Vendredi 09 Décembre 2022
Bayonne, Istres, Millas, Parentis, Soustons, Serrano…
Dimanche, 07 Août 2011


a-a-jb07aa

Sortie a hombros de Juan Bautista et une oreille pour José Tomás…

Dernière corrida du cycle d’août avec grand beau temps et no hay billetes. Six toros de Vegahermosa (1) et Jandilla bien présentés, mais manquant la plupart de moteur, d'alegría et de son au dernier tercio, plusieurs d'entre eux finissant aux planches.

Grosse ovation à l’issue du paseo pour José Tomás qui a invité ses compañeros à venir saluer avec lui…

Juan Mora (silence et saluts) a bien démarré au capote, mais à la muleta, son adversaire, au port de tête désordonné et peu animé de bonnes intentions, surtout à gauche, l’a contraint à abréger, ce qu’il fit sans aucun brio.

a-a-jm07a

Avec le quatrième, aux pointes particulièrement effilées, il se fit encore remarquer au capote, y compris sur un quite. Muleta en mains, il sortira les gestes des grands jours dans son corte pinturero, certes isolés, mais d’une rare beauté. Une fois ces quelques estampes exposées, ça n’a pas trainé, un petit tiers de lame couchant son opposant que son puntillero eut bien du mal à envoyer définitivement ad patres.

Attendu comme le Messie, José Tomás (oreille et saluts après avis) n’a pas pu nous faire totalement déguster le champagne qui correspondait aux couleurs de son superbe traje. Pourtant, à son premier, il souleva les premiers olés sur sa réception au capote puis sur un grand quite par gaoneras avec belle réplique de Juan Bautista, mais ensuite, son adversaire ne l’aida pas trop et le maestro de Galapagar ne put que s’exprimer par bribes, avec quelques gestes harmonieux, surtout à droite, qui ont un peu relevé la sauce.

a-a-jt07b

 

On se persuadait alors qu’il n’y avait pas de mauvais quinto à force de l’avoir entendu, mais hélas, l’adage a ses limites, tout comme le toro qui s’il lui permit quelques gestes de qualité au capote, allait lui compliquer la vie en cours de faena. Excellent début genou ployé, mais la suite fut plus âpre et hachée, José parvenant néanmoins à glisser quelques muletazos maison, surtout à tribord, mais le tout laissant un goût d’inachevé à cause principalement d’un toro qui ne transmettait pas.

a-a-jt07a

Juan Bautista se fit remarquer d’emblée par un bon enchaînement véroniques-chicuelinas à la réception de son premier qui prit un bon puyazo en fonçant de loin puis un second plus léger, et après que Curro Robles ait salué au second tercio, l’Arlésien canalisa le fauve en douceur en se fendant. Attiré par les planches, c’est dans son terrain qu’il tira quelques séries décidées et après une demie, il put promener un premier pavillon.

a-a-jb07a

Avec l’ultime, la faena brindée à José Tomás connut un peu de tout, puis Juan se mit dans les cornes pour un final encimista qui porta sur l’auditoire, un espadazo sin puntilla contribuant à faire tomber du palco un nouveau mouchoir, synonyme de sortie par la grande porte… 

En matinée, très intéressante non piquée d'Alma Serena grâce d'abord à la qualité des erales fournis par les frères Bats qui ont salué à l'issue de la course. Le quatrième a été honoré de la vuelta al ruedo, probablement pour récompenser l'ensemble de l'envoi. Ensuite, félicitations aux quatre aspirants qui ont tous montré dans leur corte différent de réelles possibilités pour le futur. Abel Robles et Brandón Campos ont coupé une oreille, tandis que Sergio Salas  et Lilian Ferrani l'ont perdue à l'épée et ont salué.

a-a-ar07a

Abel Robles

a-a-bc07a

Brandón Campos 

ISTRES

Jesús Fernández : saluts aux deux.
Ángel Jiménez : saluts et oreille.
Mateo Julián : saluts aux deux.
Novillos de Frédérique et Alain Tardieu.

a-a-aj07b

a-a-aj07a

Ángel Jiménez (Photos : Daniel Chicot)

MILLAS

Pedro Carrero : saluts aux deux.
José Arévalo, saluts et applaudissements.
Javier Jiménez : applaudissements et oreille.
Novillos de Moreno de Silva.

PARENTIS

El Dani : silence et saluts.
Juan Manuel Jiménez : saluts aux deux.
Sergio Blanco : oreille et silence.
Novillos de Valdellán.

SOUSTONS

Jiménez Fortes : silence aux deux.
Mathieu Guillon : oreille et deux oreilles.
Damián Castaño : silence aux deux.
Novillos d’Antonio Bañuelos.

SERRANO

Muiños (Orense). Samedi. Toros de Cándido García.
Le rejoneador Alfonso López Bayo : deux oreilles et oreille.
Marc Serrano : deux oreilles et deux oreilles et la queue.
Julio Benítez: ovation et deux oreilles.

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels