Lundi 10 Mai 2021
Nîmes, Vic…

phm20xw

Sortie a hombros de Pablo Hermoso de Mendoza par la Porte des Consuls le matin avec le mayoral de Bohórquez après avoir indulté un toro, et triomphes l’après-midi de Sébastien Castella et Alberto López Simón…

Matin. Beau temps, deux tiers d’arène. Six toros de Fermín Bohórquez bien présentés pour la catégorie, mansos de salida mais donnant ensuite un jeu intéressant pour la plupart, meilleurs les 1 et 4, supérieur le cinquième, « Noblecito », qui a été gracié. A l’issue de la course, le mayoral est sorti a hombros en compagnie de Pablo Hermoso de Mendoza.

rej20t

Fermín Bohórquez (silence et oreille) faisait ses adieux au public nîmois. Une sortie somme toute réussie pour lui, avec en prime le droit de ramener un toro dans sa ganadería, ce qui en rejón constitue une première sur notre continent... Son premier alla s’en prendre aux planches avant la pose d’une farpa puis de plusieurs banderilles précises, deux à deux mains, la première loupée, tout comme une courte avant deux autres réussies. Rejón caído et trois descabellos.

 fb20w

Fermín brinda ensuite son second à Simon Casas avant de réussir plusieurs poses aux banderilles, dont une à deux mains avant les courtes, concluant d’un rejón foudroyant.

fb20t

Pablo Hermoso de Mendoza (deux oreilles puis deux oreilles et la queue symboliques) posa une farpa avec Napoleón puis donna une leçon de temple et de précision avec Berlín et Viriato. Avec Pirata, trois courtes et remate du téléphone pour couronner une prestation efficace et enlevée. Rejón au second envoi.

phm20t

Le cinquième, « Noblecito », sortait d’un autre tonneau. Poursuivant sans relâche, il prit une première farpa face à Barrullo, puis monté sur Disparate, Mendoza commença son récital aux banderilles, alignant poses réussies et poursuites templées à deux pistes qui firent rugir les gradins. La suite avec Dali pour un quiebro, spectaculaires pirouettes et final avec Pirata pour deux courtes, une paire à deux mains jusqu’à ce que le public se mette à demander un indulto finalement accordé par le palco. Une première…

nobl20t

Léa Vicens (saluts et oreille), qui avait fait le paseo en montant en amazone, n’a pas eu le meilleur sorteo, son premier tardant à foncer pour une première farpa ratée avant que Léa, montée sur Bach, se reprenne bien sur la suivante. Aux banderilles, trois bonnes poses avec Bético puis deux autres avec Desafío, une courte avec Espontáneo et rejón non concluant, le toro se relevant, la Nîmoise devant ensuite le tomber d’un descabello. Ce fut encore mieux avec l’ultime qu’elle reçut sur Guitarra pour la pose d’une farpa après avoir brindé à Fermín Bohórquez. Bon quiebro avec Bético, un autre loupé avant de se reprendre sur un troisième, passage artistique avec Bazuka qui a dansé devant le bicho, avant trois courtes avec Jazmín puis un rejón au troisième envoi. En définitive, une prestation très digne de Léa qui avec un peu plus d’efficacité dans la conclusion aurait pu prétendre à encore plus…

lv20t

Après-midi. Soleil et vent, 4/5 d’arène. Six toros de Núñez del Cuvillo et un sobrero du même fer (2 bis) divers dans leur présentation et leur comportement, la plupart donnant peu de jeu, meilleur le dernier.

nim20t

Sébastien Castella (saluts et deux oreilles) vit son premier renvoyé au toril pour manque de forces avéré. Sortit à sa place un jabonero qui fonça au cheval avant d’être placé puis après une seconde rencontre, bon quite par chicuelinas et second tercio réussi. Début de faena assis à l’estribo, séries templées sur les deux bords, long final plus rapproché et entière tombée. Bons capotazos de réception à son second, deux piques sans insister,  puis faena démarrée par trois cambios au centre en restant immobile pour donner le ton. La suite par séries courtes templées sur les deux rives, puis final encimista qui porta sur le conclave, le tout conclu par espadazo qui libéra deux trophées. Plus tard, Sébastien repartit à pieds, refusant de sortir a hombros, probablement vexé par des sifflets envers le palco pour l’octroi de la seconde oreille…

sc20t

Manzanares (silence et saluts) n’a pas dansé avec les plus belles. Gêné par le vent de surcroît, tout comme d’ailleurs ses deux compañeros, il ne put étaler que trop rarement la torería allurée qui le caractérise. A son premier, qui provoqua un batacazo sur la première rencontre avant un bon second tercio, l’Alicantino aguanta la menace et distilla quelques valeureux muletazos, mais eut quelques difficultés à imposer sa loi à un bicho compliqué qu’il tua mal. José Mari brilla ensuite au capote avant deux rencontres puis un bon tercio de banderilles. Les rafales redoublant de force,  il chercha la protection du toril pour tirer ce qu’il pouvait d’un opposant qui lui donna quelque fil à retordre, égrenant toutefois des détails valeureux, les choses en restant là. Entière et descabello.

manz20t

Alberto López Simón venait confirmer son alternative et à l’issue de la course, on pouvait dire qu’il a réussi l’épreuve avec succès, séduisant le public pour sa volonté et sa classe naturelle. Gageons qu’il n’en a pas fini avec les arènes de Nîmes… et d’ailleurs !

conf20t

Avec son premier, qui prit un bon premier puyazo avant un deuxième raté, bon second tercio puis brindis à Julián Guerra, son apoderado, d’une faena à la portée limité à cause d’un opposant manquant de classe. Alberto fit cependant l’effort au cours d’un trasteo relevé par des muletazos ajustés des deux côtés, l’ensemble s’avérant toutefois inégal. Entière au troisième envoi. Avec l’ultime, le meilleur du lot, qui fit une vuelta de campana entre les deux piques, Alberto se relâcha sur plusieurs séquences décidées, faisant fi du vent et affichant sa volonté de s’imposer. Après un final par manoletinas serrées, il plaça une entière a recibir qui fit tomber deux mouchoirs du palco. Visiblement heureux mais vidé, il sortit lui aussi à pieds sous une forte ovation ô combien méritée…

ls20t

Avec Feria TV, voir les résumés vidéo des différentes courses de la Feria des Vendanges en cliquant  ICI

A noter que la veille, les anti-corridas ont tenté de bloquer la camion qui emmenait les toros de la corrida du samedi en lançant des clous sur la chausse. Peine perdue, sur intervention de la police municipale, les choses sont rentrées dans l’ordre avec plusieurs gardes à vue à la clé. Lamentable…

VIC

Un quart d’arène. Six novillos des frères Garnier très bien présentés, dans le type Saltillo, sauf le premier plus Santa Coloma. Le cinquième "Albadero" n° 8, a fait une vuelta, ce fut le plus complet d'un lot âpre qui a pris 21 piques au total souvent dans un bon style en partant de loin, mais qui s'est avisé par la suite, faisant preuve de genio et de sentido.

Le Vénézuélien Manolo Vanegas : salut et une oreille.

Le Colombien Guillermo Valencia : silence et tour de piste.

Le Péruvien Joaquín Galdos: pitos et silence.

Les responsables du Club Taurin Vicois ont pris leur décision samedi à 16 heures: le lot de novillos de Hoyo de la Gitana présentait une boiterie trop forte pour fouler la piste vicoise. Dommage pour les aficionados qui attendaient beaucoup de ce fer mythique. Les Vicois se sont retournés vers des éleveurs français, les frères Granier présents quatre ans plus tôt avec un certain succès. L'avantage était de rester dans la même origine, de présenter un ensemble digne de la cité gersoise et donner une nouvelle opportunité à un des rares éleveurs Français à rester fidèle à un encaste. Les toreros jouèrent le jeu et acceptèrent ce changement de dernière minute.

Le lot de Granier, de présentation splendide, se montra solide, spectaculaire à la pique, mais les choses se compliquèrent par la suite. Les trois premiers, de sérieux clients, développèrent un fort instinct défensif; ajustant leur coup; humiliant peu; souvent distraits et partant aux planches. Bref, ils donnèrent du fil à retordre aux novilleros. Les trois suivants, toujours attrayants au premier tiers, se laissèrent un peu plus faire par la suite. Le quatrième se montra le plus complet. Il prit quatre piques et Gabin Rehabi se fit applaudir dans un tiers remarquable. Abordable par la suite, il fit une vuelta très applaudie.

Manuel Vanegas se montra le plus avisé dans ces situations risquées. Il tua ses deux adversaires de deux estoconazos. Sa seconde faena, justement primée, fut instrumentée exclusivement de la gauche, le côté le plus aimable de l'adversaire. Il joignait ainsi l'intelligence tactique et le courage. Du courage, Guillermo Valencia n'en manque pas, pas plus que de générosité, mais il ne maîtrise pas son sujet comme le jeune Vénézuélien qui le précédait.

mv20t

Joaquín Galdós déçut. Après des débuts prometteurs à ses deux passages, il plia vite les gaules et tua le sixième d'un méchant bajonazo. Sans doute a-t-il la tête ailleurs et s'il n'est pas Roca Rey, Vic ça n'est vraiment pas Nîmes.

Un mot de la matinée, amical rendez-vous des aficionados du Sud-Ouest. Les prácticos purent s'exprimer sous la houlette de Thomas Dufau et Michelito. L'encierro d'oies eut franc succès. Agréable moment où s'est exprimée toute la chaleur gasconne.

Pierre Vidal

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 valv23aff

 arl03aff

 ist03aff feria

 vic23aff

 cer22aff