Lundi 05 Décembre 2022
DAX
Lundi, 13 Août 2012

aa12aa

Triunfazo d’Alberto Aguilar qui a coupé trois oreilles aux toros d’Escolar Gil. Sortie a hombros en compagnie de l’éleveur…

Beau temps, arènes pleines. Six toros d’Escolar Gil très bien présentés, dans le type, plus un sobrero (2) du même fer, venu remplacer un titulaire qui se brisa son piton gauche contre un burladero. Un lot donnant un jeu inégal, certes, mais toujours intéressant, alliant caste et danger, la palme allant au cinquième qui fut gratifié de la vuelta posthume.

Encore une fois, les toros d’Escolar Gil ont séduit les aficionados par leur présentation impeccable, mais aussi par un jeu entretenu dans tous les tercios. A noter qu’il n’y eut en piste que le picador de turno pour mettre en valeur le premier tercio, en accord avec les matadors.

eg12x

Après une belle ovation envers les trois diestros, Fernando Robleño  (vuelta et saluts) se montra très décidé et  excellent lors des capotazos de réception. Deux piques, bonne la première, plus discutable l’autre à cause de la maladresse du piquero, puis brindis au public avec rapidement deux cartons jaunes. Néanmoins, Robleño tira des muletazos valeureux, surtout à droite, et conclut par entière après final enlevé. Perso, j’aurais bien aimé jouer les dictateurs pour lui offrir une oreille… que personne n’a demandée ! Avec le quatrième, qui a failli clouer Ecijano II contre les planches avant de prendre deux piques sans style, Robleño s’engagea dans des échanges âpres et indécis, le bicho ne baissant pas la tête et le tenant toujours à sa merci. Muletazos à l’arrachée, un par un, pour un trasteo volontaire faisant ressortir l’aguante d’un torero qui ne s’avoua pas vaincu malgré la menace. Entière caída.

fr12x

Javier Castaño (silence et oreille) vit un toro qui paraissait intéressant se briser sa corne gauche, remplacé par un sobrero qui lui procura une belle frayeur alors qu’il le guidait vers le centre, perdant son capote et se retrouvant alors à la merci du fauve, s’en tirant sans mal en parvenant à se dégager in extremis… S’ensuivit un excellent tercio de varas à charge de Fernando Sánchez, ovationné pour avoir bien pris le toro à trois reprises après bonnes arrancadas. Ovation pour David Adalid au second tercio, puis face à un toro avisé et peligroso, échanges tendus, Castaño essayant de voler quelques muletazos avant d’aller chercher l’espada prématurément, ce qui a provoqué quelques mouvements divers sur les étagères. Bajonazo.

jc12x

Avec le quinto, les aficionados furent conviés à un grand premier tercio à charge d’Alberto Sandoval, le neveu de Tito, qui après deux belles arrancadas administra deux puyazos aussi adroits que dosés. Troisième rencontre au regatón suivie d’un standing ovation.

pic12x

Brindis à l’assistance puis bonne entame avec l’envoi de « Manolete » pour une faena comprenant quelques bons enchaînements des deux côtés, l’Escolar mettant bien la tête. Séance de surplace avec toro plus arrêté, ce qui provoqua une mauvaise réaction de Javier qui sur les nerfs envoya une patada au toro, du plus mauvais goût… Final en jetant l’épée… pour rien, le toro ne passant plus. Entière et oreille avec vuelta à l’Escolar.

eg12y

Incontestablement, c’est Alberto Aguilar (oreille et deux oreilles) qui se tailla la part du lion et qui ce jour mit tout le monde d’accord sur deux trasteos enlevés et engagés. Il reçut son premier par larga cambiada de rodillas avant deux bonnes piques puis un quite par chicuelinas serrées. Brindis à l’auditoire et excellente entame par derechazos templés qui firent grimper le thermomètre, suite sur l’autre côté par naturelles valeureuses puis entière.

aa12x

Avec l’ultime, un authentique cerf qui mit les reins au cheval en trois rencontres, Alberto soigna les enchaînements, manifestant autant d’entrega que d’aguante, avec deux ballons comme des montgolfières !!! Petit par la taille mais grand par le courage, Alberto y alla droit devant pour une estocade qui le vit se faire spectaculairement cueillir. On craignait le pire, mais le Madrilène se releva sans se regarder, ivre de joie après cette épée qui libérait deux oreilles archi méritées, synonymes de sortie par la grande porte, scellant ainsi de la meilleure des façons une grande tarde de toros…

(Compte-rendu de la corrida de Béziers, avec indulto d'un toro de Daniel Ruiz par Perera et deux oreilles pour Luque, dans la matinée)
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels