Mercredi 30 Novembre 2022
Barcelone : Une corrida pour l’Histoire…
Samedi, 24 Septembre 2011

a-a-barc24aa

Sortie triomphale de Morante, du Juli et de Manzanares portés a hombros jusqu’à leur hôtel…

On connaissait le contexte particulier de cette course et tout ce qui en a découlé est forcément à replacer dans cette ambiance. Je dis cela pour ceux, présents ou pas, qui auraient envie de faire la fine bouche alors qu’aujourd’hui, l’on a assisté à une sorte de communion, de manifestation publique contre une décision liberticide, comme en ont témoigné pancartes et slogans.

a-a-barc24c

 

Et si prise dans le détail, ce ne fut certes pas la corrida du siècle, il n’empêche que malgré un poil de triomphalisme bien pardonnable en la circonstance, elle a réservé d’excellentes séquences de toreo venues des trois diestros qui visiblement ont voulu faire quelques chose pour justement rendre cette course mémorable. Et elle l’a été !

a-a-barc24d

Je passe sur la vingtaine d’ensuqués qui portaient leurs sempiternelles pancartes hostiles à la corrida au coin de la calle de la Marina, j’y reviendrai dans ma chronique… En présence d’une Monumental pratiquement pleine, du moins aux 4/5, par temps gris après averses matinales qu'on aurait dit de circonstance, Morante de la Puebla a ouvert les hostilités vêtu d’un superbe costume anthracite. Signe de deuil comme clin d’œil à la mort prochaine de cette plaza ? Toujours est-il que coïncidence ou pas, El Juli avait aussi choisi de se vêtir de noir… Dans un premier temps, à l’issue du paseo, les trois toreros ont été invités à saluer, ce qu’ils firent en demandant à leurs cuadrillas de les rejoindre en piste. Premier moment d’émotion… sous les cris de « Libertad, Libertad », « Catalunya taurina »… des leitmotiv qui reviendront souvent pendant la course…

a-a-barc24e

Morante de la Puebla (silence, bronca et deux oreilles) accueillit son premier par une excellente série de véroniques rematées par la demie et après un premier puyazo trop appuyé puis une quite du Juli par chicuelinas très alluré, il ne trouva pas matière avec la muleta à prolonger outre mesure un dialogue de sourds…

a-a-mo24a

Avec le quatrième, de piètre bravoure, Morante s’illustra sur un quite serré par chicuelinas, se faisant légèrement accrocher sur la première et la demie étant contrariée par la charge à contretemps du Cuvillo, mais au milieu, on eut droit à trois estampes. Avec la flanelle, les choses ne trainèrent pas. Après un tanteo par le haut puis une brève faena de aliño, Morante allait entendre une bronca sonore, d’abord pour un golletazo porté en passant par les Ramblas, puis après une demie lame, pour un chapelet de descabellos avant que son opposant ne se décide à se coucher.

Mais il était dit que cette corrida pas comme les autres allait nous réserver son lot de surprises et ne voulant pas être en reste, Morante demanda plus tard le sobrero. Sortit alors, sans qu’aucun aficionado, n’ait quitté sa place, un toro de Juan Pedro Domecq face auquel l’artiste de la Puebla del Río allait mettre le paquet… Très encouragé par un conclave peu rancunier qui l’avait déjà ovationné au tour précédent pour un superbe quite au toro de Manzanares, Morante allait sortir le grand jeu. Mettant les gens debout dès les capotazos de réception martelés par des olés qui devaient s’entendre jusqu’à la Diputación, s’illustrant encore sur un quite entre deux piques peu appuyées, il allait ensuite inviter ses deux compañeros… à banderiller !!!

a-a-barc24b

Grosse ovation au final du tercio puis… la totale… de la part d’un Morante enfin relâché qui nous offrit un authentique récital, alternant classique et baroque, une œuvre majeure, magique, historique, qui restera certainement longtemps dans la mémoire des 18.000  présents… Demie en place, délire sur les étagères et deux appendices comme sésame pour rejoindre ses compagnons a hombros…

a-a-mo24c

El Juli (deux oreilles et oreille) s’illustra sur trois véroniques et la demie avant que son adversaire ne s’élance sur le réserve. Sorti faible, Juli ne tarda pas à entrevoir la faille, trouvant immédiatement le bon sitio pour exécuter un authentique récital de temple et d’entrega sur les deux côtés. Final duquel ressortirent deux cambios rapprochés avant estoconazo… Salut en fin de vuelta effectué avec un drapeau espagnol autour du cou !

a-a-ej24a

Face au quinto, qui prit deux piques sans histoires, et après un bon tercio de banderilles, El Juli traça plusieurs séries gauchères admirablement templées, muleta léchant le sable. Le toro baissa un peu par la suite, mais avec sa maîtrise technique, son entrega et son intelligence torera, il parvint aux forceps à lui tirer tout ce qu’il avait « dentro », jusqu’à la dernière goutte de charge…Autre espadazo maison…

Manzanares (deux oreilles et deux oreilles) attaqua le troisième en donnant plusieurs capotazos de haute lignée, et après une première pique poussée en deux fois, puis une autre homéopathique, sa cuadrilla s’illustra une fois de plus, Curro Javier dans la brega et Juan José Trujillo et Luis Blásquez avec les palos, ces deux derniers étant invités à saluer. Relâché d’emblée, Manzana déclenchera la musique au bout de la deuxième série seulement. Prévenu à gauche, il n’insistera pas et exécutera ensuite plusieurs séries ajustées, avec changements de mains et pechos profonds alors que son opposant se montrait de plus en plus rajado. Voulant tuer a recibir, il eut beaucoup de peine à faire partir le toro, mais le replaçant et insistant plus que de raison, il parvint à ses fins lorsqu’enfin le Cuvillo se décida à charger, plaçant une entière qui le roula sur le champ.

a-a-manz24a

Face au sixième, un rouquin dont les forces n’étaient pas le principal atout, la cuadrilla de Manzanares s’illustra à nouveau au second tercio, Curro Javier et Luis Blásquez devant saluer… Brindis au public puis avec une belle assurance et un calme impressionnant, José Mari traça plusieurs séries templées sur les deux bords qui firent chavirer le cirque… Nouvelle entière a recibir et deux esgourdes de plus dans l’escarcelle…

En définitive, malgré un jeu très irrégulier des Cuvillo, la terna aura offert un grand moment de torería et la sortie a hombros du trio qui a ponctué la séance sera elle aussi mémorable. Double vuelta sur les épaules de trois diestros entourés par des centaines d’aficionados comblés et dans un état second… poursuivie après avoir franchi la grande porte sur les avenues de Barcelone… Et dire que tout ça ne pourra plus avoir lieu ! Honte aux démolisseurs de passion !!!

a-a-barc24y

(Barcelone étant ce week-end au centre de l’actualité, le reste attendra un peu, notamment Béziers - avec une oreille coupée par Luis Bolívar et Mehdi Savalli - et Séville où le Cid et Talavante ont aussi coupé une oreille…)

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels