Jeudi 30 Mai 2024
Mont-de-Marsan, Châteaurenard, Méjanes…
Samedi, 20 Juillet 2013

aa20xx

Quand Alberto Aguilar manque la Grande Porte…

 No hay billetes, crème solaire de rigueur. Six toros de Victorino Martín bien présentés, très armés la plupart, donnant un jeu irrégulier, excellent le cinquième qui fut honoré de la vuelta posthume. Les autres avec plus ou moins de moteur et aux intentions pas toujours catholiques.

vm20x

Juan Bautista : silence et saluts.

Alberto Aguilar : vuelta et saluts.

David Mora : silence aux deux.

Juan Bautista prit en premier lieu un exemplaire aux cornes démesurées qui reçut deux bonnes rations à charge de Paco María avant de débuter sa faena par la gauche en plusieurs séries de naturelles dont certaines templées et ajustées, alors qu’à droite la porte était plus difficile à franchir. Pinchazo, trois quarts caída et deux descabellos. Avec le quatrième, l’Arlésien se montra décidé au capote et après deux bons puyazos de Puchano puis un quite par chicuelinas serrées d’Aguilar, Curro Robles reçut une ovation méritée, notamment pour une deuxième paire casquée en montant au balcon.

cr20c

Brindée au conclave, la faena connaîtra une entame dynamique…  avant d’être pris à partie par un secteur du public lui reprochant son manque d’engagement. Visiblement agacé, Jean-Baptiste se reprit par la suite, quitta les zapatillas et traça des enchaînements au rythme soutenu. Entière et descabello.

jb20j

Alberto Aguilar dut batailler d’emblée avec son second qui prit deux piques avant de compliquer passablement la vie du Madrilène qui ne se déroba pas, se montrant très combatif lors d’un combat de tranchée essentiellement droitier qui le vit aguanter pas mal d’hachazos et de menaces en tous genres. Un tiers de lame puis entière.

aa20m

Le quinto avait un tout autre son, étant d’assez loin le meilleur de l’envoi. Brillant dès sa réception par véroniques, il envoya « Mocito » trois fois au cheval, le piquero sortant ovationné, surtout pour un troisième assaut bien jugulé après départ de loin. Brindée à l’auditoire, la faena vit Alberto avec un cœur gros comme ça, visiblement désireux de triompher, ce qui s’avéra possible après un trasteo volontaire, courageux et ajusté sur plusieurs séries bien cadencées et poderosas, mais les aciers sont venus anéantir ses espoirs de récompenses sous la forme de cinq pinchazos avant entière. Grosse ovation et vuelta à son opposant. A noter qu’avant d’entrer a matar, Alberto salua l’Orchestre Montois, en tous points remarquable depuis le début de cette Madeleine.

om20o

David Mora passa au Plumaçon sans peine ni gloire. Il faut dire qu’il ne trouva pas face à lui un adversaire lui permettant d’étaler ses qualités artistiques, sauf en de trop rares occasions. Son premier prit trois piques avec belle arrancada à la dernière, mais à la muleta, il s’avéra rapidement limité d’allant, de charge, ce qui ternit quelque peu le labeur au demeurant méritoire de Mora. Face à l’ultime, bien pris sur deux assauts, David brinda au public, se montrant appliqué dans l’entame avant d’éprouver quelques difficultés face à un adversaire plus prompt à aller caresser ses chevilles que de s’engager franchement dans le leurre. Mora n’insista pas et termina par belle entière.

dm20d

Voir le résumé de Feria TV en cliquant ICI

En matinée devant un tiers d’arène environ et sous la canicule, quatre novillos de Fuente Ymbro bien présentés, plus un sobrero sorti en troisième position. Un lot exigeant, qui mettait à l’épreuve…

Román : oreille et vuelta.

Clemente : saluts et silence.

Sobresaliente : Alfredo Bernabeú.

Román attaqua son premier par d’excellentes véroniques rematées par rebolera. Il conduisit ensuite son adversaire au cheval par véroniques marchées pour un puyazo rectifié. Bon tercio de banderilles puis brindis au public avant de se faire applaudir sur de bonnes séries de la droite, donnant la distance et enchaînant par redondos et pechos redoublés. Naturelles correctement dessinées, final poncista et entière après pinchazo.

 rom20r

Le troisième, un superbe jabonero, réintégra les corrales pour boiterie. Dommage… Avec le sobrero, du même fer, Román exécuta un trasteo volontaire et appliqué, affichant pas mal d’entrega et de décision sur des séries templées sur les deux côtés, avant final rapproché et manoletinas. Las, deux pinchazos avant entière lui firent perdre la Grande Porte. 

Clemente n’eut pas le meilleur sorteo et pour sa deuxième sortie seulement en piquée, il étala pas mal de volonté, les compréhensibles imperfections techniques étant bien sûr à corriger avec le temps. Au premier, il se distingua sur un quite par chicuelinas serrées entre les deux piques puis il démarra sa faena en conduisant avec application son adversaire, au demeurant compliqué, jusqu’au centre où il connut quelques difficultés à trouver la bonne distance et la cadence adéquate, malgré quelques gestes méritoires.  Entière après pinchazo.

clem20c

Avec son second, qui poussa et fut bien pris à deux reprises par Jacques Monnier, il brinda au public après succession de quites, y compris du sobresaliente, puis brinda à l’assistance une faena irrégulière comprenant toutefois quelques bons mouvements droitiers, avant de sécher avec la ferraille.

Voir le résumé de Feria TV en cliquant ICI

La veille, en nocturne, devant une arène pleine, triomphes de Léa Vicens et Joao Moura hijo au cours d’une corrida portugaise entretenue…

lv20v

Avec Feria TV, voir le résumé de cette course en cliquant ICI

CHÂTEAURENARD

Grande porte pour Juan José Padilla et Diego Silveti…

jjp20a

Juan José Padilla : oreille et deux oreilles.

sc20a

Sébastien Castella : saluts aux deux.

ds20a

Diego Silveti : oreille et oreille.

Trois quarts d’arène, toros d’Alcurrucén corrects de présentation et donnant dans l’ensemble du jeu.

chat20xx

Photos : Jean-Claude Carbonne.

MÉJANES

Arènes bien garnies. Rui Fernandes a remporté le Trophée du Rejón d’Or pour avoir coupé les deux oreilles de son second adversaire de Murube qui a eu les honneurs de la vuelta posthume…

Diego Ventura a coupé une oreille les deux fois et Leonardo Hernández une puis deux.