Samedi 27 Novembre 2021
Nîmes, Barrera, Toros, Avocats…
Jeudi, 15 Septembre 2011

a-a-jc15aa

Triomphe de Javier Castaño qui a coupé les deux oreilles de « Datilero », excellent toro de Miura qui a eu les honneurs de la vuelta al ruedo…

Cette miurada ne serait pas restée longtemps gravée dans les mémoires s’il n’y avait eu ce somptueux final avec la lidia de « Datilero », un toro brave qui s’est révélé au cheval sur ses arrancadas de loin et sa poussée, faisant démarrer la musique, grâce aussi à  la maestría de Tito Sandoval. Un grand moment qui a été toutefois l’arbre qui cachait la forêt car avant, tout ne fut pas du même tonneau, loin de là…

a-a-ts15a

Si ce Miura a fait une aussi bonne impression, on l’a dû aussi au sens de la lidia de Javier Castaño (vuelta et deux oreilles), à son entrega et son désir de « montrer » le toro. Un Castaño qui a gardé sa montera vissée sur sa tête, à l’ancienne, et qui est parti au combat avec la même volonté que lorsque ce toro est sorti en trombe… avant de prendre les trois piques évoquées plus haut.

a-a-jc15a

Et déjà, avec une réception par larga afarolada de rodillas puis un capoteo incisif, Castaño avait donné le ton. Pour l’ensemble de son œuvre, pour avoir donné la distance et fait briller son adversaire, qui mourut en brave après une entière et une longue agonie, les deux oreilles ont fait l’unanimité, tout autant que la vuelta au toro. Et comme Castaño eut le bon goût d’associer son piquero à son triomphe au cours de sa vuelta, les aficionados étaient visiblement comblés !

a-a-miu15a

a-a-ts15b

Auparavant, le toro de sa confirmation n’a pas eu hélas le même comportement, Castaño s’en tirant toutefois avec les honneurs face à son toro… castaño !!! Sa faena fut essentiellement droitière, mais comprit quelques séquences méritoires qui ajoutées à un bon capoteo de réception et une entière, auraient déjà pu lui valoir selon moi une récompense, même si la pétition était mitigée.

La corrida a débuté avec une autre confirmation, et au final, c’est à quatre reprises que les toreros se sont échangés les trastos, une situation probablement unique, sinon très rare… a-a-adr15a

C’est le vétéran Ángel de la Rosa (saluts et silence) qui fut le premier à être confirmé par Juan José Padilla. Pour avoir été blessé aux corrales, un toro de Miura a dû être changé par un Piedras Rojas (Patrick Laugier) qui prit deux piques après une bonne réception au capote, mais qui par la suite baissa assez rapidement de ton. Quelques échanges décidés mais marginaux après une entame par le haut qui vit le toro confirmer une bonne dose de noblesse, mais aussi son manque de forces.

a-a-adr15b

Avec le quatrième qui prit ses deux piques sans trop  de style, Domingo Navarro se distingua sur une paire avant que le Valencian ne se lance dans un trasteo décidé en affichant une grosse entrega qui aurait été certainement mieux récompensée sans l’atravesada qui a terni sa prestation.

Quant à Padilla (silence et saluts), on a d’abord remarqué sa tenue très originale, un costume rouge et azabache du plus bel effet… avec ses bas noirs qui ont divisé les avis ! Le Cyclone de Jerez eut d’abord l’infortune de voir son premier Miura être rapidement invité à réintégrer les corrales pour cause de train arrière déficient. Sortit à sa place un Los Galos charpenté qui prit deux piques, la deuxième protestée, puis qui permit à Padilla de briller au second tercio, avec notamment une troisième paire au violon. La suite, brindée à l’assistance, fut moins allègre, Padilla se faisant désarmer d’emblée puis s’engageant dans un âpre combat au cours duquel il tenta de garder dans sa muleta un opposant qui avait une attirance marquée pour la fuite. Et comme un bajonazo après deux pinchazos couronna les débats, l’affaire tourna court…

a-a-jjp15a

Le cinquième mit les reins sur le premier assaut, prit une seconde ration sans s’employer, puis nouveau tercio de banderilles couronné d’un salut avant une faena, brindée à l’aumônier des arènes de Béziers, Yannick Casajus, qu’il débuta assis à l’estribo. Face à un adversaire faible, Padilla s’activa, se fit bousculer, arracha quelques muletazos corrects dans un ensemble quelque peu décousu puis tua d’une entière.

Poids des toros : 520 (Piedras Rojas), 533, 571, 550 (Los Galos), 602, 594 et 630 kilos.

BARRERA

Une aficionada cède pour empêchement une place de barrera à prix coûtant pour le mano  a mano Bautista-Castella du samedi après-midi 17 septembre  à Nîmes. Tel : 06 13 82 16 95

TOROS

Le N° 1911 de la revue TOROS est en Kiosque au menu : Manolillo dans sa chronique du temps revient sur Quito et les prochaines corridas sans mise à mort. Joël Bartolotti dans son éditorial aborde le terme “Farjarse”. Vous y trouverez les comptes rendus des ferias de Bilbao, Carcassonne, Bayonne, Dax, Arles et des courses de Mimizan et St-Perdon. Des nécrologies de Gilbert Mroz et du peintre bilbaino Garcias Campos sont rendues et enfin dans la rubrique bibliographie un commentaire du livre de Jacques Issorel sur Villalón. Bonne lecture.

a-a-tor15
(Communiqué)

AVOCATS

Les Avocats du Diable et les éditions Au diable vauvert ont le plaisir de vous inviter à la présentation du recueil

Pas de deux du Prix Hemingway 2011, en présence de Robert Louison, lauréat 2011, le dimanche 18 septembre
à partir de 14h30 dans les jardins de l’Hôtel Imperator - Concorde, quai de la Fontaine à Nîmes.

Lecture de la nouvelle Violette et.. par Jean-Paul Didierlaurent, lauréat 2010,
Dédicaces (Librairie Teissier) et rencontre avec les auteurs,

Apéritif offert par l’Hôtel IMPERATOR, RICARD, l’UCTPR et les Brandades RAYMOND.
(Communiqué)

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 stm23aff

 ist06aff