Mardi 18 Juin 2019
Istres, Madrid, Parentis, Aire, Palavas, Las Matas, AFAP, Pana, Fiestas Camperas, Happycionado, Hemingway…
Lundi, 02 Mai 2016

bm29c

En Andalousie, rencontre avec Bernard Marsella, directeur des arènes du Palio…

La coïncidence a fait que nous nous rencontrions sur « terrain neutre », Bernard Marsella sillonnant l’Espagne avec son veedor et ami César Pérez, ainsi que quelques membres de la commission taurine, pour aller vérifier l’état des toros qu’il a retenus pour la prochaine feria. Et comme je me trouvais dans le coin avec des amis, nous avons passé ensemble une journée complète qui nous a amenés d’abord chez Juan Pedro Domecq et ensuite chez Núñez del Cuvillo pour voir les toros susceptibles de participer à l’encerrona d’Enrique Ponce.

bm29b

A la mi-journée, après la pause-déjeuner, j’en ai profité évidemment pour m’entretenir avec Bernard, lui demandant pour lancer la discussion dans quel état il se trouvait à moins de deux mois de sa feria…

bm29a

«  Je suis serein, je savoure la chance que j’ai de pouvoir vivre de ma passion et le fait que la feria d’Istres prenne de plus en plus d’ampleur, ce qui est reconnu autant par la presse que par l’aficion. Si ça met un peu de pression d’un côté, ça rassure aussi de l’autre, dans le sens où la billetterie marche bien et notre planning se déroule parfaitement. Même s’il n’y a jamais rien d’acquis, je peux dire que je suis heureux de vivre ce que je vis avec la feria d’Istres.

- As-tu à présent hâte d’y être ?

- Non, on a encore pas mal de choses à faire, notamment sur le plan de la communication, on doit voir encore l’évolution de nos toros au campo et leur hébergement puisque cette année nous aurons nos propres corrales. C’est une grande nouveauté, une première, et c’est très important pour notre feria. Enfin, au sujet de la taquilla qui a très bien marché, il reste encore quelques places à vendre pour toutes les courses et bien entendu, nous comptons sur le délai qui nous reste pour finaliser les ventes. Bref, je vais être encore très occupé, c’est pourquoi je ne suis pas particulièrement pressé de voir le bout du tunnel. Par exemple, j’irai présenter la feria à Madrid en compagnie d’Enrique Ponce pour présenter le 7 mai au Club Allard l’affiche de son encerrona, donc il y a encore de quoi faire tous les jours… et ce n’est que du bonheur !

bm29e

- Tu m’as dit récemment que pour toi, le montage des cartels n’a jamais été aussi compliqué que cette année. Peux-tu nous en dire un peu plus à ce sujet ?

- C’est de plus en plus dur car on a mis la barre tellement haut avec Istres et qu’on se complique un petit peu la vie en voulant trouver chaque année des idées nouvelles ou encore en rajoutant un spectacle de plus alors qu’on aurait pu rester sur la même configuration que l’an passé, qu’on ne va pas vers la simplicité ! Pour le bien de la Fiesta, pour faire plaisir à l’Aficion et faire venir des aficionados de nombreux pays, on place chaque année la barre un peu plus haute. C’est notre grande satisfaction, mais la difficulté consiste à trouver l’orientation de la Feria. Son identité n’est ni torista, ni torerista, elle est que quand au mois de janvier on annonce les cartels, je veux voir dans les yeux des aficionados du bonheur, leur sensibilité étant touchée dès cette présentation. C’est là où un imprésario doit, entre parenthèses, triompher ! Mais tant que les cartels ne sont pas faits, qu’on n’en est qu’à leur montage, c’est une période de plus en plus difficile car la Feria d’Istres a atteint aujourd’hui une belle notoriété, on a un niveau à maintenir, c’est la volonté de notre Maire qui m’a toujours soutenu, ainsi que notre commission, et c’est devenu pour nous un challenge important.

- Compte tenu justement de cette notoriété légitimement acquise, les exigences des figuras et de leur entourage ne sont-elles pas devenues plus importantes ?

- Les choses se sont faites par étape. Effectivement, de nombreuses figuras sont venues toréer au Palio, c’est très bien, mais Joselito nous a consacré cette arène. En même temps, il nous a mis une pression très forte pour maintenir le cap et surprendre chaque année. Aujourd’hui, Istres ne peut pas se permettre d’être la copie d’Arles et de Nîmes, c’est impossible, il faut que l’on ait quelque chose à part qui fasse la différence. Forcément, quand on cherche des idées originales, on met aussi un coup de pieds dans la fourmilière car on casse la routine des engagements des toreros. Forcément, arrivent les pressions des apoderados par rapport à d’autres, d’où la difficulté de monter aujourd’hui cette feria. Il y a quatre corridas de toros et l’on sait très bien que six toros pour trois matadors, c’est insuffisant. Il faut que chaque année une histoire touche les gens, et si on regarde bien, il n’y a pas un torero qui cette année toréera à Istres par hasard ! Tout s’explique, mais on ne peut pas faire plaisir à tout le monde, c’est quelque chose qui m’est aussi difficile à gérer, mais qui fait partie de la vie d’un imprésario et après, les complications qui peuvent se greffer sont celles de n’importe quel imprésario d’une arène importante qui compte dans le calendrier taurin.

ist02f

- Quelques mots sur chaque cartel… Le vendredi ?

- C’est la corrida d’ouverture, qu’on a appelée celle des Triomphateurs, car avec Juan Bautista, avec Nîmes et Arles, Alejandro Talavante avec Saragosse et Alberto López Simón à la Feria de Otoño, nous avons voulu réunir les trois toreros qui ont été dans un grand moment à la fin de la dernière temporada. Pour moi, c’est un cartelazo, avec beaucoup de qualité et d’espoir, la corrida de Zalduendo étant cuatreña et magnifiquement présentée, dans le son de « Zarando » qui avait été indulté l’an passé ! On a beaucoup d’espoir car on s’est rendu compte que chaque année, la corrida qui ouvre la feria a du mal à rompre la glace, et là, je crois qu’on a mis cette année tous les ingrédients de notre côté pour que cette première corrida soit déjà un succès…

ist02w

- Le samedi, novillada de Dos Hermanas puis corrida des Méritants…

- Andy Younes fait partie des novilleros que l’on suit et qui a déjà triomphé à Istres l’an dernier au mois d’août et qui vient d’ouvrir la Puerta Grande de Valencia. Il a beaucoup de talent et je suis très heureux d’avoir pu le reprogrammer au Palio. Leo Valadez est un jeune novillero mexicain qui a été très bien à Olivenza et qui va faire parler de lui, faisant partie de cette génération de novilleros qui vont être à la mode très vite grâce à son talent. Il y a aussi une brochette de novilleros qui ne vont pas tarder à prendre l’alternative et une autre génération devrait s’installer avec les deux que j’ai nommés et d’autres encore, dont Adrien Salenc que la commission taurine a choisi pour ne pas l’avoir laissée insensible en non piquée et parce qu’après Captieux, il va débuter en piquée dans le Sud-Est chez nous. Quant aux novillos français, ce n’est pas une obligation d’en prendre, mais c’est une volonté de maintenir le cap avec les ganaderos français qui ont de la garantie dans leur élevage…

a a dh28x

L’après-midi, c’est le retour de Joselito, mais en tant que ganadero. C’est un lot qui s’annonce encasté et aujourd’hui, réunir Urdiales, Joubert et Garrido assure déjà un niveau de cartel et de qualité artistique impressionnant. Urdiales a été très peu vu dans notre région et il est aujourd’hui un torero qui interprète avec le plus de pureté le toreo bueno, Thomas Joubert s’est gagné sa répétition par rapport à son triomphe de l’an passé au Palio, il nous a encore mis les larmes aux yeux à Arles et je le dis haut et fort, c’est une injustice que ce jeune diestro n’ait pas plus de contrats ! Istres l’a programmé l’an passé et Istres va le consacrer cette année, j’en suis persuadé !!! Quant à José Garrido, c’est la grande satisfaction de 2015 qui s’est déjà distingué cette année à Olivenza, Valencia et Séville. Il va confirmer son alternative à Nîmes puis viendra logiquement chez nous, ce qui constitue un excellent complément de cartel.

tj02t

- Enfin, le dimanche, clôture avec une alternative et une encerrona. Et pas des moindres…

-  C’est pour nous très important qu’un novillero puntero comme Galdós vienne prendre son alternative ici car il aurait pu la prendre dans n’importe quelle grande feria dans une arène de première catégorie, ce qui prouve que la Feria d’Istres a atteint un niveau considérable. Joaquín Galdós va toréer à Séville et Madrid juste avant et a  déjà quelques contrats de signés pour des corridas, comme La Brède et Dax, et avec un lot du Pilar magnifiquement présenté, cette corrida devrait placer le Péruvien sous les feux de l’actualité. On espère qu’il triomphera le jour de son alternative aux côtés de Manzanares qu’on ne présente plus, et López Simón, car on a voulu réunir celui qui l’an passé n’avait pas pu participer et celui qui était venu le remplacer avec le résultat que l’on sait !

als02xt

Dans ces plateaux exceptionnels, la corrida de clôture est une corrida à part. Je vais avoir la joie et le privilège de présenter l’affiche de l’encerrona avec Enrique Ponce à Madrid. Il va expliquer pourquoi il va tuer six toros à Istres. Il ne vient pas les tuer chez nous comme ça, ceux qui croient ça se trompent, il y a une histoire… Istres est pour lui la scène idéale pour remercier l’Aficion Française de l’avoir soutenu pendant vingt-six ans. Dans ce contexte, ce sera une corrida spéciale, ouverte à d’autres cultures, peinture, musique, photo, sculpture, avec donc une connotation artistique qui forcément coïncide avec la vision d’Enrique Ponce de relever un défi de cette importance à Istres ! Cette corrida va être une grande fête, les quinze ans de la Feria seront fêtés, c’est le poumon de la Feria, même si López Simón torée deux fois, et pour nous, c’est carrément extraordinaire !

ep02v

- On entend dire ici ou là que concernant l’habillage de cette corrida, on n’est peut-être pas au bout de nos surprises et de nos émotions, notamment dans le domaine musical. Là aussi, on peut en savoir un peu plus ?

- Ce sera une corrida un petit peu symphonique ! On pourrait appeler ça « La symphonie de Ponce en six actes » à partir de musiques choisies par le Maestro ! On ferme les  yeux et on se prend à rêver, des fois que les toros embistent, car dans ce cas, le public va forcément tomber sous le charme de la torería de Ponce qui est basée sur l’esthétique… Pour nous, c’est très important d’avoir sur les quatre corridas, une d’entre elles qui sorte de l’ordinaire et qui tire les cartels par le haut.

ep02t

- Deux mots sur les absences ?

- Il n’y a que quatre corridas et j’aurais aimé qu’il y ait d’autres toreros, mais ça a été compliqué dans les négociations. Il y a eu des malentendus, des coups bas, mais ça fait partie du toreo, et monter une feria n’est pas un chemin de roses ! On n’est pas dans le monde des Bisounours, mais quand on regarde l’affiche, je pense que nous avons finalement monté quelque chose à la fois de cohérent et d’alléchant, non ?

- Où en est la taquilla ?

- Il reste à peu près 700 places à vendre par corrida, on est encore un peu loin de l’événement et tous les jours ce nombre baisse. Je pense qu’on arrivera à remplir au terme de notre campagne de communication…

- Et pour la fête du mois d’août, quel est le moment fort de la programmation ?

- Ce sera cette année une novillada sans picadors en collaboration avec le Centre Français de Tauromachie. Le bétail viendra de La Paluna qui avait brillé l’an passé et il y aura sept aspirants des différentes écoles taurines, le cartel étant annoncé début juin. C’est bien car ça maintient la tradition au mois d’août, ça valorise la sans picadors, tout comme la novillada piquée qui était au mois d’août sera valorisée aussi en entrant en feria. Quelque part, c’est réajuster les cartes différemment.

pal02t

Mais pour revenir à l’ensemble de notre programmation, je n’ai pas peur de dire, car à un moment donné il faut être fier de ce qu’on fait,  qu’Istres est la meilleure arène du Monde de troisième catégorie ! N’y voyez pas de la prétention, mais c’est une réalité objective. Avec 3000 places et cette qualité de cartels, avec quatre corridas de toros en trois jours, je pense qu’à un moment donné c’est bien de le dire, pour au moins une raison, c’est que c’est la vérité ! C’est ma dixième année à la tête des arènes que je vis cette aventure formidable grâce à la confiance que m’a accordée le maire François Bernardini pour monter des cartels de qualité, c’est d’ailleurs ce qui me permet de tenir de tels propos.

fb02t

- Un mot sur l’affiche ?

- Celle de cette année, pour les quinze ans, rappelle Joselito que l’on voit de dos, car comme je l’ai dit, c’est lui qui a réellement placé Istres sur les plus hauts sommets. Quant à la phrase qu’une personnalité compose chaque année, elle est de Rudy Ricciotti : « Toréer pour construire un paysage amoureux, une œuvre impétueuse et romantique, exactement entre l’épreuve du précipice et la grâce du don. »

ist29z

- Entre nous, tu as déjà 2017 en tête ?

- Franchement, oui. Ça a commencé car c’est ma mission, une feria se termine et l’autre s’enchaine, tout va vite dans le toreo et une idée peut surgir à tout moment. Mais pour l’heure, je suis évidemment très centré sur celle qui se profile…

ist30t

Avec le contenu de sa programmation, avec des cartels originaux et attrayants, Istres va encore faire parler d’elle à la mi-juin. Une volonté d’excellence qui ne demande qu’à être confirmée sur le sable. Suerte !!!

Tous les renseignements sur cette feria en cliquant ICI

(Suite à mon récent périple andalou, vous trouverez bientôt ici des entrevistas de Fabrice Torrito, mayoral d’Albaserrada, et de Léa Vicens, qui prépare ses futures courses chez Ángel Peralta…)

MADRID

Devant une demi-arène, Juan del Álamo a été le plus en vue de la corrida goyesque qui a marqué les débuts ganaderos de Joselito.  Au terme d'une bonne faena donnée au troisième, le meilleur d'un envoi qui a manqué globalement de moteur à la muleta, le Salmantino a coupé la seule oreille de la tarde puis a salué à l'ultime.

jda02t

Silence et saluts pour Miguel Abellán et saluts puis silence pour Iván Vicente.

(Photo : Juan Pelegrín - Las Ventas)

PARENTIS

Parentis dévoile ses cartels des 6 et 7 août prochains…

A l’issue du troisième Certamen « Coso de Parentis » qui s’est déroulé le 30 avril dernier, l’Association des Aficionados (ADA FERIA) et la Commission taurine viennent de rendre publics les cartels de la prochaine feria de la Sen Bertomiu qui se déroulera les 6 et 7 août 2016.

David Fernández, Guillermo Valencia et Juan del Castillo au cartel du Samedi

Le Samedi 6 août à 18h, David Fernández, Guillermo Valencia et Juan del Castillo seront  chargés d’affronter les novillos d’origine Santa Coloma de Los Maños (Zaragoza).

Manolo Vanegas et Juan Carlos Carballo à l’affiche  du Dimanche matin

Le rendez-vous matinal du dimanche 7 août verra s’affronter Manolo Vanegas et Juan Carlos Carballo, vainqueur du Certamen du 30 avril devant les novillos de El Añadio (Jaén).

Jesús Chover, Miguel Ángel Silva et Gerardo Rivera au cartel du Concours de Novillos

L’après-midi, lors de la novillada concours, Jesús Chover affrontera un Partido de Resina (Pablo Romero) et un Monteviejo (Vega Villar), Miguel Ángel Siva sera confronté à un Santa Teresa (Gamero Civico) et un Valdellán (Santa Coloma/Pilar Población) et Gerardo Rivera estoquera un Couto de Fornilhos (La Corte/Atanasio) et un Raso de Portillo (Santa Coloma/Dionisio Rodriguez).

par02t

Le renouvellement ou les acquisitions de nouveaux abonnements se feront du 10 mai au 10 juin 2016 en se rendant sur www.ada-parentis.com  

Il sera possible de pré-réserver ses billets par internet en se rendant sur www. adaparentis.com du 25 au 29 juillet.

Pour ceux qui souhaitent uniquement acheter des billets, les guichets de locations seront ouverts à compter du lundi 1° août.

Téléphone : 05.58.78.26.72.

Lieu : Ecole des Arènes, rue Jules Ferry.

Horaires : 10h/12h-15h/18h du lundi 1° au samedi 6/08 à 12h.

Frais de Location: 1€ par billet

LES BILLETS NE SERONT NI REPRIS NI ECHANGES

Il n’y aura pas de réservation des places le dimanche matin.

Le retrait des billets se fera aux guichets le samedi de 15h/18h, le dimanche matin, de 9h à 11h et  le dimanche après-midi, de 15h à 18h.

(Communiqué)

AIRE

 Avec Feria TV, voir le résumé vidéo du desafío ganadero d'Aire sur l'Adfour en cliquant ICI

gab02t

SAINTES

stes02t

PALAVAS

Climat sibérien et vent fort pour cette 19ème édition de la Feria de la Mer. Autrement dit, des étagères vides et une ambiance " muy fría ».

pal02h

Néanmoins, les plus courageux ont pu voir les deux bons solos de corrida proposés le samedi avec Juan Bautista "a hombros " devant un bon lot de Robert Margé et le dimanche, avec le rejoneador Andy Cartagena "a hombros " lui aussi (six oreilles) devant l’élevage portugais de Passanha.

pal02i

Deux réceptions ont marqué ces deux événements à l’espace et bodega " coté Ibiza" en présence des récipiendaires, de l’empresa et de Christian Jeanjean (maire de la cité).

pal02z

L’Uctpr a offert les quatre trophées.

pal02g

(Communiqué - texte et photos BP - Réceptions JP Souchon)

LAS MATAS

Entré: 2/3. L'unique oreille pour Álvaro Lorenzo dans une décevante novillada d'Alcurrucén. Alejandro Conquero blessé à Aire sur L’Adour le 1er mai n'a pu lidier le sixième.
lm02t
Álvaro Lorenzo : silence, oreille et applaudissements (celui d' Alejandro Conquero).
 
Varea: silence et silence.
 
Alejandro Conquero: silence.
(Photo : Joël Buravand)
 

AFAP

IXème Hommage aux " Pionniers de la Tauromachie Française" au Mont Margarot de Nîmes...  

Le jeudi 12 mai à partir de 11h45 et en présence du Sénateur Maire de Nîmes Jean-Paul Fournier, l'Association Française des Aficionados Prácticos honorera cette année, le "revistero" taurin Roland Massabuau (Roland M.), qui recevra la médaille de l'Association, et un trophée sera remis à Michel Bouix, pour son parcours professionnel.  

Le parrain d'honneur de cette manifestation est Alain Montcouquiol.

(Communiqué)

PANA

Dramatique blessure d'El Pana ce dimanche à Torreón (Mexique) où suite à une voltereta, il est retombé violemment sur la tête. Evacué à l'infirmerie puis à l'hôpital, El Pana se trouve dans le coma et d'après les premiers examens, il souffre de fractures de plusieurs vertèbres, ce qui a comme première conséquence une paralysie des membres inférieurs...

pana02k

FIESTAS CAMPERAS

milhaud02t

fc02t

HAPPYCIONADO

Dans le cadre de la promotion de la tauromachie auprès des jeunes, la société SIMON CASAS PRODUCTION a décidé d’offrir à tous ses « abonnés promotionnels » le livre pour enfants « DÉCOUVRE LA TAUROMACHIE EN T’AMUSANT ! » d’HAPPYCIONADO créé par Matthieu Vangelisti et parrainé par Sébastien Castella.

happ02t

Les abonnés bénéficiaires pourront retirer le livre aux guichets des arènes (4 rue de la violette) à compter du mardi 3 mai 2016. L’ouvrage est également en vente aux librairies TEISSIER et GOYARD ainsi qu’à la boutique TORIL D’ARTISTES à Nîmes. 

Plus d’informations au 0891 701 401 et en cliquant www.happycionado.com.

(Communiqué de SIMON CASAS PRODUCTION & HAPPYCIONADO)

HEMINGWAY

hem02t

LIVRE

Antonio vient de publier aux éditions Gascogne un livre d’entretiens avec le matador sévillan Daniel Luque, torero avec lequel il avait envie de s’entretenir longuement pour mieux décrypter sa tauromachie et comprendre ce personnage souvent controversé en raison de son prétendu mauvais caractère. Il avait déjà eu l’occasion de parler avec lui auparavant, mais lors de ces conversations au coin du feu et hors saison, le torero et l’homme se dévoilent bien davantage.

aa02t

Ce livre contient un cahier photo en couleur avec des clichés des photographes Roland Costedoat et Bruno Lasnier.

Si vous souhaitez recevoir chez vous le livre, vous pouvez le commander directement. Il vous suffit d’adresser un chèque de 18€ à son nom et en retour vous le recevrez (les prix d’envoi et l’enveloppe sont compris dans les 18€) : Antonio Arévalo, 54 Cours Aristide Briand, 33 000 Bordeaux.

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 cer06aff

 mdm30aff