Samedi 27 Novembre 2021
Nîmes : Triomphal dimanche…
Lundi, 19 Septembre 2011

a-a-nim18aa

Sortie a hombros pour José Tomás et Thomas Dufau le matin… puis celles d’Alberto Aguilar et David Mora l’après-midi…

Quelle journée ! On s’attendait bien à ce qu’il se passe quelque chose le matin avec la venue de José Tomás dans un amphithéâtre bondé, on souhaitait évidemment voir Thomas Dufau sortir la tête de l’eau dans ce contexte, on attendait avec impatience d’apprécier le comportement d’un superbe lot de Fuente Ymbro, et pour faire bonne mesure, on souhaitait secrètement de  voir notamment triompher le petit Alberto et David Mora… Eh bien, tout ça s’est réalisé !!! Excusez du peu…

Chronologiquement, ce dimanche a commencé par la menace venue du ciel et quelques gouttes qui ont eu la bonne idée de ne pas être assez étoffées pour venir perturber les débats. On pouvait craindre aussi qu’après les précipitations nocturnes, la piste soit difficilement praticable, mais finalement, après déversement de copeaux, elle a suffisamment tenu le coup.

A l’issue du paseo matinal, l’ovation réservée à la terna donnait le ton…

a-a-nim18a

La corrida de Jandilla a ensuite débuté avec la confirmation de Thomas Dufau (silence et deux oreilles). Le toro de la cérémonie s’affalant à plusieurs reprises, il fut prié par le président de rejoindre illico les corrales et a été remplacé par un Parladé qui permit à Thomas de réaliser une belle réception par véroniques, chicuelinas et rebolera, s’illustrant encore au capote sur un quite après les deux rencontres. Brindée au public, la faena tourna court face à un adversaire prématurément vidé de son jus, protesté par l’assemblée, qui incitera le Montois à abréger.

a-a-td18a

En revanche, avec l’ultime, ce fut une tout autre histoire, Thomas l’accueillant par une larga cambiada avant de s’imposer plus tard sur un quite. Entre temps, batacazo au premier assaut et deuxième puyazo exécuté par Nicolas Bertoli qui reçut une ovation. Brindis au public, Thomas faisant ensuite monter la pression avec notamment deux cambios au centre puis en donnant la distance. Enchaînement templés avec approbation du conclave, puis manoletinas avant de conclure par un coup de canon qui libéra dans la liesse deux oreilles méritées. Dans la foulée, « Zurrapelo » eut les honneurs de la vuelta al ruedo posthume… Quant au Montois, il a incontestablement marqué des points pour avoir su donner avec entrega, courage et transmission le meilleur de lui-même à un moment crucial pour la suite de sa carrière…

a-a-ja18a

Javier Conde (silence aux deux) a vu son premier se briser une corne en raclant le sable ! Nouveau mouchoir vert et sortie d’un autre Parladé... Le Malagüeño est reparti bredouille après avoir un instant laissé l’espoir d’une faena allurée à son premier. Son toro faisant une fusée au moment où il allait saluer le président, il l’entreprit dans la foulée et réalisa une prometteuse série gauchère. Mais ça n’alla pas plus loin et après brindis au ciel, tout s’étiola rapidement, les aciers n’arrangeant rien.

a-a-jc18a

A son second, Javier dessina trois belles véroniques avant deux piques quelconques puis un bon quite de José Tomás. Ensuite,  muleta en mains, Conde tenta vainement d’animer une saucisse…

Reste José Tomás (deux oreilles et oreille). Des retrouvailles réussies… sans que ce soit encore le phénomène qu’on a connu. Il reçut son premier (Vegahermosa) par d’excellentes véroniques avant de se faire confisquer le capote, brinda à l’auditoire, faisant peu de cas de sa montera tombée à l’envers, et partit dans une série de rodillazos jusqu’au centre du meilleur effet. La suite sera égrenée de quelques gestes maison, notamment à bâbord jusqu’aux manoletinas finales avant entière.

a-a-jt18a

Avec le quinto, sérieusement armé, Tomás brilla encore au capote puis il brinda à son banderillero Miguel Cubero une faena parsemée de gestes allurés, son opposant baissant de régime vers la fin. Entière avec longue agonie, deux avis, sourire retrouvé. On le comprend…

L’après-midi, si les spectateurs occasionnels avaient quitté le navire, on peut dire que les absents ont eu tort ! En effet, ce n’est pas tous les jours que l’on voit un lot aussi bien présenté, avec du trapío et des armures respectables. Un grand lot de Fuente Ymbro qui au final a valu à l’éleveur, Ricardo Gallardo, une ovation bien méritée de la part des 5000 présents.

a-a-fy18a

Matías Tejela (applaudissements et silence) n’a pas connu une tarde très positive. A son premier, il mit du temps à chercher ses marques et faillit même se faire prendre sur un moment d’inattention en fin de séance.

a-a-mt18a

Avec le quatrième, ce ne fut guère plus évident, Tejela tentant bien de donner le change face à un coriace qui ne lâchait rien. Il fit certes le boulot, mais sans grand brio, ni dominio, jusqu’à ce qu’une demie vienne à point nommé pour en terminer dans le silence.

Alberto Aguilar (oreille et oreille) a affiché de bonnes dispositions au capote, puis son adversaire mit les rognons sur le premier assaut. Placé plus loin, il s’arranqua de fort belle manière mais l’impact ne fut pas bien orthodoxe. A la muleta, il s’attacha à donner la distance, manifestant autant d’entrega que de décision et terminant sur une entière.

a-a-aa18a

Au cinquième, Alberto se distingua encore au capote puis brinda à des aficionados handicapés, signant de bons enchaînements sur les deux rives et s’arrimant pour gagner la partie face à un sérieux client. Entière et nouvel appendice qui lui ouvrait la porte des cuadrillas.

Pour certains, David Mora (oreille et oreille) aura été une révélation, pour d’autres, une confirmation : on tient là un grand torero qui n’est pas toujours reconnu. Avec sa prestation nîmoise sous les caméras, ça risque de l’aider. C’était vraiment pour lui le jour de sa confirmation ! En effet, même s’il fut bien servi, Mora s’illustra d’emblée sur le toro de la cérémonie par un capoteo alluré qui fit bouger l’assistance. Et avec l’étoffe, après avoir brindé à son apoderado, Antonio Tejero (banderillero de Ponce), sa volonté de faire briller le toro en le faisant venir de loin à plusieurs reprises a enchanté les aficionados. Un authentique régal sur plusieurs séries de catégorie et s’il n’avait pinché, sûr qu’il empochait deux esgourdes ! Quant à son opposant, il n’eut que le tort d’ouvrir la course car à mon avis, c’était un toro de vuelta…

a-a-dm18a

Avec le dernier, David se mit encore en évidence sur quelques mouvements de grande classe, techniquement aboutis, même s’il y eut quelques scories. Autre entière après pinchazo.

a-a-sh18a

A la sortie, les aficionados étaient unanimes, ils venaient d’assister à une grande course qui aurait mérité une autre audience. Mais en cette période où le bling-bling est roi…

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 stm23aff

 ist06aff