Lundi 06 Février 2023
Istres : Sortie a hombros d’Antonio Barrera…
Samedi, 18 Juin 2011

a-ab18aa

Après avoir coupé trois oreilles, Antonio Barrera tenait sa revanche et repartait du Palio par la Grande Porte…

Deuxième no hay billetes. Par temps menaçant dans la journée puis semblant s’améliorer, c’est finalement avec un peu trop de vent que s’est déroulée cette deuxième corrida de feria, encore plus intense en deuxième partie.

Six toros de García (1, 3 et 4) et Olga Jiménez - même maison -, de présentation adaptée au caractère de cette corrida, à savoir justes de présence, capachos la plupart, monopiqués, mais mobiles et enracés, du moins quand leurs forces le permettaient. Meilleurs les 2 et 5. Le cinquième, Discreído, d’Olga Jiménez, a été honoré de la vuelta posthume.

A la demande du public, salut des trois toreros à l’issue du paseo… Morante de la Puebla (saluts aux deux) s’est fait applaudir au capote à son premier, et sa faena, au demeurant bien débutée, comprit ensuite des hauts et des bas, quelques escoubilles venant s’intercaler sur de suaves instantanés, tout cela au son de « Nerva ». On se  disait que c’était plutôt bien parti, mais deux descabellos après entière firent quelque peu retomber le soufflet.

a-mo18a

Au quatrième, auteur d’une vuelta de campana après la pique, Morante dut aussi lutter contre des rafales qui se faisaient de plus en plus violentes. Rabrouant un banderillero puis se délestant de ses zapatillas, l’artiste de la Puebla fit front et se battit tant qu’il put contre les éléments contraires, sa volonté faisant merveille. Il tira de-ci, de-là, quelques pinceladas de haute école, se fit désarmer sur un extraño, mais ne lâcha jamais prise. Deux pinchazos, metisaca et entière avec avis.

a-mo18b

Antonio Barrera (oreille et deux oreilles) a été le triomphateur du jour, grâce peut-être à un bon sorteo (et tant mieux !), mais surtout aux ganas et à l’entrega affichées tout au long de la tarde. Franchement, malgré toute la sympathie que je peux avoir pour ce torero, et bien sûr le respect, si j’avais eu aujourd’hui un billet à miser, je l’aurais plutôt sur un des deux monstres qui l’entouraient… Seulement voilà, comme en sport, la glorieuse incertitude, ça existe aussi de temps à autres dans les toros, et le Petit Poucet a forcé le passage vers la Grande Porte au nez et à la barbe de ses deux  rivaux d’un jour… Un peu comme si une équipe albanaise se qualifiait dans la Champion’s League en étant dans le même groupe que le Barça et Manchester ! Je vous fais remarquer au passage que je n’ai pas dit une équipe française, afin de ne fâcher personne ! Quoique…

Barrera reçut son premier par une larga afarolada de rodillas poursuivie par un bon capoteo qui lui valut l’assentiment de l’assemblée, tout comme sur un quite alluré au sortir de l’unique puyazo. Brindant au public, il démarra par deux cambios au centre, trouva rapidement le bon sitio, templa ses derechazos, poursuivit par naturelles d’abord aidées, et termina par les sempiternelles circulaires inversées avant manoletinas, puis entière au second envoi. Un trasteo qui valut par sa détermination et son évident désir de transmettre.

a-ab18a

Mais c’est avec le « buen quinto » qu’Antonio Barrera allait gagner sa grande porte. Encore remarqué au capote, y compris sur un quite après un puyazo bien administré, puis joli moment d’émotion avec son brindis à Bernard Marsella. Il ne fallait pas être grand clerc pour deviner la teneur de ses propos, où il devait être notamment question de reconnaissance…

a-ab18b

Bonne entame à genoux, suite par derechazos templés puis excellents redondos, le tout bien enchaîné et portant sur les gradins, naturelles bien tirées et deuxième partie de faena par… devinez quoi ? Evidemment, plusieurs séries de circulaires inversées… avant final agenouillé précédant un espadazo a recibir suivi d’une longue agonie de brave. Barrera tenait sa revanche et c’est bien ce qui pouvait lui arriver de mieux car il a certainement plus besoin de contrats que de prières et les deux autres, pour les contrats, ils ont déjà cinq saisons d’avance !

a-ab18c

a-gj18a

Reste Manzanares (oreille et saluts), toujours aussi élégant, dans ses allures et le moindre de ses gestes. Mais… ce n’était pas vraiment son jour. Pour l’avoir vu triompher plusieurs fois « a lo grande » depuis le début de cette temporada, on va dire qu’aujourd’hui il a fait le boulot, certes avec une gestuelle incomparable par moments, mais sans jamais avoir pu aller au bout de ses intentions. Il faut dire aussi que lorsqu’on est habitué au Champagne millésimé, on a du mal à se faire au pétillant ! Son premier trasteo a comporté de bons moments, mais face à un toro qui ne transmettait pas grand-chose, il lui était difficile de forcer la dose. Oreille toutefois, après entière un poil tombée.

a-manz18a

Avec l’ultime, au demeurant très limité de forces, il  a mis du temps à trouver le bon tempo avant de distiller quelques séquences savoureuses, sans que ce soit du grand Manzana… Entière après pinchazo et saluts… et félicitations à sa cuadrilla, encore une fois au top ! 

a-manz18d 

En matinée, sous une pluie fine, Challenge Ouest-Provence pour les becerristas Bastien Coelho, Yohan Martinez, Antonio Tobaruela et Andy Younes, les premier et troisième du CFT, les deux autres de l’école taurine d’Arles…

a-ist18a

Becerrada plaisante avec du bétail de Fano, plus maniables les deux premiers. Coelho, Martinez et Tobaruela ont obtenu un trophée symbolique (puisque sans mise à mort), et Andy deux. Enhorabuena à ces jeunes aspirants et leurs accompagnateurs !