Mardi 12 Novembre 2019
Javier Conde
Vendredi, 26 Octobre 2012

jc26xx

Tentaderos bénis des Dieux chez Olivier Fernay…

Une bien belle histoire, comme en recèle parfois le campo, un souvenir inoubliable, au point de se sentir privilégié d’avoir vécu ces moments de haute intensité, de ceux gravés pour toujours sur la rétine…

jc26a

Une histoire en deux temps, puisqu’elle a commencé avec le premier tentadero le jeudi 25 en fin de journée. Un programme concocté avec les responsables beaucairois, en prélude à leur festival du samedi, en la présence d’un petit comité, Jacques Bourbousson, maire de Beaucaire en tête.

jc26b

Mais il y avait bien sûr aussi Morade, Henri Laurent, quelques invités, et derrière Roman Pérez, le parrain de la manifestation, Ruiz Miguel, puis trois toreros, et non des moindres : Finito de Córdaba, Uceda Leal et Javier Conde, accompagné de ses banderilleros et du Mangui !

jc26q

A la tombée de la nuit, Roman Pérez entama les débats avec une première vache pétrie de qualités qui allait lui permettre de s’exprimer et de montrer son envie, surtout devant un tel public…

rp26x

Puis ce fut au tour d’Uceda Leal, lui aussi très à l’aise devant une vache plus exigeante, mais qui lui laissa toutefois étaler toutes les facettes de sa science torera.

ul26a

Enfin, arriva Conde (Finito se contentant de regarder) et lui aussi instrumenta des muletazos à sa façon, relâché, au point qu’il toréa même, pour ajouter une note de poésie, une chandelle éclairée à la main !

jc26s

Avec les "minots" du CFT et de l'ETA...

rafi26aRafi

sol26aSolalito

pa26sPajarito

Premier rêve éveillé… mais ce n’était pas fini ! Le lendemain, ce vendredi 26, Javier Conde avait tenu à revenir pour tienter deux autres vaches et malgré l’état de la piste, passablement arrosée après une nuit pluvieuse, le maestro de Málaga allait arrêter le temps ! A tous les sens du terme, car la pluie cessa miraculeusement, et pendant une heure, Javier allait sortir le grand jeu.

jc26c

Dès la première vache, pour le moins compliquée, il décida après qu’elle ait été testée à la pique dans la placita par Gabin, d’aller exécuter sa faena « a campo abierto » ! Et là, devant une dizaine de témoins seulement, Javier allait exprimer tout ce qu’il avait « dentro », malgré les difficultés conjuguées du jeu incertain de son adversaire et celles d’un terrain peu propice à ce genre d’exercice.

jc26d

Mais il en aurait fallu plus aujourd’hui à Conde pour s’arrêter à ce genre de détails !

jc26e

Et quand arriva la seconde, après la pique, on avait compris qu’il venait de toucher le gros lot !

jc26h

En effet, cette vache se montra extraordinaire, répétant sans cesse et chargeant droit… même Eric Mangani, le caméraman de FR3 !!!

jc26i

Détail qui a son importance, Javier se fit aider par le Mangui pour se déchausser et toréa cette vache pieds nus, dans l’herbe et la boue !

jc26m

La suite n’a été que pur enchantement… Javier tutoya alors les anges, visiblement habité, distillant des muletazos de grande musique, sous les olés de l’entourage qui crépitaient… comme si on était dans une Malagueta comble !

jc26j

Et comme si ce n’était pas assez, le Mangui se mit à entonner des saetas à vous filer la « carne de gallina » !

jc26p

Le temps suspendu, je vous dis, d’ailleurs, ironie du sort, au final de ce moment de rêve, la pluie se remit à tomber, comme si le ciel avait demandé à Javier la permission de pleurer, lui aussi…

jc26l

On peut penser ce qu’on veut de Javier Conde, mais une nouvelle fois, avec son toreo de sentiments et sa gestuelle à nulle autre pareille, il venait de donner une leçon torera de premier ordre.

jc26k

Gracias, Maestro, y Enhorabuena para este regalo. Arte y duende…

Avec Roman Perez...

rp26a

rp26b

Suerte pour le Festival...

of26x

Avec Olivier Fernay, le résumé de deux journées dont il aura sûrement quelque mal à se remettre…

« J’ai une grande amitié avec Javier Conde et son épouse, il était déjà venu deux jours l’an dernier pour tienter des mâles et des vaches et il m’avait alors dit qu’il reviendrait avec plaisir dès que ce serait possible. Avec le festival de Beaucaire, l’occasion lui a donc été donnée de retouner dans ma finca, il est venu avec les autres pour le premier tentadero et la soirée qui a suivi, ce qui a représenté un grand moment de magie, d’ailleurs j’ai eu après bien du mal à dormir !!!

La première vache, pour Romain, a été très bonne pour le torero, un peu moins pour le cheval, mais je crois que tout le monde l’a appréciée, moi le premier.

jc26f

La seconde, pour Uceda, est restée un peu plus courte, mais on est au mois d’octobre, il pleut tous les jours, la piste n’était pas en bon état, mais malgré tout elle montré des qualités et Uceda était enchanté.

Puis la dernière, pour Conde, est bien sortie, Javier ajoutant à son talent une note de fantaisie avec cette chandelle à la main ! C’était un grand moment d’inspiration, je ne sais pas si ça s’était déjà fait, mais quelle belle surprise !

Et aujourd’hui, c’est encore monté d’un cran avec ce second tentadero. Un moment carrément magique parce qu’il a plu toute la nuit, il y a eu ensuite quelques accalmies dans la matinée puis il s’est remis à pleuvoir et quand Conde a dit qu’il voulait quand-même toréer, la pluie s’est arrêtée pendant une heure ! 

C’est un torero exceptionnel, il a énormément de cœur, de sincérité, les moments qu’il nous a offerts sont magiques, il y avait une ambiance particulière avec cette vache qui a carrément été extraordinaire. C’était bien la première fois que je voyais ça, un torero pieds nus dans l’herbe, la boue, les piquants, bravant tout pour se concentrer uniquement sur son toreo, avec le Mangui qui chantait, avec les olés de l’entourage…

jc26g

A la fin, j’avoue que j’ai été très ému quand Javier m’a dit : « Je me suis mis pieds nus car en emportant de la terre de chez toi, j’emporte un peu de la France et un peu de chez  toi en Espagne, et je suis certain qu’avec la qualité de ton bétail tu parviendras à atteindre tes objectifs » !!!

Je savais qu’avec Javier, il allait se passer quelques chose… L’an dernier, pour le tentadero et sa première venue à la finca, il est arrivé habillé tout en blanc et quand il était là, je lui demandé s’il voulait se changer, il m’a dit non, je suis prêt à toréer ! Il est entré dans la placita pour toréer un de mes toros, s’est mis à genoux et je me suis alors dit qu’il était chez lui ! Il  a confiance sur le bétail, et on s’est liés d’amitié. Sa femme est extraordinaire, elle a donné un concert au Théâtre Antique et en plein milieu, elle s’est arrêtée pour nous rendre hommage ! A partir de là, on est resté en contact, et c’est une bien belle amitié que l’on vit à présent entre nos deux familles.

Car au-delà du torero et du ganadero, c’est une vraie amitié, comme pour d’autres toreros qui sont passés par ici pour tienter, Manzanares, Eduardo Gallo, Juan Diego, Luis Vilches… Tous ont été ravis de leur visite et du bétail que je leur ai réservé et maintenant, il n’y a aucun souci. Quand ils sont dans le coin, ils savent qu’ils peuvent venir. D’ailleurs Ruiz Miguel, qui n’a pu prendre les trastos ce coup-ci puisqu’il se remet doucement de sa blessure à l’épaule, m’a déjà dit qu’il aimerait revenir l’an prochain pour tienter ! Ça fait vraiment plaisir que de tels maestros te parlent comme ça. C’est pour moi une belle reconnaissance… »

jc26o

Merci aussi à Olivier qui m’a permis de partager ces heures inoubliables. Pour son accueil, la qualité de soin bétail et par voie de conséquence, pour les moments de « toreo bueno » que je ne suis pas près d’oublier et que j’essaie par ces quelques clichés de vous faire aussi apprécier…

jc26rAvec la certitude que vous verrez sur FR3 de bien belles images...

beauc18x

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels