Lundi 10 Mai 2021
Bayonne

bay07xy

Tous a hombros… Triomphale corrida de Garcigrande avec Juan Bautista, Sébastien Castella et Iván Fandiño…

 Novillada matinale donné devant un tiers d’arène environ, avec le soleil comme invité. Six novillos du Laget (Jalabert frères) bien présentés, donnant un jeu intéressant dans leur variété. Des novillos qui avaient leurs exigences et qu’il fallait consentir avec sérieux selon leurs conditions, sans réciter une leçon.

lag07m

Filiberto (oreille et saluts) a débuté avec un exemplaire qui créa la surprise en sautant dans le callejón à la hauteur du burladero des toreros, sans causer de dégâts apparents, sinon un gros susto. Le novillo sembla par la suite se ressentir de son escapade, mais alla quand même au cheval sans trop se faire prier. A la muleta, malgré des postérieurs un peu raides, il étala une belle noblesse dont sut profiter Filiberto pour tirer des séries ajustées, surtout sur la rive droite. Grosse voltereta au final avant un coup de canon qui libéra un appendice. Au quatrième, bien piqué en deux fois, il brinda à l’auditoire un trasteo somme toute bien léché avant de tomber dans l’inutile facilité des circulaires inversées dans un final prolongé qui finit par lasser les gradins. Entière suivie d’une longue espantada finie dans le sable…

 fil07m

David de Miranda (silence aux deux) n’a guère convaincu, d’autant plus qu’il tua mal les deux fois. Encore un peu vert, il se fit remarquer au capote sur la réception de son premier et après deux piques sans grand éclat, il brinda à l’assemblée une faena débutée par deux cambios, la suite s’avérant le plus souvent marginale avant d’en finir d’un bajonazo. Au cinquième, qui mit les reins sur le premier assaut, David débuta sa faena par statuaires avant d’aligner les séries de façon inégale, les choses allant a menos avant bernardinas puis nouveau bajonazo.

ddm07m

Andrés Roca Rey (saluts et oreille) est à l’évidence plus puesto et proposa à son premier un capoteo varié avant deux piques poussées et un bon second tercio. Par la suite, il se fit menacer puis désarmer, son opposant s’avérant rajado, une propension pour les planches que le Péruvien ne tenta pas de corriger. Il s’accommoda donc de la querencia de son adversaire pour signer quelques valeureux muletazos, se faisant accrocher à deux reprises, la seconde sur l’estocade qui résulta atravesada. Avec l’ultime, au demeurant superbe, Roca Rey se mit encore en évidence au capote face à un client qui fit une vuelta de campana entre les deux piques. Brindée au public, sa faena débuta par deux cambios au centre poursuivis par séries courtes et inégales, relevées toutefois par quelques détails de classe, Andrés sachant faire passer un trasteo que pour ma part j’ai trouvé un peu en dessous des possibilités offertes par le bicho. Certes, il exécuta des muletazos bien léchés, mais dans un toreo plus pinturero, voire pueblerino, que réellement profond. Entière. Pour avoir beaucoup apprécié ce novillero en non piquée, je m’attendais à quelque chose de plus abouti. Mais ça viendra sûrement avec le temps car l’on sent bien qu’il a des choses à dire…

arr07m

Tarde. Arènes quasiment pleines, beau temps. Six toros de Garcigrande bien présentés, avec de la tête et un comportement certes inégal, mais le plus souvent permettant aux toreros de s’exprimer, sans sosería et avec du tempérament. Le deuxième, « Pasmoso », et le quatrième, « Cotillo », ont été crédités de la vuelta posthume, les autres applaudis à l’arrastre. Sortie a hombros de l’éleveur et son mayoral avec les trois maestros.

garc07m

Juan Bautista (saluts et deux oreilles) reçut son premier par un bel enchainement de véroniques puis chicuelinas. Le toro proposa ensuite au piquero une spectaculaire séance de montagnes russes puis brindis au conclave d’une faena techniquement ajustée et variée conclue par entière au second envoi puis deux descabellos. Au quatrième, l’Arlésien montra encore de fort belles manières au capote. Bien piqué en deux fois par Paco María qui s’adjugera le trophée, « Cotillo » ne rechigna pas à s’engouffrer dans la muleta, Jean-Baptiste donnant la distance lors d’un trasteo accompagné par « Nerva » qui transmit sur les étagères. Bautista jeta  l’épée pour des séquences « al natural » sur les deux bords, et après un final par manoletinas, conclut superbement l’affaire par un énorme recibir au centre qui fit lever les gens… et tomber son adversaire !

jb07m

Sébastien Castella (deux oreilles et saluts) connut lui aussi une excellente tarde. Apparemment très motivé, il signa d’emblée quelques bons capotazos à son premier et après deux piques sans éclat, le Biterrois démarra pieds joints avec des muletazos par le haut puis des redondos qui firent envoyer la musique. S’ensuivirent d’harmonieuses naturelles puis un final davantage encimista conclu par entière légèrement tombée. Avec le cinquième, un volumineux castaño qui fit une demi-vuelta de campana, Sébastien se fit désarmer sur le quite puis il brinda à l’auditoire une faena démarrée par trois cambios au centre en toute immobilité. La suite par alternance de séries dans le bon rythme, final plus près des cornes et entière caídita après pinchazo.

sc07m

Iván Fandiño (oreille et oreille) a eu droit à un chaleureux accueil avant que ne sorte son premier, le public lui réservant une ovation de gala dans le souvenir de sa tarde d’août, commencée par un triomphe au terme d’une excellente faena, et finie à l’hôpital à la seconde, avec traumatisme cervical à la clé… Son premier prit un bon puyazo et un second pour la forme, et après un bon quite par chicuelinas de Juan Bautista puis un second tercio réussi, le maestro d’Orduña alla brinder au corps médical,  joli geste en signe de reconnaissance. Entame par redondos soignés au centre, puis plusieurs séries de derechazos bien cadencés, passage à gauche plus délicat avant manoletinas millimétrées et quasi entière légèrement tombée. Avec le dernier, qui s’avéra fuyard à sa sortie puis qui alla deux fois à l’assaut de la pièce montée, Fandiño brinda au public une faena entamée à droite et poursuivie, après s’être débarrassé de ses zapatillas, de plusieurs séquences gauchères remarquables. Entière d’effet immédiat au second envoi qui libéra l’oreille lui permettant de sortir en triomphe avec ses deux « franchutes » de compañeros dans l’alegría générale… fort compréhensible, au terme de cette corrida entretenue qui clôturait de la meilleure des façons cette édition 2014 de la Feria de l’Atlantique.

 if07m

 (Les infos du week-end, avec notamment la confirmation de Marc Serrano à Las Ventas, les courses de Portigagnes et Boujan, plus tard dans la soirée…)

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 valv23aff

 arl03aff

 ist03aff feria

 vic23aff

 cer22aff