Jeudi 30 Mai 2024
Boujan, Mauguio, Captieux, Tibo, Madrid, Séville...
Dimanche, 07 Juin 2015

vs07xw

Sortie a hombros de Vicente Soler au terme d’une bonne novillada de Cebada Gago...

A la sortie, les aficionados présents à Boujan affichaient ce dimanche leur satisfaction pour avoir vu un lot très intéressant de Cebada Gago, le troisième de García Cebada, même maison. Des novillos bien présentés, dans le type, affichant une caste leur permettant pour la plupart de donner du jeu, y compris au cheval. La palme est allée à « Vocero », sorti en second, qui a eu les honneurs de la vuelta posthume. A l’issue de la novillada, le mayoral a salué aux côtés de Vicente Soler.

cg07k

Borja Álvarez (silence aux deux) a accueilli son premier par deux vueltas cambiadas de rodillas puis par vibrantes véroniques. Premier assaut poussé et second par belle arrancada, Vicente Soler exécutant ensuite un bon quite par farols avec réplique d’Álvarez qui brinda plus tard à l’assemblée une faena commencée à droite et entrecoupée de retours menaçants, notamment sur les remates. Après quelques naturelles méritoires, retour à droite avec désarmé, l’Alicantino se reprenant bien avant d’en finir par demie et deux coups de verdugo. Après avoir reçu le quatrième par véroniques puis chicuelinas, le Cebada poussa sur une première puya trasera suivie d’une vuelta de campana et d’une seconde cuidée. Faena démarrée en se fendant sur les doblones puis séquences droitières méritoires, l’autre bord s’avérant plus aléatoire, le Cebada désarmant le novillero et le menaçant sur de vifs retours. Entière.

ba07k

Vicente Soler (oreille et oreille) prit un premier client  abanto à sa sortie avant de pousser au cheval les deux fois. Au second tercio, Vicente fit le spectacle avec brio et l’ovation était justifiée. Brindis à l’assistance et entame arrodillada avant de partir vers le centre, donnant la distance sur des séries droitières enlevées. Vicente tira quelques naturelles ajustées puis varia les suertes par cambio, redondos et cite inversé, subissant toutefois un désarmé puis une bousculade. Entière.

vs07f

Le berrendo sorti en cinquième position poussa au cheval en deux assauts, le second plus désordonné, puis Soler se fit à nouveau ovationner avec les palitroques, sa spécialité. Ensuite, face à un adversaire sérieux qui réfléchissait et qui calculait ses charges, Vicente paya beaucoup de sa personne tout au long d’un trasteo inégal, mais toujours décidé, ayant encore plus de mérite pour être passé entre les deux tours à l’infirmerie d’où il est ressorti avec un gros bandage au mollet droit. Entière au second envoi.

vs07g

Lagartijo (saluts et palmitas), venu suppléer Pablo Aguado, se fit applaudir au capote à la réception de son premier, un superbe castaño qui alla deux fois au cheval en mettant les reins la première, avant une seconde pour la forme. Brindis au public d’une faena alternant les séries assez inégales d’intensité et de profondeur, subissant un désarmé, se reprenant bien et concluant d’une entière caídita. Avant la sortie de l’ultime, des aficionados ont chanté le « Se Canto », recevant une belle ovation. Le sixième a pris trois piques et face à un adversaire noble mais juste de forces, Lagartijo aligna les séquences des deux côtés, donnant la distance mais se contentant le plus souvent de composer la figure, se faisant désarmer sur une naturelle et clôturant la séance par entière habile.

lag07k

Vicente Soler a été déclaré meilleur novillero et il a reçu en piste les prix du CT Aficion et du Mas d’Augé. Le prix du CTB au meilleur piquero est allé à Francisco Patilla.

vs07k

Temps orageux, grosse demi-arène.

Rectificatif :

Concernant la novillada de Partido de Resina, il a été mentionné - à tort - que le sobrero de Robert Margé, au demeurant très bon, avait été crédité de la vuelta posthume. Mea culpa, mais l’explication est simple. Après deux heures d’exposition dans une poêle à frire, j’ai quitté mon emplacement pour acheter un peu d’eau - mais oui ! -, et quand je suis revenu, on m’a donné une mauvaise information que j’ai strictement répercutée. Dont acte. Ça m’apprendra à vouloir à tout prix boire de l’eau !!!

bou07h

MAUGUIO

Trois quarts d’arène, triomphe de Juan Bautista qui est sorti a hombros pour avoir coupé trois oreilles aux toros des frères Jalabert.

elp07h

El Pana : saluts et oreille.

jb07k

Juan Bautista : oreille et deux oreilles.

sv07k

Salvador Vega : saluts et silence.

(Photos : Daniel Chicot)

CAPTIEUX

Arènes pleines, beau temps, six novillos du Pilar, le sixième crédité de la vuelta posthume.

Lilian Ferrani : silence aux deux.

Louis Husson : silence et saluts

Andrés Roca Rey : deux oreilles et oreille.

TIBO

Le samedi 6 juin à Almedinilla (Cordoue), Tibo Garcia est sorti a hombros après avoir coupé deux oreilles avec pétition de rabo à un novillo d’Apolinar Soriano lors de la deuxième série - télévisée - des qualifications du certamen des écoles andalouses, ce qui logiquement devrait l’amener à être qualifié pour le tour suivant. Enhorabena...

tg07k

MADRID

Dernière corrida de la Feria de San Isidro. Lleno.

Toros de Miura (1º, invalide; 2º, âpre; 3º, sans force; 4º noble avec du fond; 5º, compliqué mais maniable; le 6° noble et avec de la classe, applaudi à l'arrastre.

Rafaelillo, silence et vuelta al ruedo après avis.

Javier Castaño, silence et silence.

Serafín Marín, silence après avis et sifflets après avis.

Ángel Otero et Fernando Sánchez saluèrent au second.

Forte ovation de despedida pour Rafaelillo.

Les larmes de Rafaelillo après sa grande faena au quatrième resteront dans le souvenir des aficionados et viendront enrichir le corpus légendaire de la ganadería de Zahariche. Ce fut une Miurada de chez Miura, haute, longue, lourde comme il se doit dans sa présentation homogène, âpre, périlleuse, mais aussi généreuse parfois (4ème et 6ème). Il y eut une première partie infumable et une seconde passionnante. C'est déjà pas mal et la devise une fois a fait le job dans cette ultime semaine torista - souvent décevante - du marathon madrilène. Elle n'aura pas déçu les amateurs du genre. Elle est à part, on le sait, et elle demande beaucoup aux toreros, qu'ils soient en or ou en plata, et l'excellent subalterne Marco Galán aura payé une fois de plus le prix du sang : éviscération du testicule droit alors qu'il banderillait le cinquième.

raf07k

Rafaelillo, aguerri aux durs combats, partit por todas à son second passage , une porta gayola gonflée et une longue faena donnée à un toro aux intentions douteuses qui se calma sous sa muleta autoritaire, obéissant aux cites du Murciano. Faena pour l'histoire, instrumentée par le bas avec beaucoup de temple, toujours croisée, les séries conclues par des remates de bon goût: pechos, mais aussi trincherillas. Nous étions devant un Miura tout de même et jamais le Murciano ne craqua, il prit du plaisir même dans son duo avec le Miura, terminant par des naturelles de face pieds joints superbes. La Puerta Grande se profilait, cela pouvait être l'exploit des exploits nombreux de ces 31 jours ininterrompus à Las Ventas.

Hélas, lui le tueur si régulier, faillit deux fois avec l'épée pour en porter une excellente entière au troisième voyage. Adieux les rêves de gloire, la foule de la calle Alcalá, les contrats multipliés. Le succès se limita à une vuelta très applaudie car Madrid sait reconnaître les siens. Lui qui avait tout donné, les larmes inondaient son visage. Et la chaleur du public ne pouvait le consoler, lui, le galérien qui avait entrevu un instant l'amélioration de son sort, un traitement plus juste, plus de confort, de douceur... elle augmentait au contraire sa détresse car il le savait, il n'avait pu conclure l'œuvre de sa vie, celle qui, pensait-il, pouvait la changer.

Pierre Vidal

(Photo : Las Ventas)

SÉVILLE

Devant un tiers d’arène, beau succès de Joaquín Galdós qui a fait la vuelta à son premier Guadaira et coupé une oreille à son second.

Saluts aux deux pour Francisco José Espada et deux silences pour José Ruiz Muñoz.