro s’acharne sur sa proie… ça donne cette vidéo sur laquelle je vous conseille de jeter un coup d’œil jusqu’au bout.

Dans les « festejos populares », ou « toros en la calle », les accrochages sont nombreux, souvent spectaculaires, et parfois meurtriers, comme évoqué plus haut, mais il arrive aussi, comme à Almorox, qu’un miracle se produise…

 Cliquez ICI

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 cer06aff

 mdm30aff