Jeudi 18 Juillet 2024
SÉVILLE
Dimanche, 21 Avril 2024
ef20pk
 
Corrida de clôture entretenue avec la ganadería Miura ; l'unique oreille pour Esaú Fernández...
 
Arènes quasiment pleines. Six Miura bien dans le type, charpentés, avec pour la plupart un éventail des caractères maison donnant par intermittence du piquant aux combats.
 
 
El Fandi : saluts et vuelta.
 
Manuel Escribano : saluts aux deux.
 
Esaú Fernández : oreille et silence.
 
 
De cette course de clôture, on retiendra l'abnégation de la terna , avec trois diestros motivés qui ont bien connecté avec le public, notamment par cinq réceptions a portagayola et un second tercio animé par le Fandi et Escribano, avec échanges de bonnes manières les quatre fois...
 
El Fandi  a reçu ses deux adversaires a portagayola puis banderilla les deux fois avec Escribano à qui il brinda sa première faena se soldant par une ovation. Au second, bis repetita pour les deux premiers tercios. A la muleta, le Granadino fit un bel effort, se montrant surtout à son avantage sur le côté droit. Malgré une pétition qui sans être majoritaire était assez compacte, une vuelta chaleureusement fêtée est venue mettre fin à sa prestation.
 
Manuel Escribano était visiblement venu pour frapper à nouveau un grand coup. On l'a vu une nouvelle fois très entreprenant, allant lui aussi attendre ses deux adversaires à la sortie des chiqueros, puis rendant la politesse au Fandi au second tiers. Sa première faena a compris plusieurs phases templées avant une demi-lame tombée. Avec le quinto, le maestro de Gerena brinda sa faena à la banda de musique. Las, son opposant n'a guère justifié l'adage, rendant quasiment impossible l'éventualité d'une faena compacte et ajustée. Conclusion par demi-lame.
 
Esaú Fernández a décroché l'unique pompon à son premier passage. après avoir tracé quelques muletazos soignés sur les deux bords, le tout étant conclu par une lame tendida. Pour ne pas être en reste, il alla à son tour recevoir l'ultime a portagayola, puis après deux bons puyazos, il brinda à ses deux compañeros un trasteo plus compliqué que le précédent car ne terminant pas les passes, ce qui ne permit pas au maestro de Camas de donner de l'ampleur à ses muletazos, le tout se terminant par demie.
 
arr19k
 
La veille, autre no hay billetes pour la corrida de Victoriano del Río qui a donné l'occasion à Andrés Roca Rey de remettre les pendules à l'heure question suprématie.
 
Avec trois oreilles dans son esportón, deux puis une, le Péruvien repartit par la Porte du Prince.
 
Il convient d'ajouter que face à un lot inégal, Ortega (applaudissements et silence) n'a pas été le mieux servi. Il parvint toutefois à se signaler sur quelques gestes de classe, faute de mieux.
 
Quant à Pablo Aguado, il afficha de belles dispositions, obtenant un trophée au dernier avant de saluer au précédent.
 
Le débat est à présent ouvert : à l'issue de cette Feria de Abril, qui va monter sur le trône ?
 
(Photos : Maestranza)