Samedi 27 Novembre 2021
Arles, Dax, Nîmes, Bautista…
Dimanche, 11 Septembre 2011

a-a-jb10aa

Sortie a hombros de Juan Bautista, deux oreilles pour El Juli,  Morante « en su corte »…

La corrida goyesque d’Arles a toujours quelque chose de particulier, d’une part par la décoration d’un artiste invité, en l’occurrence Claude Viallat, mais aussi cette année par l’accompagnement musical, avec outre l’orchestre Chicuelo II, les chœurs de « Voce »… et la liberté laissée au chef d’orchestre, Rudy Nazy, de mener les débats à sa guise…

a-a-arl10a

Après le remarquable ordonnancement du paseo, ce que l’empresa n’avait pas prévu, c’est qu’en changeant un lot dépareillé de Daniel Ruiz, les remplaçants de la dernière heure de Zalduendo n’allaient pas être totalement à la hauteur de l’événement. Faibles la plupart, peu piqués, deslucidos, leur manque de moteur, malgré un évident fonds de noblesse, allait quelque peu plomber une course qu’on aurait aimé voir par moments plus animée…

Morante de la Puebla (applaudissements et saluts) a entamé les hostilités face à un premier client cuidé au cheval qui par la suite eut quelque peine à se livrer. Faena de « pinceladas » mal rematée à l’estoc. Ce fut plus probant avec le quatrième, hélas querencioso, avec lequel Morante égrena quelques détails de la casa qui malgré le manque de liant de son trasteo et une épée une nouvelle fois déficiente, lui firent réserver une belle ovation de la part de l’assistance.

a-a-mo10a

El Juli (oreille et oreille) se fit applaudir sur un quite par chicuelinas entre les deux rencontres, puis pour sa maîtrise technique… malgré trois désarmés qui ont entrecoupé un trasteo méritoire, certes, Julián se fâchant dans la dernière ligne droite, mais sans que l’on atteigne les sommets. Entière maison après pinchazo. Avec le cinquième, début prometteur avant que le Zalduendo ne se transforme en pierre tombale… Dès lors, Le Juli opta pour un combat rapproché diversement apprécié, tout comme l’oreille qui tomba du palco après une nouvelle entière maison.

a-a-ej10a

Juan Bautista (deux oreilles et silence) reçut son premier par deux largas afaroladas de rodillas. Après deux rencontres et un second tercio enlevé, il débuta sa faena à genoux au fil des planches. Par sa faiblesse, le toro fut protesté et Jean-Baptiste dut le consentir à mi-hauteur, donnant la distance, enchaînant avec brio, et finissant près du berceau. Entière a recibir. L’ultime n’aidé guère l’Arlésien et ne dura pas. Jean-Baptiste s’en tira toutefois dignement, sans guère de possibilités de récidive par rapport à son trasteo précédent.

a-a-jb10b

Il sortit a hombros tandis que le Juli, qui arithmétiquement aurait pu l’accompagner, opta pour une sortie à pieds, probablement pour avoir entendu sa deuxième oreille protestée…

DAX

Dax, samedi, plein. Première de "Toros y Salsa".

Six toros de Nuñez del Cuvillo. Vuelta du second, jabonero, n° 101, "Pregonito". Vuelta du ganadero au second toro.

Enrique Ponce en tabac et or: silence et silence après avis.
José Mari Manzanares en Havane et or: deux oreilles et une oreille.
Miguel Ángel Perera en framboise et or: silence et silence après avis.

Salut des banderilleros Curro Javier, Luis Blasquez et J.L Trujillo au second et cinquième.
Sortie par la grande porte de JM Manzanares.

Bien présentée et armée pointue, la corrida de Núñez del Cuvillo a donné un jeu varié. Le second exceptionnel, agressif, a été le plus spectaculaire, se laissant conduire sans fadeur. Le cinquième a été le plus âpre, se défendant. Les quatrièmes et sixièmes, nobles, avaient une pointe de soseria. Le troisième faible.

Enrique Ponce n'a plus la côte d'amour avec le public dacquois. Il fit pourtant un effort, mais laissa le public de marbre. Il n'a plus l'aisance, ni la facilité d'antan, et même s'il a fait preuve de cette technique sûre qui lui permit de trouver des solutions aux situations les plus compliquées, il n'agrémente plus ce travail de ce pouvoir de séduction qui plaisait tant. De plus, il connut des ratées à l'épée et à la sortie, les avis furent mitigés.

a-a-dax10a

Ce fut le jour de Manzanares qui toucha un jabonero, bien fait et plein d'entrain. José Mari nous offrit un quite de luxe à la cape et débuta sa faena au centre. Elle fut basée essentiellement sur la corne droite, la gauche n'ayant pas les mêmes qualités. C'est le seul bémol que l'on mettra à une faena spectaculaire menée en rond et par le bas dans un rythme allègre que demandait l'animal. Quand survint l'estocade à recibir, l'enthousiasme fut à son comble. Il coupa ainsi la première queue de la saison dans le Sud-Ouest. Au second, l'Alicantino qui pourtant avait la besace bien remplie, s'arrima comme un mort de faim devant un Núñez incommode, violent et court de charge qui lui infligea même un léger puntazo à la cuisse. Quelle force dans sa tauromachie! Quel pouvoir de soumission! Estoconazo et oreille très fêtée.

a-a-dax10b

On attendait de Perera qu'il réplique au succès de son camarade, il ne trouva jamais le tempo nécessaire, opposé il est vrai à des adversaires de moindres qualités. Il débuta sa première faena par le haut, immobile, passant six fois l'animal mais, par la suite, la faiblesse de l'opposant limita son engagement. Au dernier, le moins présenté, il tomba dans la banalité d'une faena exécutée sur le voyage sans jamais faire preuve de cet aguante dont il est capable. Il le tua de deux tiers de lame.

Héros du jour, Manzanares connut la joie des triomphes à la dacquoise, porté en triomphe jusqu'au Splendid sous l'ovation populaire. C'était son jour!
Pierre Vidal

NÎMES

Jean-Paul Fournier, Sénateur Maire de Nîmes, Daniel Jean Valade, adjoint délégué à la Tauromachie et la Culture, et Simon Casas, empresa, ont présenté les toros de la prochaine feria de Vendanges. Sur les cinq lots, (celui de Jandilla, prévu le dimanche matin pour la corrida de José Tomás ne devant arriver que mercredi), quatre ont reçu un accueil favorable : Miura, Zalduendo, Victoriano del Río et Fuente Ymbro.

a-a-nim10a

De l’avis général, le lot de Fuente Ymbro, qui sera lidié le dimanche 18 après-midi pour la clôture, a fait l’unanimité, pour son trapío, ses armures, ses « hechuras »…

a-a-fy10a

Il a été précisé notamment que trois corridas seraient télévisées par Canal + Espagne, le mano a mano entre Bautista et Castella, la corrida de rejón et la corrida de clôture avec les Fuente Ymbro (aperçu ci-dessous)…

Dans la journée de lundi, reportage complet avec photos de tous les lots présentés ce samedi…

BAUTISTA

Après la corrida de ce samedi à Arles, Juan Bautista est venu recevoir le XXXIXème trophée César Girón, remis dans la cour des Podestats par Michel Salvadorini, ancien délégué de l’UCTPR l’un des fondateurs de trophée, avec à ses côtés la Reine d’Arles et José Caparros, président du Club Taurin Paul Ricard d’Arles…

a-a-jb10a

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 stm23aff

 ist06aff