Mercredi 30 Novembre 2022
Bayonne, Beucaire, San Sebastián…
Jeudi, 04 Août 2011


a-a-manz04aa

Une oreille pour Castella et Manzanares…

Par beau temps et environ deux tiers d’arène, la corrida du Pilar a surtout valu pour sa première partie et son épilogue. En effet, avec une présence et des caractères différents, quatre toros, les 1, 2, 3 et 6 étaient des plus exploitables, alors que par leur faiblesse, les 4 et 5 ont quelque peu fait retomber le soufflet.

Esaú Fernández (saluts aux deux) s’est présenté dans son costume d’alternative et sa confirmation à Lachepaillet aurait pu être triomphale s’il n’avait séché avec les aciers. Voulant d’emblée montrer sa détermination, il est allé accueillir son premier a portagayola puis poursuivit par un capoteo alluré qui fit surgir les premiers olés. Il se fit encore remarquer capote en mains sur un quite par chicuelinas entre deux brèves rencontres au cheval. Son parrain de confirmation, Sébastien Castella, alla à son tour au quite, remarquablement exécuté, avant une réplique du confirmant.

a-a-ef04a

Après la cérémonie, Esaú brinda à l’assistance, que certainement l’empresa aurait voulu plus nombreuse, puis belle entame templée et « entreguée » qui fit naître l’espoir d’une confirmation réussie. Le jeune diestro de Camas marquait des points, d’autant plus que la suite à gauche comprit de bons moments, mais après les manoletinas, la sauce s’est d’un coup liquéfiée avec le maniement de l’estoc et le tout s’est terminé par un salut, alors que l’oreille semblait gagnée…

a-a-ef04b

Avec l’ultime, qui au début sema un peu la panique par sa façon de n’en faire qu’à sa guise puis qui prit deux piques sans style, les choses allaient tourner sur un tout autre registre au dernier tercio, le Pilar manifestant pas mal de noblesse et une propension à embestir dont profita en partie Esaú dans une faena brindée à sa mère… Mais une nouvelle fois, il perdit tout espoir de récompense avec les aciers, le bicho finissant par se coucher juste avant la sonnerie du troisième avis.

a-a-ef04c

A son premier, Sébastien Castella (oreille et silence) s’est fait applaudir sur ses capotazos de réception. Après deux piques sommaires, il brilla encore sur un quite par chicuelinas. Après que ses banderilleros aient salué, dont Javier Ambel pour deux paires bien colloquées, le Biterrois brinda à l’auditoire et entama sa faena par deux cambios maison, c’est-à-dire en s’exposant et restant droit, contrairement à ceux qui ont tendance à se courber au dernier moment. Après un superbe changement de mains, Sébastien alterna les séries ajustées, et même si le toro baissa un peu sur la fin, l’oreille obtenue après entière était des plus méritées, une partie du public demandant même au palco de doubler la mise, requête rejetée.

a-a-sc04a

Le castaño sorti en quatrième position n’a pas permis à Sébastien d’aller chercher le trophée qui lui aurait permis de sortir par la grande porte à cause de sa faiblesse qui entraîna, comme toujours en pareil cas, la conséquence principale de manquer de transmission. Trasteo méritoire, toutefois mal rematé aux aciers.

a-a-sc04b

Manzanares (oreille et silence) vit son premier s’éclater la pointe du piton gauche en rematant fort au burladero. Parti de loin, il poussa sur le premier assaut avant de prendre une deuxième ration bien plus légère. Après que Juan José Trujillo et Luis Blásquez aient été ovationnés au second tercio, Manzana débuta à gauche et prit rapidement confiance.

a-a-manz04a

Avec Nerva en fond musical, José Mari se montra de plus en plus inspiré, signant notamment deux redondos et une trinchera de « puta madre »… Le public était aux anges et après un coup de canon dont il a le secret, l’oreille tomba logiquement du palco.

a-a-manz04b

Les choses allaient prendre rapidement, hélas, une tout autre tournure avec le quinto pour un scenario à peu près identique au précédent, sauf que davantage que la faiblesse, on pouvait dans ce cas parler d’invalidité. En effet, le toro accusa un problème de motricité qui souleva quelques protestations pendant le tercio de piques puis au moment où Manzanares s’avança avec sa muleta pour voir son adversaire s’affaler d’emblée. Nouvelle bronca et faena forcément sans saveur malgré l’application du torero, le tout se terminant prématurément dans la déception et l’envoi de quelques douceurs envers la loge présidentielle… Mais quel torerazo on avait vu au premier !

BEAUCAIRE

Avec Feria TV, retour sur la Feria de Beaucaire avec la corrida de Garcigrande ICI et la prestation des recortadores  

SAN SEBASTIÁN

a-a-ss03a

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels