Mercredi 30 Novembre 2022
Graines, Padilla, Saragosse, Valencia, Expo…
Samedi, 08 Octobre 2011

a-a-sm08aa

Finale de Graines de Toreos perturbée par le Mistral et une cinquantaine d’agités anti-taurins…

Pas banale cette finale… D’abord, après avoir vécu un été indien prolongé, il a fallu que le Mistral s’invite, perturbant quelque peu le cours des choses… Mais ça n’a pas été le seul à s’inviter, puisque juste avant le paseo, au coup de sifflet d’un leader anonyme, une quarantaine d’illuminés sont descendus des étagères pour se regrouper rapidement au centre du ruedo, formant un cercle et s’enchaînant les uns aux autres puis allumant des fumigènes… pendant que sur un secteur des gradins, une vingtaine de leurs comparses brandissaient des banderoles.

a-a-ant08a

S’ensuivit une belle pagaille, quelques bousculades sur les étagères et en piste, la première réaction étant d’arroser les perturbateurs, apparemment peu sensibles à la douche ! S’ensuivirent quelques palabres, sans succès, puis alors que la tension montait et que les aficionados criaient « Liberté ! », les rompe-burnes de service ont été trainés sans ménagement hors de la piste (voir chronique)…

a-a-ant08b

Une fois débarrassés des intrus, à l’issue du paseo, un moment de recueillement a été observé à la mémoire de l’ami Gérard Granchi, qui nous a quittés récemment, avant que les trois aspirants ne viennent saluer le public. Enhorabuena à Régis Pellissier pour sa magnifique décoration des arènes…

a-a-rp08a

Les novillos de Piedras Rojas (Patrick Laugier), corrects de présentation, plus charpentés les trois derniers, ont dans l’ensemble donné du jeu, permettant plus que ce que les trois jeunes diestros ont pu en tirer. Mais s’il n’y eut aucun trophée distribué, le maniement des aciers y a été pour beaucoup…

Santiago Sánchez Mejía (vuelta et saluts), jeune Colombien basé à Nîmes, a égrené quelques beaux gestes face au premier malgré les rafales, mais une atravesada est venue ternir l’impression d’ensemble. Avec le quatrième, au gabarit plus conséquent, Marc Antoine Romero salua aux banderilles puis après un brindis à l’auditoire, Sánchez Mejía se mit visiblement à douter face à cet opposant certes exigeant mais toréable, affichant une belle détermination mais toréant beaucoup à la voix, sans vraiment jamais trouver de solutions.

a-a-sm08a

Alejandro Rubio (vuelta et silence après trois avis) accueillit son premier de façon dynamique par chicuelinas. Brindant au public, il débuta au fil des planches une faena un peu hachée par la suite, au cours de laquelle il étala cependant une belle détermination, la ferraille venant hélas ternir son trasteo. Avec le quinto, reçu par deux largas, Alejandro fit encore preuve d’entrega et de décision, mais ce ne fut pas suffisant pour franchir l’obstacle puisqu’il connut au final la mésaventure d’entendre sonner les trois avis.

a-a-ar08a

Maxime Curto (silence aux deux) se distingua au capote face au troisième, brinda à l’auditoire et se tanqua au centre pour exécuter deux cambios. Après quelques mouvements méritoires, sa faena alla de más a menos, les aciers n’arrangeant rien. Avec l’ultime, ce fut à peu près le même scénario, mais j’insiste, les violentes rafales, pour lui comme pour ses deux compañeros d’ailleurs, ont désagréablement contrarié cette finale. S’il n’y avait que le vent…

a-a-mc08a

Classement final : 1/ Santiago Sánchez Mejía 2/ Alejandro Rubio 3/ Maxime Curto.

A l’issue de la course, plusieurs trophées ont été remis en piste, notamment par Jean-Paul Fournier, entre autres Président de Nîmes Métropole, qui remit à Sánchez Mejía, lauréat de cette édition de Graines de Toreros, un costume de lumières, Michelle Catala, de Planète Corrida, qui lui offrit un capote, mais les autres ainsi que l’éleveur n’ont pas été oubliés, tout ça sous le regard de Serge Reder, maire de Rodilhan, Brigitte Dubois, présidente du CTN, et de René Abric, Vice-Président de Nîmes Métropole.

a-a-gt08a

Je ne sais pas si c’est dû au froid ambiant qui m’a quelque peu gâché le plaisir, mais personnellement, sans vouloir minimiser les mérites du vainqueur, sur ce que j’ai vu cet après-midi, et uniquement sur cela, je m’attendais à ce que le prix soit déclaré « desierto »… et je n’étais pas le seul ! Mais deux années de suite, ça aurait probablement fait désordre…

PADILLA

Aux dernières nouvelles, à prendre bien sûr sous réserves selon l’évolution de son état, Padilla souffrirait surtout d’une paralysie faciale qui sera permanente, le nerf facial ayant été détruit, et risque fort de perdre la vision de son œil gauche, même s’il y a un petit espoir, ce qui représente les deux séquelles les plus graves de son état.

a-a-jjp08a

Le torero a prononcé quelques mots, allant même jusqu’à demander à son apoderado de ne pas annuler ses contrats en Amérique. Mais selon les propos de ce dernier, il n’était pas encore totalement conscient de la gravité de ses blessures.

Soutien complet, évidemment…

SARAGOSSE

Bonne corrida d’Antonio Bañulos avec une majorité de toros encastés et triomphe de David Mora qui a coupé une oreille à chacun de ses adversaires, le public en réclamant deux en vain à son premier… Le torero local Alberto Alvárez a lui aussi coupé deux oreilles, une de chaque, et Serafín Marín a reçu un trophée au terme de son premier combat.

Pour voir le résumé de la corrida avec Plus.es, cliquez ICI

VALENCIA

Novillada décastée de Los Chospes, seul Antonio Puerta coupant une oreille généreuse du cinquième…

EXPO

a-a-exp08a

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels