Mercredi 12 Mai 2021
Ganadería Turquay, Adour Aficion, Scamandre, Castelnau, León, Badajoz, Eauze, Saint-Sever…

tur21zy

Visite aux ganaderos… et aux novillos pour Rieumes…

 Le jour J approche et pour Jean-François et Emmanuel Turquay, il est évident que toutes leurs pensées sont dirigées vers Rieumes où dimanche prochain en matinée, leurs pupilles seront combattus par Adrián Henche et Joaquín.

tur21a

L’occasion était propice pour faire en leur compagnie le tour du propriétaire, d’abord à Mas-Thibert, pour aller saluer les vaches, puis à Eyguières, pour tirer le portrait des quatre novillos choisis pour Rieumes, ainsi que le sobrero de la novillada de Diego Puerta qui sera lidiée l’après-midi.

tu21w

Pour environ deux cents têtes de bétail sur 130 hectares, la ganadería tient de Pablo Mayoral - Santa Coloma - un important pourcentage de ses origines (disons autour de 90%), le reste venant des frères Gallon, ce bétail étant principalement destiné aux capéas…

tur21b

A Mas-Thibert, les vaches disposent de verts pâturages et l’on est d’emblée frappé par la variété de leurs pintas. Autre curiosité, leur placidité, entourées par « Albanito », un des deux sementals de Pablo Mayoral, car on peut les approcher sans crainte… à condition bien sûr d’être aussi calmes qu’elles !

tur21f

Avec deux sementals venant de Pablo Mayoral et deux autres de Gallon, la descendance semble assurée, et d’ailleurs, quelques veaux nés récemment ne quittaient pas leur mère. Et là, dans ce splendide cadre de verdure, Jean-François Turquay et son fils Emmanuel n’hésitent pas à s’approcher d’elles pour leur porter de quoi se ravitailler jusqu’à leur prochaine visite. Les deux propriétés étant distantes d’une quarantaine de kilomètres, ce qui nécessite de nombreux déplacements, la fréquence de leurs visites dépend des saisons, de deux jours à une semaine… Mais avec une herbe de bonne qualité et les compléments apportés, on voit bien que ces vaches et leurs petits ne dépérissent pas !

tur21g

Pour la petite histoire, Fernando Robleño est venu tienter il y a peu et face à deux vaches, il s’est montré conquis, la seconde s’avérant exceptionnelle. A tel point que le Madrilène a confié après coup que sur les soixante-dix vaches qu’il avait tientées cette saison, c’était de loin la meilleure !!!

tur21d

Ensuite, direction la propriété à Eyguières, avec une superbe placita de tienta, puis à quelques kilomètres seulement, le bosquet dans lequel vivent les mâles, en compagnie du semental « Victorino », avec parmi eux, évidemment, les erales prévus pour Rieumes…

tur21kl

Précisons tout de suite que ce semental n’a rien à voir avec Victorino Martín, c’est bel et bien un Pablo Mayoral, mais s’il se nomme ainsi, c’est tout simplement parce que sa mère s’appelait Victorine !

Erales pour Rieumes :

arr21h« Arrogante », N° 208

gol21h« Goloso », N° 201

pir21h« Pirata », N° 215

bast21h« Bastaraud », N° 136

dir21h« Dirigente », N° 109, sobrero pour la novillada piquée

Jean-François Turquay…

 « Je suis tombé dans les toros quand j’étais tout petit. Mon père s’occupait d’un élevage et il a fini à la retraite chez Aimé Gallon. Avant de me mettre à mon compte, je l’ai remplacé, puis je suis parti à l’armée, et plus tard, je suis revenu dans la région où j’avais un élevage de juments salinières de Camargue. J’ai loué un étang avec les terres autour pour y mettre mes juments. J’ai dû alors faire face à un problème de pollution lié à l’emploi de désherbants et les trois quarts de mon élevage est passé à l’as !

tur21e

 Ça m’a un peu dégoûté, puis j’ai eu l’occasion de m’associer avec Allemand et Sève, qui avaient la manade de l’Illon. Il y avait longtemps que ça me chatouillait et c’est comme ça que je suis devenu éleveur de toros. Quand ils se sont séparés, j’ai récupéré ma part de bêtes et je les ai emmenées à Mas-Thibert où j’avais quelques chevaux. Quant aux origines, il y avait un peu de tout, ce n’était pas des croisés, mais ils venaient de plusieurs rames. Disons que c’était une mosaïque…

 Il y a dix-huit ans, mon élevage a attrapé la leucose et j’ai dû tout faire abattre, la mort dans l’âme, évidemment. Je me suis donc retrouvé sans rien et c’est alors que Stéphane Meca m’a dit que Didier Pignan avait acheté des bêtes de Pablo Mayoral qu’il mettait en vente. On est allé les voir, le prix me convenait, j’ai acheté vingt-trois vaches, un semental et seize veaux. Et c’est avec ça que je suis reparti…

tur21h

 Je n’ai jamais mis autre chose et quand on lit parfois qu’il y a du Núñez, c’est faux. Ça vient peut-être de la première époque, quand j’avais un peu de tout. Mais depuis l’abattage, je n’ai plus que du Santa Coloma par Pablo Mayoral, avec toutefois, depuis l’an dernier, quelques produits de Gallon que Manu a voulu ajouter, mais que nous menons à part, essentiellement pour des capéas et becerradas. Il faut dire aussi que je n’avais que vingt-trois vaches alors qu’il m’en fallait vingt-cinq pour entrer dans le livre généalogique. Sinon, j’insiste, il n’y a que du Pablo Mayoral.

tur21c"Albanito"

 Au niveau organisation, on a quelques problèmes d’espace. Il faut séparer les sementales, et chez les Pablo Mayoral, j’ai beaucoup de bêtes grises alors que je n’en avais pratiquement pas achetées une. Comme il me fait des bêtes cardenas, j’ai préféré sélectionner cette partie là pour avoir des produits pratiquement blancs, alors que les Gallon tirent plus sur le rouge.

tur21i"Victorino"

 Maintenant, Manu est totalement entré dans l’élevage. Il a autant la passion que moi, si ce n’est plus. Avec la configuration de notre ganadería, il y a largement du travail pour deux et puis c’est la juste évolution d’un patrimoine. Nous sommes bien dans le cadre d’un élevage familial…

 Pas mal de toreros passent chez nous, y compris des Espagnols, comme Castaño et Robleño. Fernando s’était tellement régalé l’an dernier qu’il a demandé à revenir cette année et une nouvelle fois, il s’est montré très satisfait (voir plus haut), ce qui est très encourageant pour nous. Il nous a dit notamment qu’en Espagne, il fallait faire cinq tientas pour trouver deux vaches comme celles qu’on lui a sorties !

tur21j

 Cette année, on a fait pas mal de fiestas camperas chez nous, et à part Rieumes, il nous reste le sobrero, s’il ne passe pas, plus quelques toros. Rieumes, ça devrait aller, les toros sont bien présentés, ils sont tous de Mayoral et j’espère qu’ils vont fonctionner. J’ai confiance…

 La caractéristique principale du Mayoral, c’est leur propension à embister le nez au raz du sol quand il est très noble et à bien mettre la tête si on lui fait correctement les choses, mais ils réfléchissent vite, ils apprennent rapidement et… il ne faut pas se tromper ! 

 tur21m

Pour l’avenir, disons que ce serait bien de sortir en piquée, ça ne m’effraie pas. Il est clair que Rieumes constituera un test pour voir où l’on en est, et on ne va pas se presser. D’autant plus que pour aller plus haut, il nous faudrait avoir plus de place. Et c’est un autre problème… »

ri28w

 Dans l’immédiat, on va croiser les doigts pour que ces sympathiques éleveurs connaissent à Rieumes le succès que leur passion mérite. Suerte, ganaderos !!! 

 ADOUR AFICION

Le club taurin de Villeneuve de Marsan a fêté ses trente années ce jour dans les arènes « Camille Courtalet » de Villeneuve.

aa22h

Au programme, capéa avec l'école taurine de Richard Milian « Adour Aficion » avec Baptiste Cissé, Dorian Canton, Jules Saint Cricq, Clément Hargous, Yoan Lamothe, Alexis Palisson, Jean Laroquette et Jean Pichonnier, avec d'excellent bétail des frères Bats qui ont permis à tous ces jeunes de pouvoir s'exprimer et étaler leur talent.

bc22h

A noter que Baptiste Cissé fera son premier paseo en NSP à Saint Vincent de Tyrosse le dimanche 20 juillet.

(Communiqué et photos Eric Depecker)

SCAMANDRE

Le dimanche 22 juin, pour la fiesta campera à la ganaderia du Scamandre, chez Olivier Riboulet, Christian Coll, entouré des membres de son club, avait affrété un car de Béziers pour honorer les deux toreros Cayetano Ortiz, récemment intronisé docteur en tauromachie à Istres, et Thomas Cerqueira, qui lui l'avait été l'année passée à Béziers.

mund22m

 Deux toros d'origine Valdefresno nobles et combatifs ont été combattus avec succès par deux protagonistes très appliqués sous le regard de Denis Loré et Francis Andreu.

mund22f

 Puis deux vaches de la même origine ont été tientées avec également beaucoup d'application et qui ont montré chacune leur potentiel de bravoure et noblesse, l'éleveur choisissant même de conserver la deuxième.

mund22h

 L'apéritif et le repas ont conclu cette journée d'aficion et de chaleur... 32° ! 

(Texte et photos  BP)

 CASTELNAU

cast22h

 En matinée, à 11h : tienta de deux vaches de l'Astarac (Jean-Louis Darré) par Thomas Joubert.

 LEÓN

Corrida en définitive assez décevante à cause d’un bétail qui n’a pas globalement favorisé les grandes envolées, les toros du Pilar et de Domingo Hernández s’avérant trop faibles et manquant pour la plupart de race.

La seule oreille a été coupée par José Tomás à son second après saluts à son premier, Juan Mora étant ovationné à son premier et pour Iván Fandiño, saluts et applaudissements…

A noter encore que Fernando Casanova, banderillero de José Tomás, a été cueilli par le cinquième en posant une paire, se retirant à pied à l’infirmerie. Cornada ascendante dans la cuisse droite nécessitant un drainage, pronostic peu grave.

BADAJOZ

Guère plus de demi-arène pour trois ténors du barreau et l’alternative d’un jeune de la zone… No comment ! Face à des toros de Garcigrande et Domingo Hernández de jeu très inégal, le jeune Tomás Campos a coupé deux oreilles au toro de la cérémonie, Morante de la Puebla une à son second au terme d’un faenón mal rematé aux aciers, Perera deux à son second après avoir salué et El Juli une à son premier puis saluts. Sortie a hombros de Tomás Campos et Miguel Ángel Perera.

EAUZE

eauze22h

SAINT-SEVER

ssev22h

 

 

 

 

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 valv23aff

 arl03aff

 ist03aff feria

 vic23aff

 cer22aff

 mdm0aff