Mercredi 17 Juillet 2019
Mouchoir violet
Lundi, 03 Novembre 2014

Proposition d’évolution du règlement taurin…

Communiqué de Jean-François Pilès…

« Organisateur de spectacles tauromachiques aux arènes de Saint-Vincent-de-Tyrosse depuis 2009 au côté de son père, le matador de toros Robert Pilès, et fort d’une expérience professionnelle acquise pendant six mois au Mexique, notamment en qualité de correspondant pour l’agence de presse taurine « Suerte Matador », Jean-François Pilès s’est déclaré en faveur de la mise en place dans les arènes européennes d’un arrastre lent pour la dépouille de certains toros.

Un propos défendu le 22 octobre dernier sur le plateau de l’émission tauromachique de TV SUD, « Tendido Sud », et qui se base sur un souhait de valorisation du Toro Brave. Ainsi qu’il existe déjà au Mexique, au même titre que le tour de piste posthume ou la grâce, l’arrastre lent offrirait la possibilité aux présidents de course d’honorer la qualité de bravoure, de tempérament ou de noblesse d’un toro particulièrement notable. Ainsi, un exemplaire exceptionnellement brave au cheval, mais manquant par la suite de mobilité et de noblesse au troisième tiers de la lidia pourrait bénéficier de ce type d’honneur. Inversement, un toro manquant de relief sous le fer du picador mais développant classe, noblesse et mobilité à la muleta ferait l'objet de cette récompense.

Cette institutionnalisation de l’arrastre lent permettrait par ailleurs de mieux valoriser le jeu du toro lidié, et de disposer d’une meilleure grille d’appréciation par rapport au tour de piste posthume ou à l’indulto, et ainsi donner plus de valeur à ces derniers. Une mise en place qui supposerait la création d’un nouveau mouchoir pour les présidents, de couleur violette, et ne changerait en rien le déroulement de la corrida. Cette récompense apportera au contraire une nuance supplémentaire quant à l’appréciation du toro et au travail de sélection effectué par le ganadero. L’arrastre lent, à savoir la sortie au pas de la dépouille du toro, serait très facile à appliquer, chaque arène n’ayant qu’à se doter d’un mouchoir violet dans le jeu déjà existant, et ce, après approbation de cette proposition par les autorités compétentes.   Une proposition qui s’inscrit dans une démarche de volonté de valoriser le Toro Brave, les éleveurs, faire évoluer positivement le spectacle taurin et son règlement, tout en s’ouvrant vers d’autres cultures de la Fiesta Brava, comme celle du Mexique, qui demeure la plus importante nation taurine de l’autre côté de l’Atlantique.»

A ce propos, si toute évolution allant dans le bons sens est toujours envisageable, et pourquoi pas celle-là si elle correspond à des critères précis, deux petites remarques concernant justement les distinctions aux toros. La première est liée aux vueltas al ruedo et aux indultos, parfois décidés un peu à la légère, me semble-t-il. Il s’est installé à ce sujet une sorte de surenchère où l’on oublie parfois un peu trop que pour qu’un toro mérite de telles distinctions, il faut qu'il sorte de l’ordinaire et se révèle complet, ce qui n’est pas à l’évidence toujours le cas.

Quant à ma seconde remarque, c’est justement, au sujet des arrastres, qui sont parfois un peu trop… lents !!! Que ce soit chez nous ou en Espagne, on en voit qui trainent pour entrer alors que le toro est prêt à être enlevé, ou qui entrent au ralenti, quand ils ne s’arrêtent pas carrément à quelques mètres du toro en lorgnant vers la présidence, des fois que… Ce n’est certes pas le cas partout, mais cette pratique est parfois abusive, voire ridicule. Mais ce n’est que mon avis…

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 cer06aff

 mdm30aff

 arl11aff