Lundi 20 Mai 2019
Bayonne, Arles, Céret, Pascal…
Samedi, 01 Septembre 2012

jl01z

La seule oreille pour Arturo Saldívar et émouvants adieux de Julien Lescarret...

Bayonne, samedi première corrida de la Feria de l'Atlantique. 2/3 d'arène. Six toros de Cebada Gago, le troisième "Cerarillo", n°463, fera un tour de piste.

Javier Castaño, en bleu nuit et or: salut et vuelta après avis.

Julien Lescarret, en Pink et or: salut et salut.

Arturo Saldívar, en bleu, blanc et or: une oreille et palmas.

Castaño a brindé à Julien Lescarret. Lescarret à Olivier Barratchart et Saldívar à Sergio Flores. Julien Lescarret est sorti en triomphe pour l'ensemble de son œuvre.

Même si sur les gradins le fuchsia dominait, "dress code" oblige, sur le sable, les toreros eux n'ont pas forcément vu les choses en rose. Les Cebada n'étaient pas là pour rigoler... L'ensemble a fait honneur au ruedo bayonnais: homogène, bien armé, dans le type avec des robes variées: un castaño, un burraco, un colorado oscuro, bref un défilé de mode. Au moral il y a eu de tout: trois se sont laissés faire avec tout de même du danger (2ème, 3ème, 4ème), les autres étaient âpres et sournois, témoignant de ce "peligro sordo" que l'on n’aime guère côté coletudos. Tous sont allés au cheval de loin. En définitive, les choses étaient bien faites puisque chacun eut une paire équilibrée.

Javier Castaño a prouvé une fois de plus qu'il est un des meilleurs spécialistes du genre. Il ne plie jamais, imposant sa loi avec arrogance et une apparente facilité. Le Salmantino ne triche pas. Il avance à la corne contraire et sait mettre les reins avec élégance. La difficulté ne l'émeut pas. Il fut long à la mort du second (deux entrées a matar et deux descabellos) auquel il aurait dû couper un appendice.

Julien Lescarret dont c'était les adieux dans sa ville d'adoption, s'est montré à la hauteur de la situation. Excellentes séries gauchères sur son premier adversaire qu'il domina avec calme et sans jamais rompre. Le second était singulièrement malintentionné, malgré cela, le Gascon l'amena au centre pour des séries courtes mais émouvantes. Deux bonnes épées et une sortie par le haut comme l'est sa dernière temporada dans son ensemble.

Arturo Saldívar a construit une première faena pleine de charme, d'entrega, de dynamisme. Méconnaissable par rapport à son dernier passage vicois, il a exprimé tout ce que la tauromachie mexicaine apporte de fraicheur, de vivacité, de témérité parfois aussi. A la cape, il offrit des séquences variées, notamment par chicuelinas basses ou simplement par des véroniques bien templées. Il tua bien son premier, d'une entière un poil trasera mais la présidence lui refusa une seconde oreille, pourtant largement demandée. On ne saurait croire qu'il fut en dessous de son toro qui lui fit la vuelta. Ce fut même l'inverse... Le sixième était franchement vicieux. Il s'arrima, mais le résultat ne pouvait être à la hauteur de ses espérances, le Cebada étant trop retors...
Pierre Vidal

En matinée, pour la finale des non piquées, Clemente, de la section « El Toreo », a coupé une oreille de chacun de ses adversaires d’Alma Serena, ce qui en fit le triomphateur.

Quant à Filiberto Martínez, d’Albacete, il a été sifflé puis a fait la vuelta à l’autre, les aciers n’étant pas son fort…

Le bétail des frères Bats, bien présenté, a donné un jeu inégal avec toutefois un novillo au-dessus du lot, le troisième, qui aurait mérité à la fois un meilleur traitement et la vuelta posthume.

ARLES

Ouverture de l’Espace Toros aux corrales du Sonnailler à Gimeaux avec en prologue  une prestation de l’école arlésienne de course camarguaise au terme de laquelle plusieurs trophées ont été remis en piste aux lauréats de la temporada.

arl01v

Ensuite, Hervé Schiavetti, maire d’Arles, a ouvert l’Espace Toros, suivi notamment dans les  allocutions par Marc Jalabert et Michel Vauzelle, président de la région PACA…

arl01c

Après cette inauguration, les aficionados ont pu se consacrer à la visite des toros, sur laquelle nous reviendrons demain en détails…

arl01j

Toros de la corrida concours (à noter que l’exemplaire de Concha y Sierra a été remplacé par un toro de Partido de Resina)

TROPHEES RIZ DE CAMARGUE et PEÑA JUAN BAUTISTA

Samedi 1er septembre

17h – Course Camarguaise Manade Lagalante avec les écoles taurines fédérales du Pays d'Arles
18h – Remise des prix du Trophée de l'Union des Clubs Taurins Paul Ricard pour les Courses Camarguaises de l'été 2012
18h30 – Ouverture officielle de l'Espace Toros

Dimanche 2 septembre

11h30 – Tienta Ganaderia Les Héritiers de Christophe Yonnet avec les écoles taurines françaises
17h – Tienta de la Ganaderia Luc et Marc Jalabert avec les écoles taurines françaises

Lundi 3 septembre

17h30 – Course Camarguaise Manade Des Baumelles avec les écoles taurines fédérales du Pays d'Arles

Mardi 4 septembre

17h30 – Course Camarguaise Manade Allard avec les écoles taurines fédérales du Pays d'Arles

Mercredi 5 septembre

17h – Tienta de la Ganadería Héritiers de François André avec les écoles taurines françaises…

Jeudi 6 septembre

17h : trois becerros pour les trois finalistes
18h30 – Remise des prix des Trophées Riz de Camargue et de la Peňa Juan Bautista

Tous les renseignements  sur la Feria du Riz en cliquant ICI

CÉRET

cer01s

cer01h

Renseignements et réservations sur : http://bous-i-cireres.com/ - Mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

PASCAL

Le recortador Eric Pascal, du groupe « Arte sin Fronteras », qui avait si brillamment sauté par-dessus un toro du Camino de Santiago lors de la récente corrida de Mimizan, a été victime d’une sérieuse cogida à Calahorra dans le cadre d’un concours.

ep01v

Alors qu’il voulait le faire rentrer, le toro lui a infligé deux cornadas, l’une à la cuisse et l’autre dans la fesse, le Landais souffrant en outre d’une double fracture de la mâchoire. On lui souhaite bien entendu un bon rétablissement…

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 nim20aff

 vic30aff

 al23aff

 ist16z

 cer06aff