Jeudi 30 Mai 2024
ARLES
Dimanche, 31 Mars 2024
at31pk
 
Sortie a hombros d’Alejandro Talavante à l’issue de la tarde et de Marco Pérez en matinée, vuelta al ruedo pour un novillo de Gallon frères et un toro de Jandilla…
 
2/3 d’arène environ, temps incertain avec vent et pluie fine sur la fin. Deux toros de Los Espartales pour le rejoneo et trois de Jandilla, ainsi qu’un Vegahermosa sorti en troisième position. La plupart ont donné du jeu et l’ultime, de Jandilla, "Ajumado", a été crédité de la vuelta…
 
jand31k
 
Diego Ventura : oreille et silence.
 
Manzanares : silence aux deux.
 
Alejandro Talavante : deux oreilles et deux oreilles.
 
Petite digression météorologique pour dire qu’après nous avoir bassiné pendant plus d’une semaine dans les medias en annonçant le déluge pour ce dimanche de résurrection, au point que la billetterie a dû s’en ressentir, les deux courses dominicales ont en fin de compte eu lieu. Certes, on n’était pas dans un contexte tropical, mais c’était somme toute supportable… en ayant pris quelques précautions vestimentaires…
 
dv31k
 
Diego Ventura a obtenu un trophée à l’issue de sa première prestation certes volontaire et spectaculaire, mais qui a manqué peut-être d’un peu plus d’alegría.  Plus tard, il aurait pu encore couper, mais la conclusion a fait, hélas pour lui, retomber le soufflé. 
 
A venir, la reseña de Freddy Porte, bien plus compétent en la matière… 
 
manz31
 
Manzanares a débuté avec un adversaire qui ne manquait pas de race, mais l’Alicantino a paru contrarié par le vent et son trasteo s’en est ressenti, toréant en outre beaucoup à la voix. Entière tombée. Avec le quinto, l’Alicantino ne put réussir le desquite lors d’un long trasteo, dépendant il est vrai encore des éléments. Mais est-ce que ça peut tout expliquer ? 
 
at31k
 
La tarde a été finalement celle de Talavante qui a rempli son esportón à ras bord. Face au bon troisième, « Tala » donna le ton par capoteo bien léché puis faena inspirée entamée à genoux. Plusieurs séquences méritaient la mention, en particulier à bâbord, et comme il conclut par entière, deux mouchoirs tombèrent du palco, lui assurant déjà sa sortie a hombros. Mais il ne voulut par en rester là et lors d’un final sous la grisaille, le frío et les gouttes, avec des étagères en partie en mode désertion, il brinda aux courageux une faena relevée, templée, allègre, décidée, bref avec tout ce qui fait sa marque de fabrique les jours de grande musique. Comme ce dimanche arlésien…
 
gal31k
 
En matinée, par ciel capricieux avec même incursion du soleil, le public remplissait les travées pour environ un quart. Deux novillos de Cuvillo, puis deux des frères Gallon et enfin deux de Santiago Domecq. Inégaux de comportement, la palme allant au quatrième, « Jinastico », des frères Gallon, qui a eu les honneurs d’une vuelta posthume. 
 
Manuel Román : oreille, silence et vuelta.
Marco Pérez : saluts, deux oreilles et saluts.
 
mr31k
 
Dans l’ensemble, ce mano a mano a réservé de bons moments et si Marco Pérez est sorti a hombros tout seul, ce n’est pas pour autant que Manuel Román ne s’est pas mis en évidence. Selon moi, en effet, il s’est « planté » avec l’ultime car une oreille lui tendait les bras… qu’il a perdue pour avoir un peu trop « lambiné », comme on dit chez moi. Je ne m’explique pas comment après une faena comprenant de bons passages conclue par entière au second envoi, il ait pu rester aussi longtemps passif, sa cuadrilla aussi, devant un opposant qui avait la bouche fermée, mais qu’il aurait peut-être fallu déplacer, ou au moins quitter la lame. Bref, ce qui se voulait un geste de bravoure s’est terminé en eau de boudin et l’oreille s’est envolée. D’autant plus dommage pour le jeune Cordouan qu’auparavant, il avait étalé une torería qui eut l’agrément de l’assemblée, notamment face au Cuvillo, avec oreille à la clé. Devant son Gallon, ce fut moins évident, le novillo baissant de ton et Manuel séchant avec les aciers. Puis vint son troisième client, de Santiago Domecq, qui lui offrit des possibilités de doubler la mise, mais comme évoqué plus haut, sa faena brindée à Daniel Luque, au demeurant méritoire, s’effilocha sur la fin…
 
mp31k
 
Marco Pérez débutait dans l’arène de son apoderado et en pas mal de circonstances, il a affiché son aplomb, sa détermination et un potentiel déjà remarquables. Bref, il n’a pas laissé échapper une aussi belle opportunité de s’en retourner sur les épaules d’un costalero dans l’alegría générale. S’il n’a pu dépasser le stade des bonnes intentions face à un Cuvillo compliqué qu’il n’a pas totalement dominé, puis en fin de parcours un Santiago Domecq le contraignant à jouer le rôle d’infirmier lors d'une faena brindée au ganadero Zacarías Moreno, c’est avec un bon exemplaire des frères Gallon qu’il allait tirer le mieux son épingle du jeu. Reçu a portagayola, il se distingua ensuite lors d’une faena brindée à la mère et les enfants de son apoderado, affichant malgré le vent ajuste, aguante et autorité pour encaisser les deux esgourdes d’un triomphe chaleureusement fêté. 
 
 mP31ph