Vendredi 14 Mai 2021
Céret, Pamplona, Les Saintes, Bautista, Hagetmau…

fr14xx

La seule récompense à Robleño...

No hay billetes pour la clôture, temps lourd avec ciel voilé. Six toros d’Escolar Gil dans le type, sans excès de tamaño, plus un sobrero du même fer venu remplacer le premier qui visiblement avait pris « une pigne » sur le flanc gauche, et deux sobreros de San Román, le premier pour remplacer le sixième, et le second pour remplacer… le premier sobrero !!!

Fernando Robleño : palmitas et oreille.
Fernando Cruz : silence et saluts.
Rubén Pinar : vuelta et saluts.

Avec son premier bis, Fernando Robleño s’illustra au capote, puis l’Escolar de substitution prit trois piques, la première trasera, la deuxième orthodoxe et la dernière de plus loin, après avoir hésité longtemps avant de démarrer, sans grand style. La faena comprit quelques passages ajustés, surtout à droite, la porte gauche s’avérant d’emblée à hauts risques. Jamais en mesure d’humilier, le toro garda certains avantages et Robleño en resta là, achevant la besogne par entière après pinchazo. Avec le quatrième, les choses allaient prendre un autre contour, l’Escolar s’avérant le meilleur, du moins le plus exploitable du lot. Bon capoteo puis deux piques traseras avant trasteo décidé et enlevé de Robleño qui profita des bonnes dispositions de son adversaire pour exécuter plusieurs enchaînements templés qui ont porté sur les étagères.  Entière qui remonta puis descabello avant de promener la seule esgourde de la tarde… qui a fait le bonheur de Marcelle !

fr14f

Fernando Cruz attaqua fort au capote un premier client qui alla trois fois au cheval, histoire de vérifier la maladresse du piquero qui ramassa une belle bronca ! Face aux réactions hostiles, Fernando tenta de redresser la barre, mais on le vit peu à l’aise et guère engagé lors de la plupart des échanges. Pinchazo en passant par le Musée d’Art Moderne puis bajonazo. Avec le quinto, encore quelques beaux gestes au capote, lidia approximative en deux piques brouillonnes, bonne entame de faena par doblones en se ployant, suite par muletazos plutôt bien dessinés jusqu’à un violent accrochage qui vit Fernando être repris au sol, s’en tirant toutefois sans trop de mal. Taleguilla déchirée, mais remis sur pieds, il tint à finir le boulot avant d’aller se faire examiner à l’infirmerie, ce qu’il fit par trois quarts après pinchazo.

fc14f

Rubén Pinar prit avec le troisième un toro violent à sa sortie qui fracassa quelques planches avant de recevoir deux puyazos applaudis. Brindis à l’auditoire pour une faena relevée par redondos, mais en toréant de la voix et en manquant quelque peu d’engagement. Pinchazo et entière. Avec l’ultime, la partie alla jusqu’aux prolongations, avec un premier renvoi pour le titulaire à cause d’une légère boiterie. Long à rejoindre ses appartements, ce fut l’occasion pour la Cobla « Mil Lenaria » de se mettre en évidence, s’assurant une ovation… que beaucoup de toreros aimeraient connaître en ce lieu ! Arriva ensuite un premier sobrero de San Román qui ne fit pas long feu, lui aussi trainant la guibole. Enfin, avant que la buvette ne ferme, est sortie une espèce de montagne qui prit trois puyazos sans grand style. L’Albaceteño débuta par le haut avant d’aligner des séries volontaires, mais à sincérité variable. Entière.

Matías González est certainement un bon président, mais je ne suis pas certain que les trois changements aient été tous très pertinents. Et à propos du premier, il serait intéressant de savoir à quel moment l’Escolar a pris son puntazo…

Le Club Taurin de Bruxelles a décerné son prix au meilleur picador à Daniel López, qui a piqué le troisième. Les autres prix pour la pique sont restés desiertos.

rp14r

Matías González est certainement un bon président, mais je ne suis pas certain que les trois changements aient été tous très pertinents. Et à propos du premier, il serait intéressant de savoir à quel moment l’Escolar a pris son puntazo…

Le prix au meilleur piquero a été décerné par le club taurin de Bruxelles à Daniel López, picador de Rubén Pinar qui piqua le troisième. Les autres prix pour la pique sont resté « desiertos ».

Matin… Arènes quasiment pleines, chaleur tropicale. Six toros de Palha bien présentés, variés de comportement, la plupart manquant de fonds, meilleur le quatrième, « Quita Medios », qui a été honoré de la vuelta posthume.

Iván García : saluts aux deux.

Manuel Escribano : silence et saluts.

Alberto Aguilar : oreille et silence.

Bon début de García lors d’un enchaînement de véroniques, chicuelinas et rebolera. Après deux piques, la première poussée, brindis à l’assistance avec début à mi-hauteur puis plusieurs séries méritoires, sans engagement excessif toutefois. Final plus près des cornes, adornos pour la galerie qui le pria de ne pas tomber dans le populiste, puis entière après pinchazo. Avec le quatrième, Iván montra encore de bonnes dispositions au capote avant trois puyazos inégaux dans leur réalisation. Faena comprenant de bons moments, en citant de loin, appliquée et templée, mais baissant de ton sur la fin. Bajonazo, vuelta au toro… que personne ne demandait, ou peu s’en faut.

 

ig14i

Manuel Escribano prit un premier adversaire qui reçut trois puyazos d’inégale intensité. Il se fit ovationner avec les palos  et se montra décidé au cours d’une faena brindée au public débutée par superbe cambio au centre dont l’impact fut vite atténué par les charges limitées de son opposant qui a peut-être été trop piqué. Entière d’effet immédiat. Avec le quinto, Escribano s’illustra au capote avant que le Palha ne fasse exécuter au piquero un numéro d’équilibriste sur le premier assaut, suivi de deux autres, poussé le second. Autre ovation avec les bâtonnets. Début au centre en donnant la distance, superbes naturelles, mais le bicho finit a menos et Escribano ne put guère aller au bout de ses intentions. Entière.

 me14m

Le premier adversaire d’Alberto Aguilar envoya le piquero au tapis au terme d’une pique brouillonne, ce dernier se vengeant sur le deuxième assaut  avant un troisième puyazo plus léger en partant de plus loin. Bon second tercio puis brindis au conclave et faena agréable débutée par derechazos templés en donnant la distance, une rive mieux exploitée dans un trasteo technique et volontaire conclu par estocodón après pinchazo qui libéra logiquement le seul trophée de la matinée. L’ultime fut long à sortir des chiqueros, étant finalement accueilli par larga afarolada de rodillas. Tercio de piques protesté en deux assauts avec piques rectifiées par un adepte des boutonnières ! Pagaille au second tercio, mise par un toro parado à la muleta. Le bloc de marbre finit par rouler sur demie après pinchazo.

Les prix au meilleur piquero attribués par le club taurin de Bruxelles et l’ADAC sont allés à José María Tafalla, qui a piqué le second d’Iván García.

aa14a

 

PAMPLONA

Final avec la corrida de Miura qui a vu Jiménez Fortes couper la dernière oreille de ces sanfermines à son premier, le meilleur de l'envoi, qu'il a reçu a portagayola, se faisant fortement secouer après avoir trébuché en se relevant. Pour le reste, applaudissements aux deux pour Castaño, avec numéro habituel de ses banderilleros, et vuelta pour Rafaelillo à son premier.

Le matin, l'encierro des toros de Zahariche, 2'16, a été rapide, la principale blessure ayant eu lieu à l'entrée des arènes, une jeune Australienne recevant une cornada au thorax.

LES SAINTES

Arènes bien garnies pour voir Andy Cartagena et Léa Vicens sortir a hombros à l'issue d'une corrida entretenue.

Andy Cartagena : oreille puis deux oreilles et le rabo.
Joao Moura  hijo : saluts et vuelta.
Léa Vicens : oreille et deux oreilles.

Andy Cartagena a remporté le Trophée Pommery et Léa Vicens a été éclatante pour sa présentation en France.

 

BAUTISTA

 

JUAN BAUTISTA DÉCIDE DE NE PAS TORÉER LORS DE LA FERIA DES VENDANGES DE NÎMES ET QUITTE L'UNION DES TOREROS.

 

A la suite des premières conversations avec le Directeur des Arènes de Nîmes, Simon Casas  proposa au torero français les dates du 13 ou du 15 septembre ; l'offre finale de la direction des Arènes étant la corrida du 12, vu que l'Union des Toreros avait sollicité la date du 13 pour organiser une corrida aux bénéfices de cette association. Dès lors, Juan Bautista se proposa pour toréer cette corrida bénéfique, avec l'assentiment de Simon Casas. Cependant, quelques membres du Bureau de l'Association ont décidé de ne pas faire toréer Juan Bautista, ce qui signifie un manque total de respect et une injure à sa trajectoire professionnelle, sachant que cette corrida bénéfique a lieu sur ses terres et que Juan Bautista était membre de cette Union depuis quinze années et qu'il est le torero français le plus important de cette association. Le fait de ne pas compter sur lui est aussi un manque de respect pour l'afición française.

 

Devant cette situation, Juan Bautista a décidé de ne pas toréer dans l'une des arènes les plus emblématiques de son pays et de sa carrière, où il est sorti onze fois en triomphe, notamment lors de la feria de Pentecôte de l'an passé où il avait coupé un total de quatre oreilles. En conséquence, le torero d'Arles quitte l'Union des Toreros.

(Communiqué)

 

HAGETMAU

 Un tiers d’entrée environ. Forte chaleur.

 Sortie a hombros des deux toreros de l'après-midi…

 Imanol Sánchez : Oreille avec pétition de la 2ème – oreille.

 Álvaro García : 2 oreilles – oreille.

hag14h

 Novillos de Malabat  et Alma Serena, erales Malabat et Alma Serrana.

 Le novillo de Malabat et l'eral de Alma Serena ont été applaudis à l'arrastre.

 (Communiqué)

 

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 valv23aff

 arl03aff

 ist03aff feria

 vic23aff

 cer22aff

 mdm0aff