Mardi 18 Juin 2024
ARLES
Samedi, 30 Mars 2024
arl30ph
 
Triomphe de Sébastien Castella et Daniel Luque pour la corrida d’ouverture…
 
Environ trois quarts d’arène, temps agréable, mais un peu frisquet vers la fin. Six Zalduendo inégaux de comportement, meilleurs les 4 et 5.
 
Premier soulagement avec un ciel dégagé, ce qui a permis à cette corrida de se dérouler normalement. 
 
Sébastien Castella : oreille et deux oreilles.
Daniel Luque : palmitas et deux oreilles.
Juan Ortega : silence aux deux.
 
sc30k
 
 
Sébastien Castella n’a pas trainé pour se mettre en évidence face au premier et après deux piques et un quite suivi d’un autre de Luque tout autant apprécié, il entama sa faena arrodillado aux tablas, affichant d’emblée ses bonnes dispositions. La faena s’est poursuivie par  évidente aisance technique et artistique, le tout se prolongeant par final encimista avec avis avant de porter une entière. De la belle ouvrage, certes, mais c’est avec le cuarto que le Biterrois allait faire grimper encore plus la température, d’abord par excellent capoteo une fois encore, puis après que son piquero soit ovationné à sa sortie et que les banderillros ne s’illustrent au second tercio. Avec un détail qui porta sur les étagères, un brindis à l’auditoire interrompu par son opposant auquel il servit sur la lancée une première série… avant de revenir à son brindis ! A partir de là et de trois cambios au centre, la suite a été instrumentée en Maestro, Sébastien affichant une facilité au gré de tandas aussi ajustées que variées, le tout étant ponctué par une demi-lame. Pour sa première tarde de la saison chez nous, on a pu constater qu’il s’est montré déjà prêt à relever les défis les plus prestigieux. A commencer dès ce dimanche à Séville pour la Resurrección ? Ojalá...
 
dl30k
 
 
Daniel Luque n’a pas été en reste, loin de là. Il n’a pas pu avec son premier donner sa pleine mesure face à un adversaire fade dans ses réponses. En effet, il aurait fallu plus d’allant et de puissance au Zalduendo pour que son trasteo soit plus convaincant malgré une gestuelle de bon goût. Mais avec le quinto, les choses allaient prendre une tout autre allure. Après une demie de postín au capote, c’est à la muleta que le maestro de Gerena allait faire vibrer l’auditoire par enchainements haut de gamme. Aisance, verticalité, profondeur, une trilogie à laquelle on pourrait rajouter pas mal de superlatifs. Un régal pour les yeux jusqu’aux luquecinas, la spécialité maison. Après entière tombée, de nombreux mouchoirs blancs ont été exhibés jusqu’à ce que le palco l’autorise par une double récompense à  sortir a hombros aux côtés de Castella. Sans aucun doute, une autre belle satisfaction de cette tarde.
 
jo30k
 
 
On ne pourra pas hélas en dire autant d’Ortega, certes auteur de quelques pinceladas maison du plus bel effet, mais sans vraiment de continuité par fadeur de son premier clientt, ce qui vida le contenu de pratiquement toute émotion. Le Sévillan ne put réussir le desquite avec l’ultime, un burraco sans saveur qu’il a douté, mettant un point final à une prestation que l’on aurait voulu voir plus aboutie. Mais il est vrai que ce jour, il ne venait pas de danser avec les plus belles…
 
 arl30bâche
 
En matinée, après le soleil revenu et une bonne demi-heure passée pour les areneros à enlever la bâche et remettre la piste en état, le paseo a pu s’ébranler devant environ un quart d’arène.
 
Novillos de Blohorn, La Golosina, Turquay, Tardieu, sérieux de présentation, donnant un jeu inégal.
 
Nino Julián : saluts et silence.
Samuel Navalón : vuelta et oreille.
 
nino30k
 
 
Nino commença avec un Blohorn auquel il servit un capoteo soigné qu’il banderilla plus tard, recueillant des applaudissements. Brindis à l’assemblée, entame décidée face à un novillo répondant à toutes les sollicitations. Le Nîmois mit pas mal de cœur à l’ouvrage au cours d’un trasteo qui le vit subir une voltereta, avant final âpre mais soutenu. Las, l’épée est venue en définitive rabaisser la note. Avec le Turquay, Nino brinda sa faena aux étagères, mais il dut assez rapidement tenter de trouver des solutions lors d’un affrontement complexe, le novillo se montrant court de charge et le vent n’arrangeant rien.  Malgré de louables efforts, il eut quelques difficultés à s’imposer, concluant par trois quarts puis descabello.
 
sn30k
 
 
Samuel Navalón débuta avec l’exemplaire de La Golosina, une estampe qui n’était pas loin des quatre ans, manso sous le fer mais qui s’anima sur la troisième rencontre. Il brinda ensuite à Jean-Baptiste Jalabert une faena comprenant des passages allurés, essuyant une voltereta puis se reprenant bien avant de se faire soulever en portant une épée tendida. Une entière déclencha ensuite une pétition non suivie d’effet. Avec un Tardieu exigent mais qui offrait des possibilités, Samuel brinda à l’assistance une faena débutée à genoux au centre, puis marquée par son entrega et sa volonté de convaincre, le tout lui valant après entière au second envoi le seul trophée d’une matinée somme toute entretenue…