Jeudi 18 Juillet 2024
Rion, Amérique, Cercle, Ruedo, Déco…
Dimanche, 22 Novembre 2015

pa22wx

Festival réussi à Rion des Landes, avec notamment les deux oreilles et la queue pour Pablo Aguado…

Temps froid, deux tiers d’arène environ. Novillos de Jalabert frères donnant un jeu inégal, la plupart compliqués mais toréables, plus en retrait celui échu à Juan Bautista, meilleurs à divers degrés pour le torero les trois derniers. La Marseillaise, reprise par l’assemblée, et une minute de recueillement ont marqué l’hommage aux victimes des lâches attentats de Paris.

rion22t

Patrick Varin (oreille) a brindé à André Viard un trasteo comprenant d’estimables séquences sur les deux côtés, ajoutant le style à son entrega.

pv22t

Juan Bautista (oreille) a tiré le « garbanzo negro » qui le laissa sans option et a dû user de son bagage technique et de son recours pour s’en tirer dignement.

jb22t

Juan del Álamo (deux oreilles) s’est battu come un beau diable, comme à l’accoutumée, ne lâchant rien face à un adversaire compliqué au cours d’une faena dominatrice de laquelle ressortirent aguante et mouvements harmonieux.

jda22t

Pablo Aguado (deux oreilles et la queue) a confirmé son aisance technique et artistique au cours d’un trasteo brindé à Juan Bautista qui a emballé les gradins par son sens du temple et de l’harmonie dans ses mouvements.

pa22t

Adrien Salenc (deux oreilles) n’a pas été en reste, concluant la séance avec sa fougue habituelle lors d’une bonne faena brindée au ciel, exécutée avec volonté et dynamisme.

as22t

Enhorabuena aux organisateurs de la Peña Toro Blanco pour la parfaite organisation de ce week-end taurin...

(Photo : Eric Depecker)

AMÉRIQUE

A Tijuana (Mexique), Andrés Roca Rey n’a pas loupé sa reprise, coupant les deux oreilles de son premier toro de Santa Fe del Campo puis saluts à son second.

rr22t

Saluts et silence pour Arturo Macías et saluts puis oreille pour Joselito Adame.

Tous a hombros à Riobamba (Equateur), où dans une arène remplie aux trois quarts, Cruz Ordóñez a indulté « Solterito », toro de Campo Bravo, récoltant les deux oreilles et la queue symboliques, après silence à son premier.

Oreille, vuelta et oreille au sobrero de regalo pour Juan José Padilla, et oreille puis oreille pour El Fandi.

CERCLE

ct22t

RUEDO

En ces temps perturbés, nous avons une pensée particulière pour toutes les victimes de la barbarie et à leur entourage. A cette occasion, l'équipe du Ruedo  tient à réaffirmer son profond attachement à la démocratie et à ses valeurs et en particulier au respect de la laïcité et de l'esprit de tolérance.

Et la vie doit continuer !

Le 25 novembre, nous avions prévu une rencontre avec Léa Vicens, Malheureusement, pour des raisons personnelles, la rejoneador nîmoises a préféré annuler sa venue. Nous comprenons sa décision et espérons toutefois la revoir l'année prochaine.

lv22t

Prochaine réunion du Ruedo le 17 décembre.

Nous vous en tiendrons informés très vite par mail et sur notre site : www.ruedonewton.com

Merci de votre compréhension.

(Communiqué)

DÉCO

Récemment, les responsables de l’entreprise commerciale IKEA de Bayonne ont décidé de retirer, sous prétexte d’impartialité, une photo à caractère tauromachique sous la pression de l’Alliance Anti-corrida. Que ce soit clair, les dirigeants de ce magasin ont tout à fait le droit de penser leur décoration comme bon leur semble, mais relayée par la presse locale et les réseaux sociaux, cette tempête dans un verre d’eau n’en a pas moins une valeur symbolique. Après l’histoire d’un hôtel, puis de la fresque de Nîmes et plusieurs retraits ici ou là d’images de corridas, mon avis sur la question est très simple : ce ne sont pas ce genre d’interdits qui feront bouger les lignes !

Tempête dans un verre d’eau, donc, pour au moins deux raisons, la première étant qu’il suffit de trainer ses guêtres un peu partout, notamment dans des bars et restaurants des villes taurines, qui sont aussi, que je sache, des entreprises commerciales, pour voir de nombreuses décorations à caractère taurin. Alors, indignation sélective ?

Dans cet ordre d’idée, je défie ceux et celles qui sont à l’origine de ces interdits de se pointer vers les tauliers de tous ces établissements pour les sommer de retirer leur déco !!! Mais en tout état de cause, réception chaleureuse assurée…

La deuxième, c’est que ce genre d’initiatives ne fera en rien avancer leur cause, bien contraire. Car à Bayonne comme ailleurs, j’ai souvent eu l’occasion l’été dernier de constater de belles affluences dans le Sud-Ouest les jours de corrida. Je ne pense pas d’ailleurs que commercialement parlant, personne n’ait eu trop à s’en plaindre !!!

J’ajoute qu’en ces temps très pénibles pour notre pays, tout ceci me semble bien inopportun et dérisoire. Et concernant une autre association anti-taurine, je viens de lire sur le Net ses propos qui s’offusquent que le festival de Rion des Landes (où d’ailleurs les antis ont brillé par leur absence, mais là, n’est pas le problème) ait pu se donner en hommage aux victimes des attentats de Paris. Pour faire bonne mesure, sont évoqués les  « Aficionados de France et la République Socialiste » qui selon eux présentent le festival en hommage aux victimes du 13-11-15 où « six toros  (il n’y en avait que 5, mais qu’importe), seront torturés au couteau et à l’épée », avec pour admirable conclusion : « Le sang répondra au sang » !!! Bref, nous sommes tous Daech !!! Je vous laisse juges…

Là où le bât blesse, c’est que ce festival était prévu bien avant, tout comme les rencontres sportives ou culturelles qui ont eu lieu ce week-end. La nuance est de taille, et s’il y a eu comme partout en France un moment de recueillement, ce qui est tout à fait compréhensible, seul ce groupement a décidé de dévoyer l’esprit de ce festival. Que je sache, les aficionados sont des patriotes et des républicains comme les autres, du moins autant que les autres, et personne n’a en ce domaine à leur donner de leçons. Est-il encore opportun de préciser que la tauromachie est légale dans les zones de tradition ? Faut-il aussi rappeler que certaines manifestations anti-taurines sont génératrices d’incidents, alors que lorsque les activistes restent au chaud, tout se passe sans histoire ?

Voilà, c’était ma « minute d’indignation » envers ceux qui cherchent trop souvent « la petite bête ». Sans mauvais jeu de mots, bien entendu…