Vendredi 09 Décembre 2022
Dax, Béziers…
Samedi, 13 Août 2011


a-a-ec13aa

Sortie a hombros par la porte des cuadrillas de El Cid, oreille pour Juan Bautista…

Arènes pleines, chaleur, six toros d’Ana Romero plus un sobrero du même fer sorti en troisième position. Un lot bien dans le type santacolomeño, terciados et manquant de forces pour la plupart, en dessus les deux derniers.

Enrique Ponce (silence aux deux) n’a pas hérité d’un sorteo favorable, son premier prenant une pique rectifiée puis basculant sur une vuelta de campana, puis s’avérant terne au dernier tiers. Faena marquée par l’esthétisme maison, mais sans grand relief, à laquelle il a manqué de la part du toro la moindre pointe de piquant.

a-a-ep13a

Le quatrième se montra rapidement avisé, son manque de forces l’incitant à jouer la défense. Quelque peu lassé, l’auditoire l’invita à ne pas prolonger inutilement, ce que Ponce se résolut à faire, non sans quelques difficultés.

Juan Bautista (silence et oreille) essuya d’emblée un extraño de son premier qui le força à sauter la barrière pour ensuite instrumenter une faena complète, agrémentée de quelques beaux gestes, mais sans émotion particulière, un bajonazo et deux descabellos n’arrangeant rien.

a-a-jb13a

Le cinquième fut à mon avis le meilleur de l’envoi. L’Arlésien afficha une belle décision dès l’entame de sa faena puis quitta les zapatillas pour s’engager dans un trasteo valeureux sur les deux côtés. Voulant certainement jouer le banco pour la sortie a hombros, il décida de tuer « a recibir », mais la lame n’entra que d’un tiers et Bautista dut s’y reprendre à deux fois au descabello, ce qui limita la récompense à un trophée.

El Cid (oreille aux deux) vit son premier toro changé après la pique pour boiterie. Sortit alors un sobrero du même élevage qu’il reçut par capotazos allurés avant d’exécuter une faena entretenue sur les deux rives de laquelle ressortirent quelques naturelles de gala.

a-a-ec13a

Avec l’ultime, Manuel signa une nouvelle fois plusieurs capotazos harmonieux, mais se fit désarmer sur le remate. Après une pique poussée (denrée rare en ce moment), on craignit le pire quand après une première paire d’Alcalareño, le bicho se retrouva au tapis. Mais il se reprit par la suite et le Cid, visiblement très motivé, fit un bel effort qui fut en fin de compte couronné de succès.

En matinée, devant des gradins pratiquement pleins et par forte chaleur, Fernando Adrián (silence et deux oreilles) et Rafael Cerro (saluts et deux oreilles) sont sortis a hombros par la porte des cuadrillas.

a-a-nov13a

Quant à Mathieu Guillon, il a salué au premier, perdant l’oreille aux aciers, puis coupa une oreille au quatrième, justifiée en grande partie par un superbe espadazo.

a-a-mg13a

Lot bien présenté de El Risco, sérieux et charpenté, inégal de forces et de comportement, meilleurs les deux derniers.

BÉZIERS

Sortie a hombros de Sébastien Castella (saluts et deux oreilles) et Manzanares (saluts et deux oreilles), Curro Díaz :  ovation et silence.

a-a-sc13a

Sur ses terres, le Biterrois a doublé la mise après la grande porte de la veille, se montrant notamment à son avantage avec le quinto, exécutant une faena de haut relief bien rematée à l’estoc.

a-a-sc13b

C’est avec l’ultime Cuvillo que Manzanares mit le paquet pour accompagner Sébastien, réussissant son entreprise avec quelques gestes d’un remarquable profondeur.

a-a-manz13a

Quant à Curro Díaz, il marqua son empreinte avec le toro qui ouvrit le bal, parsemant son trasteo de détails de haute lignée, son second ne lui laissant par contre aucune option.

a-a-cd13a

En matinée, non piquée entretenue de Jalabert, le trophée Jean-Paul Deruy allant à Sofianito (oreille).

a-a-bez13b

El Tolosa et Eduardo Sibaja ont aussi obtenu une oreille, tandis qu’Alejandro Rubio a fait la vuelta.

a-a-bez13a

Photos : Daniel Chicot

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels