Vendredi 19 Avril 2019
Mexico, Istres, Saint-Martin, Fiesta campera, Brocas, Herradero…
Lundi, 01 Février 2016

mex01wx

Avantage Joselito Adame à la Monumental de Mexico…

Ils attendaient José, et ils ont eu… Joselito ! L’histoire est parfois cruelle et à l’analyse, on s’aperçoit que c’est le genre d’événement sur lequel on peut tout dire… et son contraire. A l’évidence, on est devant une bouteille à moitié pleine… ou à moitié vide ! Et on peut y piocher ce que l’on veut, pour s’enivrer comme pour se consoler…

Depuis quelques temps, plusieurs aficionados m’ont demandé pourquoi je n’allais pas à Mexico. Il faut dire que le Mexique, je l’ai connu dans les grandes largeurs il y a près d’un demi-siècle, en 1971, y ayant passé un été complet, ce qui restera certainement le plus beau souvenir de voyage de ma vie. Et bien sûr, j’y ai découvert notamment l’impressionnante Monumental un dimanche où il y avait des toros. Certes, on était loin du lleno que cette arène a connu hier. Au passage, ceux qui s’étonnent ou s’enthousiasment de la voir aussi abondamment garnie ont sans doute oublié que c’était quasiment la règle dans les années 80-90 durant la Temporada Grande. Et que pour différentes raisons, il faut un cartel exceptionnel pour que ce soit à présent le cas.

José Tomás… Je l’ai découvert à Nîmes, peut-être comme vous, pour une novillada piquée où il était venu remplacer au dernier moment El Pireo, il y a de cela une vingtaine d’années. Depuis je l’ai toujours suivi, depuis ses premiers triomphes en tant que matador de toros, à Madrid, Séville, Barcelone, jusqu’à sa fabuleuse encerrona nîmoise en 2012. Autant dire que ce grand maestro a compté dans mon aficion, mais comme on dit maintenant, ça, c’était avant !

N’ayant pas l’habitude de me retourner sur le passé, j’avoue que maintenant, j’ai un peu plus de mal. Il n’y a rien contre le torero, mais plutôt un poil de frustration pour ce qu’il est devenu, ses absences, ses mystères, et une déification bien entretenue. A vrai dire, je me contente de ce qu’on me donne, et j’ai plus envie de me tourner actuellement vers des valeurs montantes, sans délaisser certaines figuras, plutôt que d’attendre comme Sœur Anne... qui ne voit rien venir ! N’ayant pas non plus le culte des idoles, il m’arrive de passer d’excellents moments au cours d’une temporada de la part des uns et des autres, même lors des novilladas, selon le précepte que chacun prend son plaisir où il le trouve… Avec l’application d’un autre précepte, à savoir que nul n’est irremplaçable, ni éternel. Ça n’a jamais empêché la tauromachie de tourner, tant bien que mal, certes, mais de tourner…

José Tomás, donc… Sa première performance aura été une nouvelle fois de remplir une arène sur son seul nom, sans faire injure à son compañero du jour. Ceux qui se sont déplacés, venant parfois de très loin, ceux qui ont payé leur place à la revente au prix du caviar, l’ont fait évidemment pour lui. Et ce n’est pas actuellement à la portée de n’importe qui, pour ne pas dire que c’est à la portée de personne sur son seul nom dans les grandes arènes, à de rares exceptions près. Et si demain il est annoncé ailleurs, il ne faut guère être devin pour affirmer qu’on connaitra le même engouement ! Si José déclenche autant de ferveur, ce n’est pas pour rien, mais une fois ce constat établi, il est clair que ses dévots supporters attendent de voir quelque chose d’exceptionnel, de magique, voire de surnaturel… qui est tributaire de beaucoup de choses et qui ne se commande pas d’un seul claquement des doigts. Car il y a aussi les toros, et apparemment, ce jour à Mexico, on ne peut pas dire que la plupart aient débordé de caste. D’où quelques couacs dans la partition et un sentiment d’inachevé. Otra vez será…

Pour sa part, José Tomás, vêtu de saumon et or, a ouvert le bal avec « Belletero », toro de Los Encinos, bien présenté mais décasté et juste de forces, face auquel il a fait l’effort, tirant quelques muletazos valeureux, surtout à gauche, au prix de deux accrochages, avant d’en finir d’une entière. Oreille protestée.

jt01t

Son second, « Platero » de Fernando de la Mora, donnant un bon jeu qui hélas ne dura guère, permit à José de faire retentir des olés profonds, avant que tout ne finisse par se diluer, et comme il tua mal…

 « Soberano », toro de Fernando de la Mora, a été immédiatement protesté pour un trapío insuffisant, pour ne pas dire indécent par rapport à cette catégorie d’arène. Mouchoir vert et entrée en piste d’un toro de Xajay, « Romancero », qui n’avait pas meilleure allure, ce qui finit par excéder une partie des aficionados, l’affaire tournant mal pour José qui après s’être mis en évidence au capote dut plier bagage à la muleta, tuant encore mal et finissant sous les sifflets. On le voit, un résultat guère satisfaisant sur trois toros, bien éloigné de ses nombreuses tardes triomphales.

Avec Feria TV, voir la vidéo de la prestation de José Tomás en cliquant  ICI

Joselito Adame est dans un bon moment. Ses triomphes s’accumulent de l’autre côté du Charco et ce jour, le petit José a pris le pas sur le grand. Ainsi vont les toros, et l’on sait très bien qu’il faut parfois un petit coup de pouce du destin pour en faire changer son cours. C’est ce qu’il advint avec « Patol », bon toro de Los Encinos sorti en sixième position, avec lequel Adame, vêtu de bleu nuit et or, put se relâcher et rafler les deux pavillons de son triomphe.

ja01f

Auparavant, il avait pris « Seda Gris », toro de Fernando de la Mora, avec lequel il pincha une bonne faena, puis « Pitayo », toro cárdeno de Los Encinos, face auquel il proposa un toreo engagé et encimista encore gâché avec les aciers.

ja01g

En définitive, une corrida « de expectación » qui a globalement tourné à la corrida « de decepción », ce n’est pas la première… et ce ne sera pas certainement pas la dernière ! Un peu comme ces matchs de haut niveau où la montagne accouche parfois d’une souris. Certes, on ne mettra jamais tout le monde d’accord, mais on ne va pas s’arrêter à ça plus longtemps qu’il ne le faut, la planète des toros va continuer de tourner et les aficionados pourront toujours s’enthousiasmer ici ou là, quelles que soient leurs préférences. C’est évidemment l’essentiel, non ?

 (Photos : Mundotoro et Corridasi)

MAGESCQ

Rappel...

mag01f

mag01g

mag01h

mag17t

Réservations : 06.08.35.24.42 ou 06.26.21.23.82

Guichet des arènes : le 14/02 à partir de 9h

Repas 13 € - Novillada 18 €

mag01t

Plus d'infos : http://musicaytoros-clubtaurinmagescq.blogspot.com

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

www.facebook.com/pages/Club-Taurin-Cape-et-Corde-Magescq

Twitter : @capetcordee

ISTRES

Alberto López Simón, trois trophées qui en disent long…   Sa présence n’est pas passée inaperçue vendredi dernier lors de la présentation des cartels d’Istres et la standing ovation des aficionados restera longtemps dans la mémoire du jeune maestro.  

ls01f

François Bernardini, maire d’Istres, lui a remis le prix du triomphateur de la féria d’Istres 2015.

ls01g

Patrick Colleoni, président de l’association des critiques taurins de France, celui du meilleur matador de la temporada 2015, section Sud Est.

ls01h

Arnaud Fesquet et Bernard Planchon, le lendemain à Méjanes, celui de l’Union des Clubs Taurins Paul Ricard.   Trois trophées en 48h, en France, pour celui qui a été la grande révélation de la temporada 2015 !

Alberto López Simón sera à Istres les 17 et 19 juin dans le cadre de la Feria, un double engagement en tant que triomphateur 2015…

ist01t

(Demain dans Torofiesta, l’interview que j’ai réalisée avec López Simón au Domaine Paul Ricard de Méjanes…)

SAINT-MARTIN

stm01t

FIESTA CAMPERA

fc01f

fc01g

BROCAS

Le Cercle Taurin de Brocas a le regret de vous annoncer que la Fiesta Campera du 12 mars 2016 est annulée. La Ganaderia Malabat vient de me dire qu'elle à une problème technique et elle était partie prenante dans cette manifestation.  

Malgré ce fait, le Cercle Taurin est toujours à l'écoute des Aficionados pour toutes autres organisations de spectacles dans notre placita.

(Communiqué)

HERRADERO

Deuxième herradero à Mirandilla…

alb01t

Cliquez  ICI

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 arl28aff

 al23aff

 ist25aff