Lundi 15 Juillet 2024
CASTELNAU
Dimanche, 07 Juillet 2024
 cast07pk
 
Indulto de "Cara Alegre", eral du Lartet...
 
Novillada sans picador des fêtes. Moins d’un quart d’arène. Pluie ininterrompue.
 
Erales par ordre de lidia de Malabat, Lartet, Camino de Santiago, Camino de Santiago, Alma Serena et La Espera.
 
Le second du Lartet "Cara Alegre", numéro 9 né en avril 2022, a été gracié.
 
 
Jaime Padilla : un avis et vuelta, un avis et vuelta.
 
 
Jairo Lopez : deux oreilles et queue symboliques après un avis et une oreille.
 
 
Juan Mi Vidal : un avis et silence et un avis et une oreille.
 
 
Les trois toreros ont échangé les banderilles face aux trois premiers toros.
 
Ce fut le grand soir de ces petites arènes de Castelnau où devant une chambrée trop restreinte en raison de cette maudite pluie - il n’y a plus de saisons ! – la grâce de Cara Alegre fera date; non seulement pour l’éleveur Jérôme Bonnet que nous voulons féliciter ici, mais pour tous ceux qui aiment, soutiennent et admirent les éleveurs de toros braves du Sud-ouest. Ce fut un animal noble qui partait de loin, avec une charge vibrante, qui répétait sans naïveté et sans se lasser sous la muleta du jeune mexicain Jairo Lopez qui fut à la hauteur de ce comparse d’exception. Cara Alegre mit la pression sur le jeune torero qui ne céda pas un pouce, optant pour un toreo classique sans fioritures inutiles, mais solide qui permit à l’adversaire de s’exprimer et finalement de sauver sa peau. Il faut ici féliciter la décision du président qui en accord avec l’éleveur mit le mouchoir orange sans trembler.
 
Le Malabat avait ouvert le bal: dernier de la tribu, il était bien dans le genre de la maison, haut, armé pointu, sérieux. Il se cassa hélas une corne rapidement sur un burladero. Juste de force mais noble, il permit de se faire une première idée des bonnes manières de Padilla, le neveu de Juan José, sa vraie personnalité, son goût et qui l’occit d’un espadazo.
 
Après l’épisode glorieux du Lartet, le premier Camino, petit, eut du mal à s’imposer. Noble, il fit preuve de faiblesse et d’un poil de sosería. On vit que Juan Mi Vidal qui débutait en France avait lui aussi la volonté de bien faire les choses. Il fallait de la douceur et du temple et il en eut par moment, mais l’adversaire manquait de cette transmission nécessaire au succès. L’ouvrage dura un peu trop, il entendit un avis. Conclusion sans gloire.
 
Le second Camino avait plus de présence. Noble lui aussi,, il alla à màs et présenta plus d’arguments que son frère. Padilla eut de bons moments, notamment son entame genoux en terre. Bien que l’ensemble de son travail connu des hauts et de bas, il y eut de belles séries données dans un bon rythme, profitant de la suavité du Camino. Faena un tantinet longuette mais plaisante qui lui permis faire une vuelta.
 
Rématé, lourd, solide et dur, l’Alma Serena, bronco aussi, n’était pas un client facile. Cela n’a pas rebuté Jairo Lopez. Le jeune mexicain ne s’est pas dégonflé, il domina le sujet, calma les ardeurs du chaland et lui imposa sa loi :  la faena allant de menos à más, il conclut d’un tiers de lame effective et coupa une nouvelle récompense.
 
Pour terminer, le novillo de La Espera eut un comportement positif : noble mais sans naïveté, il dura sans mollir et permit au débutant Juan Mi Vidal de montrer ses qualités. Il brinda son novillo à l’ami Solal présent sur les gradins et effectuant un trasteo classique, souvent templé, sans chercher d’effets superflus, il conduisit un travail cohérent et sérieux. Il y a de la chaleur chez le jeune homme, de la personnalité et une vraie volonté de faire les choses bien.
 
Ce fut donc à tous égards une belle tarde, une après-midi importante même, marquée par la caste de Cara Alegre, la solidité de Jairo Lopez et les belles espérances gaditanas de Padilla et Juan Mi Vidal.
 
Ceux qui ont bravé la pluie pourront dire: “On y était”.
 
Pierre Vidal