Samedi 20 Juillet 2024
PATRICE
Samedi, 13 Avril 2024
bi13pk
 
Mugron et Aignan : 12 Baltasares, señores, 12  ! ... (1)
 
 
Les douze, ceux d’Aignan et de Mugron, partirent du cortijo «Wellington».
 
Les six d’Aignan y revinrent avant d’en repartir.
 
Et la pluie fit qu’on vit les cadets de Mugron avant les ainés d’Aignan.
 
A Mugron, dans l’esprit convivial d’une omelette d’asperges sauvages dégustée entre amis au Pont du Gard, superbes en negro ou castaño, les cadets ont donné un caractère festif et entretenido à un lundi de Pâques ensoleillé.
 
Braves de leur race, les six onze fois rencontrèrent des lanciers pas toujours en phase avec cette caste vive ; tous, à l’exception peut-être du quatrième, permirent à la muleta ; le second fut remarquable de bravoure et le cinquième un parangon de noblesse.
 
« Festin de grâce !
Tu ouvres les portes de la vie,
En Toi les promesses sont accomplies,
Les chants sont rendus à la terre. Alléluia ! » .
 
Aurait pu psalmodier l’arène de Condrette, aux trois quarts remplie.
 
Domingo González, le mayoral, lui, aurait mérité la Puerta Grande du chai d’Antin et Cristina Moratiel Llarena, la patronne, celle du château de Boucosse.
 
 
 
Alejandro Peñaranda ne passa pas un bon lundi ; ne comprenant pas le premier dont la caste le déborda, il zigzagua desconfiado de Narbis à Laurède et restant sur la défensive devant son second qui présentait quelques épines, il perdit ses papiers entre Lourquin et Hauriet.
 
Comme un foie frais de canard trop longtemps au soleil, le torero d’Iniesta qui avait triomphé à Valencia avec les novillos de Chamaco et qui sera à Madrid le 21 mai avec ceux de Fuente Ymbro, resta inédit en ce premier avril.
 
«L'avenir est une porte, le passé en est la clé» écrivait Hugo.
 
 
 
Alejandro Chicharro a l’énergie d’un joueur de pelote à main nue, ce qui n’est déjà pas mal. Mais face à un novillo très brave au cheval et somptueux à la muleta, le pelotari à la main plus effectiste que conquérante n’arriva pas à aller au bout du potentiel du Baltasar ; cependant, comme à la volée l’épée tua vite son premier le natif de Miraflores de la Sierra fit le tour de la cancha avec un pavillon à la main.
 
La très bonne corne gauche et la noblesse du cinquième firent la faena et le joueur de pelote qui sera à Madrid le 28 mai avec les Guadaira en coupa deux autres dont une qu’il aurait pu abandonner dans le ruisseau du Moulin de Bordes.
 
«Le passé, l'avenir, ces deux moitiés de vie dont l'une dit jamais et l'autre dit toujours» écrivait Lamartine.
 
 
 
On ne peut pas demander à Tomás Bastos qui a débuté avec chevaux à Olivenza le 3 mars d’avoir un mois après tous les atouts pour lidier un lot de catégorie ; quelques erreurs sur le dosage de la pique de son premier et de son second attestèrent d’une verdeur ; les désarmés au sixième firent apparaître que le geste n’était pas encore tout a fait maitrisé et, qu’à ce motif, le torero portugais ne pesa pas assez sur les novillos et n’arriva pas vraiment à en mettre en valeur l’excellence.
 
Mais, mais… Tomás Bastos tiene algo… Une personnalité, une présence, un quelque chose en quelques détails qui laissèrent entrevoir un sabor de boca qu’une oreille légitimement récompensa.
 
Un torero très bien piloté par Cristina Sánchez de Pablos et à suivre sans modération.
 
Il sera à Madrid avec les Montealto le 14 mai et le 30 à Séville devant les novillos de Talavante.
 
« L'avenir n'est pas ce qui va arriver, mais ce que nous allons faire. » écrivait Bergson.
 
bi31w
 
Datos
 
1er avril/Arènes de Mugron.
 
Novillada piquée des Pâques Taurines 2024.
 
Six novillos de Baltasar Ibán. 
 
Alejandro Peñaranda: silence (avis), silence.
 
Alejandro Chicharro: oreille, deux oreilles.
 
Tomás Bastos: silence, oreille (avis).
 
Alejandro Chicharro reçut le prix mis en jeu par la Peña Taurine Mugronnaise.
 
Président: Mathieu Lacoume.
 
A suivre...
 
Patrice Quiot