Jeudi 19 Mai 2022
Bayonne, Ronda, Arles, Graines, Lunel…
Lundi, 05 Septembre 2011

a-a-bay04aa

Pour le final à Lachepaillet, sortie a hombros du Juli et de Manzanares…

Dimanche 4 septembre, plein. Paseo retardé d'une demi-heure en raison de la pluie. Six toros de Daniel Ruiz.

El Juli, écrevisse et or: deux oreilles et salut
José Mari Manzanares, Havane et or: une oreille et une oreille
Daniel Luque, bleu ciel et or: salut et silence.

On a cru jusqu'à la dernière minute que la course ne serait pas donnée car il pleuvait dur sur Bayonne et Lachepaillet était trempé. Mais le ciel fut avec les aficionados venus en masse, quelques minutes avant le paseo la pluie cessait et en un tour de main, avec l'aide de moult brouettes de sciure, la piste fut remise en état.

El Juli, chef de lidia, donna donc le signal du défilé.

L'ensemble de Daniel Ruiz, dans le type hormis le quatrième, était très bien défendu. Au moral, le premier fut noble avec une pointe de soseria, les seconds et troisièmes débutèrent en fanfare mais s'arrêtèrent en cours de faena. Le quatrième était très compliqué et les suivants se laissèrent faire, sans faire preuve de beaucoup de caractère. Sous le fer, ils prirent les deux piques réglementaires sans se distinguer.

El Juli profita des bontés du tambour major pour emballer un public acquis à sa cause. Il essora l'animal avec la décision qui le caractérise en tirant de longues séries avec circulaires inversées, changements de main; bref l'ensemble du répertoire. Il tua d'un de ces "julipié" dont il a le secret et obtint un franc succès. Il fit le job par la suite face à un client désagréable dont il n'y avait rien à tirer; mais, grâce à cet effort, tout le monde l'avait vu. Autre "julipié" périphérique celui-là.

a-a-ej04a

Voir avec Feria TV le résumé de la prestation du Juli en cliquant ICI

José Mari Manzanares eut les plus beaux gestes de l'après-midi. La séquence la plus intéressante se situa à l'entame de sa première faena. On put alors profiter du concept bien particulier de l'Alcantino qui torée avec tout le corps, avec de l'autorité dans le "toque" et du temple dans la muleta. Hélas, le toro ne dura pas. Il s'en défit en deux temps, d'un pinchazo suivi d'un estoconazo. A son second passage, la médiocrité de l'opposition ne lui permit pas de s'exprimer, mais il tenta le tout pour le tout et il tua d'un recibir spectaculaire qui l'autorisa à sortir en triomphe avec Julián.

a-a-manz04a

Voir avec Feria TV le résumé de la prestation de Manzanares en cliquant

Daniel Luque eut lui aussi de bons moments à son premier passage, toréant en rond avec goût et avec un rythme plaisant. Mais cela ne dura que l'espace d'un instant. Le toro baissant d'un ton, Daniel se perdit dans la banalité: un pinchazo, une entière tombée et trasera. Au dernier, faible, il ne put imposer cette tauromachie allègre et artistique qu'il affectionne. Il tenta l'option "encimiste", se plaçant dans les cornes, sans insister: un pinchazo, une entière basse et un descabello. Ovation de despedida pour Daniel, tandis que Julian et José Mari sortaient en triomphe au son d'"Adiou Bayounne, petite flour"... A l'année prochaine Lachepaillet!

a-a-dl04b

Dimanche matin, un tiers d'arène, pluie. Six novillos de López Gibaja.

Thomas Ceiquera en ébène et noir: silence et silence.
Mathieu Guillon, pétale de rose et azabache, :salut et silence.
Fernando Adrian, bleu ciel et or: un avis et salut et vuelta après avis.

Lourde et magnifique novillada de López Gibaja qui s'avéra dure, violente et sans beaucoup d'options pour les toreros qui de plus évoluaient dans une mare à canard, la pluie tombant violemment.

Thomas Ceiquera eut du mal à se défaire de ses deux adversaires.

Mathieu Guillon brilla à la cape et aux banderilles mais ne prit pas l'ascendant nécessaire dans un combat, il est vrai, particulièrement âpre.

Fernando Adrián, élève de l'école du Juli, se montra le plus sûr des trois, le plus mûr aussi, s'arrimant comme il faut et faisant preuve de beaucoup d'aguante et de courage.

Pierre Vidal

Avec Feria TV, d’autre vidéos sur Bayonne…

Le triomphe de Perera lors de la corrida du samedi 3. Cliquez encore ICI

Le succès de Sebastián Ritter lors de la finale des non piquées. Cliquez toujours

RONDA

Par beau temps et dans une arène garnie aux trois quarts, le final de cette Feria de Pedro Romero a connu un succès éclatant puisque grâce aux toros de La Capea et au bon comportement des trois rejoneadors, ces derniers sont sortis a hombros.

a-a-rf04a

Rui Fernandes : oreille et oreille.

a-a-dv04a

Diego Ventura : deux oreilles et deux oreilles.

a-a-lh04a

Leonardo Hernández : saluts et deux oreilles.

ARLES

Communiqué des Arènes d'Arles…

Le lot de Daniel RUIZ initialement prévu pour la Corrida Goyesque du Samedi 11 septembre est remplacé par une corrida de la ganadería de ZALDUENDO.

Les Toros seront présentés au public à partir du mercredi 7 septembre début d'après midi aux corrales de l'Espace Toros d'Arles.

GRAINES

Générac : Roland DURAND avait amené trois terneras et un becerro pour ce nouvel épisode de GRAINES DE TOREROS. La première, solide, noblote fut toréée par un Alexandre RUBIO appliqué, en grande forme.

La seconde, très faible, échut à SANTIAGO qui, malgré ce handicap réussit à construire une faena très torera.

a-a-ctn04a

KIKE hérita de la troisième faible et noble, et  se montra très torero avec quelques épisodes teintés de poncisme !

a-a-ctn04b

Il fallait un vainqueur... Après de longues délibérations, le jury désigna SANTIAGO comme lauréat… qui eut à faire à un becerro bronco et violent et s'en tira grâce à son oficio : une oreille.

La journée se termina autour du verre de l'amitié offert par la municipalité de GENERAC.
(Communiqué)

LUNEL

Formidable journée d’aficion que celle montée par la peña Paul Ricard " Victor Mendes " de Lunel aux arènes San Juan.

Pour débuter la manifestation, c’est une réception conviviale à la salle Georges Brassens qui a vu dans un premier temps prendre la parole la présidente Marie-lou Fournier qui a rendu hommage à notre regrettée Georgette Gautier.

a-a-lu04a

Puis ce fut le tour du maire de Lunel, Claude Arnaud, entouré de ses deux adjoints à la culture et à la tauromachie, René Roux et Joël Moysan.

Enfin, le maestro Victor Mendes, arrivant directement du Portugal pour cette occasion, s’est exprimé (en francais, s’il vous plait !) et nous a immédiatement envoutés par son charisme et sa gentillesse.

Environ 150 personnes étaient présentes et l’on pouvait apercevoir également Stéphane Rossignol, Maire de la Grande Motte et grand aficionado, accompagné par Mme Lavigne, suppléante du député Jean-Pierre Grand (excusé), ainsi que des membre du club taurin Paul Ricard "Goya" de Lunel.

Une tienta de deux vaches de Patrick Laugier avec les pupilles de l’école taurine de Nîmes dirigée par Brigitte Dubois et Juan Villanueva a permis de découvrir le tout nouvel élève en provenance de Colombie Santiago Sánchez Mejías (déja vu à Saint Laurent d’Aigouze au mois
d’août), ainsi que Alejandro Rubio, sous le regard avisé et formateur du "maître" Victor Mendés.

a-a-lu04b

Pour conclure cette après-midi, un novillo de Patrick Laugier a été brillamment combattu devant environ 300 personnes, le palco accordant deux oreilles et un rabo au maestro.

a-a-lu04c

Anniversaire réussi, sans aucun doute, même si le mauvais temps et la pluie ont freiné la venue du public.
(Communiqué - Texte et photos Bernard Planchon)

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

al23aff.jpg

nim25aff

vic18haff

ist09aff1

stsev04aff

cer16aff

arl14b_-_aff.jpg