Dimanche 25 Février 2024
PATRICE
Lundi, 20 Novembre 2023
jj19pq
 
John O'Hara, torero joycien d’«Ulysse» (2)…
«...  Ainsi, avec l'aide de Carmona, O'Hara se présente à Séville le 6 août 1876 dans une corrida dans laquelle alternent "le jeune anglais Juan O'Hara", Manuel Hermosilla el Cirineo et Fernando Gómez Gallito Chico. La prestation d'O'Hara à la Maestranza suscita l'enthousiasme du public, plus en raison de son caractère exotique que des mérites taurins de l'Irlandais et la presse sévillane fit écho à sa performance.  
 
« Une foule considérable s'est rendue aux arènes dimanche après-midi, attirée par la curiosité de voir combattre l'Anglais M. O'Hara, qui a tué deux taureaux sinon avec maestría, du moins en montrant des signes de grande sérénité et de courage. En dehors de cette circonstance, le combat n'a rien offert de spécial car le bétail était assez faible et les droitiers n'ont rien fait non plus qui mérite d'être mentionné. 
 
Avec une foule considérable, la corrida annoncée a eu lieu dimanche après-midi, ce qui n'apportait pas d'autre nouveauté que celle de se présenter comme un matador, un Anglais, qui, selon toute apparence, le faisait avec la même grâce et la même sérénité que n'importe quel fils d'Andalousie. Nous n'avons pas encore vu de cuadrilla parlant russe ou allemand. Les taureaux ne comprendraient pas un mot. » (El Porvenir, 8-VIII-1876).
 
Le 20 ou le 27 août, John O'Hara combat à Málaga, en alternance avec Hipólito Sánchez Arjona, puis à San Fernando, San Roque, Cadix et Algésiras. À Barcelone, le 27 septembre aux côtés de José Fernández « El Barbi », il est si brillant que Don Rosendo Arús y Anderiú lui consacre une ode en catalan dans la revue « Pepe Illo ». C'est peut-être l'occasion à laquelle José María de Cossío fait référence lorsqu’il écrit que Manuel Domínguez « Desperdicios » dut prêter à O'Hara un costume lilas et or.
 
Le 10 décembre, il se produit à Madrid avec José Ruiz « Joséíto » tuant les taureaux de Don Salvador Martín, une occasion à propos de laquelle la revue El Toreo commente : « Il a un sang-froid admirable, il a un courage… à toute épreuve ». Il est répété le 26 du même mois ; à cause du bétail, il eut du mal, «perdant même ses zapatillas» selon Don Ventura.
 
A Madrid, O'Hara ne suscite pas l'attente qu’il avait suscitée en Andalousie ou à Barcelone, et à partir de là, les critiques cessent de s'intéresser à lui.
 
En 1877, de retour en Irlande, O'Hara rend visite à ses anciens collègues du 95e Régiment à Cork ; il leur montre la coleta de torero qu'il portait et fait état de la renommée qu'il avait acquise en Espagne en tant que « célèbre matador anglais », même s'il ne dit probablement rien de son échec à Madrid.
 
John O'Hara était un personnage tellement excentrique dans l'Irlande du XIXe siècle qu'il n'est pas difficile de supposer que Joyce aurait entendu parler de lui à Dublin. 
 
Mais il existe un lien encore plus direct entre l’auteur et le torero. 
 
Le père de Joyce, John Joyce, spécialiste des blagues et des anecdotes selon son propre fils, était originaire de Cork, la ville d'où O'Hara était parti comme sous-lieutenant dans l'armée britannique et où il était revenu arborant la coleta. 
 
On sait que Joyce avait fait des recherches sur Gibraltar, dont il avait extrait de nombreuses données. Lorsqu'il a trouvé celle faisant référence à l'inauguration des arènes de La Línea, il l'a immédiatement liée à O'Hara.
 
Or O'Hara n'a jamais tué un taureau dans la plaza de toros de la Línea dans la mesure où sa carrière taurine a commencé et s'est terminée cinq ans avant l'inauguration des arènes ».
 
Sources : Francisco Javier Quintana Álvarez.
« Toros en La Línea en Ulysses: Otro anacronismo joyceano”
 
Datos 
 
James Joyce, de son nom de naissance James Augustine Aloysius Joyce (2 février 1882 à Dublin – 13 janvier 1941 à Zurich), est un romancier et poète irlandais, considéré comme l'un des écrivains les plus influents du XXe siècle. Ses œuvres majeures sont un recueil de nouvelles, intitulé Les Gens de Dublin (1914), et des romans tels que Portrait de l'artiste en jeune homme (1916), Ulysse (1922) et Finnegans Wake (1939).
 
Ulysse est un roman de James Joyce, sorti dans un premier temps sous forme de feuilleton dans le magazine américain The Little Review entre mars 1918 et décembre 1920, avant d'être publié dans son intégralité le 2 février 1922 à Paris par la librairie Shakespeare and Company.
 
Dès sa parution aux États-Unis, Ulysse a suscité la controverse notamment avec la plainte posée par la New York Society for the Suppression of Vice jugeant le livre obscène. Le livre fut interdit aux États-Unis jusqu'en 1934. Il ne cessera par la suite d'être commenté et sera l'objet de très nombreuses études.
 
Qualifié de « cathédrale de prose », il est considéré comme l'un des romans les plus importants de la littérature moderne, figurant même à la 1ère place dans la liste des cent meilleurs romans de langue anglaise du XXe siècle établie par la Modern Library en 1998.
 
Le roman relate les pérégrinations de Leopold Bloom (Ulysse) et Stephen Dedalus (Télémaque) à travers la ville de Dublin lors d'une journée ordinaire.
 
L'action commence le 16 juin 1904 à 8 heures pour se terminer dans la nuit aux alentours de 3 heures.
 
John O´Hara Cork (Irlanda), hacia 1845.
 
Debut en la Real Maestranza de Sevilla: la tarde del 6 de agosto de 1876, junto a Manuel Hermosilla Cirineo y Fernando Gómez Gallito.
 
Temporada 1876: Algunas crónicas citan la tarde del 12 de agosto cuando se presentó en Madrid. La tarde del 27 de agosto toreó en Málaga, junto a Hipólito Sánchez Arjona. Tambien toreó en San Roque, Cádiz y Algeciras. La tarde del 29 de septiembre torea en Barcelona, junto a José Fernández El Barbi. La tarde del 10 diciembre torea en Madrid junto a José Ruiz Joseíto, reses de Salvador Martín. Y la tarde del 26 de diciembre vuelve a torear en Madrid.
 
Temporada 1877: toreó en Valencia y en Alicante. Se retira de los ruedos y vuelve a Irlanda.
 
Francisco Javier Quintana Álvarez est diplômé en géographie et histoire et professeur dans un institut de La Línea de la Concepción. 
 
Il est membre de la Société espagnole James Joyce.
 
Patrice Quiot