Dimanche 23 Juin 2024
VIC
Mardi, 21 Mai 2024
vic20mda
 
Clôture : Román sérieusement blessé, Morenito coupe trois oreilles et vingt et une piques pour “Los Maños”...
 
vic20pic
 
Lundi, tarde. Quatrième corrida de feria, deux tiers d’arène, temps frais et nuageux, quelques gouttes de pluie, corrida suspendue plus d’une heure. Sept toros de Los Maños, le troisième remplacé par un sobrero du même fer. Un lot très bien présenté, souvent très armé et témoignant d’une forte bravoure. Quatre piques pour les premiers, second et troisième, trois châtiments pour les autres. Toujours très compliqués à la muleta.
 
Morenito de Aranda (Rouge foncé et or), au premier, un pinchazo et une entière, vuelta, au deuxième tué en remplacement de Román, une entière, une oreille, au quatrième, une demi-lame, deux oreilles.
 
Román (blanc cassé et argent) gravement blessé au cours du tercio de piques du second.
 
El Rafi (Bleu marine et or), au troisième, deux pinchazos et une entière, silence ; au cinquième, une entière, silence ; au dernier, deux pinchazos et une demi-lame, silence.
 
Présidence, Marc Amestoy, assesseurs, Jean-Michel Lattes et Hervé Pallas.
 
vic20mda2
 
Pour terminer cette feria de Vic, l’arène a une nouvelle fois été le temple de la pique et de la bravoure avec un corrida de Los Maños où l’on a dénombré vingt et une piques ou rencontres… Les Vicois connaissent bien l’élevage qui par deux fois a remporté la corrida concours. Par moments, on aurait pu se croire revenu dans le concours, surtout avec la présence des deux premiers et ensuite avec « Santacancelas » sorti en quatrième position qui clôtura cette série avec un formidable premier châtiment. Un toro exceptionnel que ne laissa pas passer Morenito de Aranda qui finit par écrire une symphonie sur la gauche. Ce fut la rencontre de l’homme et du toro, l’instant magique où tout fonctionne. Récompense pour les deux, deux oreilles pour le torero et une vuelta posthume pour le toro. On avait écrit un chapitre de plus dans le livre des légendes de l’arène de Vic.
 
vic20rom
 
Malheureusement ces moments furent perturbés par la très sérieuse blessure de Román. Le torero valencien alors qu’il mettait en place son premier adversaire, pour le tercio de piques reçut un violent coup de corne sur le haut de la cuisse gauche. L’accident obligea à la suspension de la course pendant une heure quinze. Un temps nécessaire pour assister le torero puis stabiliser son état général avant de l’évacuer sur l’hôpital de Mont-de-Marsan. Un accident qui rappelait étrangement ce qui s’était passé il y a un an avec Morenito de Aranda.
 
vic20rafi
 
Les Los Maños demandaient une solide technique que peut être ne possède pas encore El Rafi. Il a passé une très mauvaise journée. Sur ses trois toros, il fut obligé de rompre, souvent d’écourter la rencontre comme avec le cinquième. Il essaya bien de se sauver avec le dernier, mais malgré toute sa bonne volonté, il ne put résoudre l’équation. Mais El Rafi a montré ses belles qualités et signé quelques belles naturelles d’une lenteur extrême.
 
Cette course a également montré le respect qui existe entre tous les acteurs de l’arène, Morenito de Aranda refusant de sortir en triomphe par solidarité avec Román.
 
vic20rom2
 
Une feria de Vic qui est restée fidèle à son éthique et a présenté de grandes corridas avec un point d’orgue donné par les Dolores Aguirre Ybarra.
 
Photos Bertrand Caritey
 
(Aux dernières nouvelles, l'opération s'est bien déroulée et Román va entamer sa récupération. Suerte, Maestro !!!)
 
vic20nov
 
Lundi matin. Les Lartet règnent sur l’arène...
 
Novillada sans picadors, température agréable, couverture nuageuse, une encourageante petite arène, deux heures quarante de spectacle. Six erales du Lartet, magnifiquement présentés, armures parfaites, tous applaudis à leur entrée en piste, le troisième récompensé d’une vuelta.
 
vic20bm
 
Bruno Martínez (blanc et argent), au premier, une entière, avis, silence ; au troisième, une entière, une oreille, vuelta au toro, au cinquième et dernier, deux entières, silence.
 
vic20jdm
 
Juan de Morena (rouge très foncé et or), au deuxième, un pinchazo, une entière, silence ; au quatrième, une entière, silence.
 
Jérôme Bonnet peut être satisfait de cette novillada sans picadors qu’il offrait, hier matin dimanche, dans les arènes de Vic. Cinq magnifiques petits toros, certains presque novillos, tous applaudis à leur entrée en piste, le quatrième applaudi à l’arrastre et le troisième récompensé d’une vuelta. A la suite d’une blessure, dimanche soir, de Pedro Rufo, la course s’est transformée en un mano a mano entre Bruno Martínez et Juan de Morena. Un boulevard pour Bruno Martínez qui allait très vite s’imposer sur ces toros et Juan de Morena encore bien vert pour ce genre de spectacle.
 
Chez Bruno Martinez, élève de l’école taurine de Huesca on aura apprécié son style dépouillé à la cape… mais une volonté de gagner qu’il manifeste avec ces deux faroles donnés à genoux, devant le troisième toro. Il a souvent cité de loin, mettant en valeur les novillos du Lartet qui ne demandaient qu’à briller. Pour autant pas très faciles ces utreros, débordants de caste à l’image du troisième.
 
Si Bruno Martínez, gagnait la lidia du cinquième novillo, et était déclaré triomphateur, son compagnon de cartel Juan de Morena n’avait pas témoigné de ces facilités. Un garçon souvent contraint à reculer, à fuir même, en fait qui doit encore beaucoup apprendre. Même s’il y eut quelque figures très templées, Juan de Morena ne pouvait pas accéder à la réussite de Bruno Martínez.
 
Mais la grande réussite de la matinée, c’est celle de l’éleveur Jérôme Bonnet avec ce lot parfait du Lartet et une course diversifiée et animée. Suerte ganadero, on ira voir ailleurs des drôles de petits diables...
 
Photos Gil Mir
 
Reseñas Jean-Michel Dussol - Corridasi