Lundi 06 Février 2023
Nîmes : Sortie a hombros de Juan Bautista par la Porte des Consuls…
Dimanche, 12 Juin 2011

a-jb12aa

Corrida entretenue ce dimanche matin, marquée par le souvenir de Juan Pedro Domecq…

Arènes pleines par grand beau temps, six toros de Juan Pedro Domecq portant une devise noire, dans le type, correctement présentés, terciados les deux derniers, sortant au pas avant de se décider, nobles, limités de forces la plupart mais ne rechignant pas à aller au cheval, meilleurs les 2 et 3.

a-jpd12b

A l’issue du paseo, un moment de recueillement a été observé à la mémoire de Juan Pedro Domecq et Jorge Semprún.

a-jpd12aa

Dans l’ambiance particulière des corridas matinales, sous l’œil de Juan Pedro Domecq hijo qui a pris le relais, les trois diestros se sont montrés soucieux de donner le meilleur d’eux-mêmes, parfois contrariés par une légère brise et le peu de résistance de certains de leurs opposants. Mais globalement, la caste a été au rendez-vous et cette course a réservé d’excellents moments.

Enrique Ponce (saluts et oreille) fut accueilli par une sympathique ovation qu’il fit partager à ses deux compañeros en les invitant à venir saluer à ses côtés. Le ton était donné avec un public  particulièrement motivé… Face à son premier, il esquissa des mouvements suaves et ajustés, mais le bicho eut du mal à tenir la distance. Avec le quatrième, le Valencian eut du mal à trouver le bon tempo au début, mais à force d’insister et malgré les avis qui sonnaient, il finit fort convenablement une faena près des tablas qui est allée a más.

a-ep12a

Javier Conde (oreille et silence) a retrouvé un de ses jardins favoris. Il eut ce jour un comportement très digne avec par exemple son brindis au ciel  puis à Marie, la veuve de Juan Pedro, et afficha une belle maestría dans sa réception d’un melocotón encasté. La faena fut une succession d’estampes, incomplète, irrégulière, mais avec des pics de haute altitude. Le cinquième était nettement en dessous, mais Conde fit encore l’effort de lui arracher ce qui pouvait l’être, sans pouvoir « cuajer » un trasteo vraiment lié.

a-jc12a

Juan Bautista (deux oreilles et oreille) a été le grand gagnant de la matinée, grâce notamment à un trasteo complet et superbement mené dans tous les tercios… y compris le second puisque à la surprise générale, l’Arlésien manifesta sa décision en s’emparant des palos, ce qui lui valut une belle ovation.

a-jb12b

Commencée à genoux, sa faena fut une succession de séries agréablement construites, surtout à droite, avec d’excellentes réponses de son opposant, le plus complet de l’envoi.

a-jb12a

Après entière, deux oreilles vinrent logiquement récompenser une prestation aboutie. L’ultime était loin d’être une copie conforme, mais sur sa lancée, il fit ce qu’il fallait pour obtenir l’oreille qui constituait le sésame mathématiquement nécessaire pour sortir par la Porte des Consuls…