Dimanche 25 Février 2024
PATRICE
Lundi, 23 Octobre 2023
 bleu23pq1
 
Bleu de Nîmes…
 
Bleu.
 
Et rien d’autre.
 
 
 
Azul purisima.
 
Sin bordado.
 
 
 
Pas le bleu.
 
De Klein.
 
 
 
Celui.
 
De « L’abstrait dans la nature tangible et visible ».
 
 
 
Pas le bleu.
 
De Sam Francis.
 
 
 
Celui.
 
« De la spéculation ».
 
 
 
Pas le bleu de Prusse.
 
Du Vincent de «La nuit étoilée».
 
 
 
Ni celui.
 
Du Canaletto.
 
 
 
Ou de « La Grande Vague ».
 
D’Hokusai.
 
 
 
Ni le bleu du traje.
 
De Manolo Vásquez.
 
 
 
Qui s’arrêta de toréer.
 
Pendant le solo de trompette de «Nerva».
 
 bleu23pq
 
Le 12 octobre 1983.
 
A Séville.
 
 
 
Ni celui du vestido.
 
De José Tomás.
 
 
 
Quand il réapparut.
 
A Madrid pour la San Isidro 2008.
 
 
 
Ou le bleu que portait Talavante.
 
A Castellón le 25 mars 2017 avec le toro de Garcigrande.
 
 
 
Mais.
 
 
 
Le bleu.
 
De Nîmes.
 
 
 
Celui.
 
Du ciel.
 
 
 
Un matin.
 
De día de toros.
 
 
 
A las ocho.
 
Y siete minutos.
 
 
 
Bleu.
 
Des chemises des maçons.
 
 
 
Aux aisselles délavées.
 
Par la sueur des chantiers.
 
 
 
Et bleu.
 
Des chemises «Souleiado».
 
 
 
Des filles.
 
A la Pentecôte.
 
 
 
Bleu.
 
Des jeans.
 
 
 
Aux jambes usées.
 
A s’y frotter les mains du travail.
 
 
 
Bleu.
 
Des veines saillantes.
 
 
 
De ceux.
 
Du marteau piqueur.
 
 
 
Des tranchées.
 
De Crégut.
 
 
 
Bleu.
 
Du reflet de l’eau.
 
 
 
Dans les caniveaux.
 
De Bachalas.
 
 
 
Et bleu.
 
Des arènes.
 
 
 
Eclairées.
 
En nuits de Levi Strauss.
 
 
 
Bleu.
 
De l’eau du Gardon.
 
 
 
Au Pont St Nicolas.
 
Des Frères Pontifes.
 
 
 
Où à quinze ans.
 
Nous allions en «bleue» nous baigner.
 
 
 
Bleu de la blouse en coutil.
 
De Michel Gilles.
 
 
 
Et bleu.
 
De la Vierge de Santa Cruz.
 
 
 
Celle des Oranais.
 
Du pèlerinage de l’Ascension.
 
 
 
Et des souvenirs.
 
De là-bas.
 
 
 
Bleu.
 
De la devise de l’Amarée.
 
 
 
Et de celle.
 
D’Aubanel.
 
 
 
Bleu.
 
De la chicorée sauvage.
 
 
 
De la garrigue.
 
Entre Poulx et Cabrières.
 
 
 
Bleu.
 
Du paquet de «Gauloises».
 
 
 
Acheté.
 
Au bureau de tabac au coin de la rue St Antoine.
 
 
 
Bleu des yeux.
 
De Lalo et de Maxime dans le patio de caballos.
 
 
 
Et bleu.
 
Des cotons de méthylène.
 
 
 
Entre les doigts.
 
De Léandre, l’enfermero de la plaza.
 
 
 
Bleu de délicatesse.
 
Sans souillure.
 
 
 
Bleu de transparence.
 
Sans soupir.
 
 
 
Bleu de liberté.
 
Et de l’encre de l’écriture.
 
 
 
Fumant une cigarette.
 
A la fenêtre de l’appartement de ma fille.
 
 
 
Un matin.
 
De día de toros.
 
 
 
A las ocho.
 
Y siete minutos.
 
 
 
Ce bleu de Nîmes.
 
Je voyais.
 
 
Patrice Quiot