Samedi 08 Mai 2021
Saint-Gilles, Mimizan, Bautista, Málaga, Bilbao, Saint-Perdon…

stg20wz

Sortie a hombros de la terna : Manolo Vanegas, Andy Younes et Adrien Salenc. Le prix au meilleur novillo au Blohorn...

 

Demi-arène environ, ciel couvert avec averse à mi-course. Six novillos pour un concours, la palme allant au Blohorn.

Manolo Vanegas (oreille et oreille) a ouvert les débats avec le Gallon, un novillo jabonero qui s’employa dans le capote du Vénézuélien avant de prendre deux bonnes piques. Bon quite par chicuelinas puis brindis au public et entame droitière d’un trasteo qui par la suite sera marqué par la charge à la fois noble mais molle d’un bicho juste de forces. Quelques mouvements bien cadencés avant une entière au second envoi, Manolo se retrouvant au tapis pour s’être fait accrocher en portant l’épée. Sous la pluie, il prit ensuite un novillo de Cuillé castaño oscuro qui mit les reins sur le premier assaut, le second donné en mode simulacre. Début de faena par le haut aux planches, puis Manolo donna la distance à un adversaire compliqué qui lui infligea une voltereta et le mit sous la menace permanente. Bel effort du protégé de Didier Cabanis et Philippe Cuillé qui fit passer le frisson sur les étagères lors d’un final encimista avant entière.

mv20t

Andy Younes (oreille et oreille) a débuté avec le Blohorn qui alla trois fois au cheval avec entrain. A la muleta, le bicho avait ses complications et Andy s’est accroché, avec toutefois plus de réussite à droite que sur l’autre rive. Demie puis descabello. Avec le pupille de Marie Sara (Los Galos) placé deux fois au cheval, Andy brinda à l’assemblée une faena débutée par trois cambios au centre et poursuivie par derechazos verticaux puis un labeur appliqué mais d’inégale portée conclu par entière tombée et tendida.

ay20t

Adrien Salenc (deux oreilles et saluts) a confirmé ses progrès aux Portes de la Camargue. Plus posé, son toreo en devient aussi plus profond et ce jour, avec le pupille d’Alain Tardieu qui tarda à s’employer puis qui prit deux piques, il brinda au président de sa peña et son épouse, restaurateurs à « La Bohême » à Arles, une faena marquée par ses capacités techniques qui lui ont permis d’imposer progressivement sa loi à un opposant dont il finit  par extirper sa noblesse sur plusieurs mouvements qui transmirent sur les tendidos. Final par dosantinas avant une entière d’effet immédiat qui libéra deux pavillons bien mérités, Adrien venant de réaliser la meilleur faena de cette novillada qui lui a fait remporter le prix au meilleur novillero. Avec l’ultime, de San Sebastian (Vangelisti), Adrien se fit accrocher le capote après plusieurs passes de belle facture avant deux piques poussées droit et tête en bas. Brindis au conclave, entame suave face à un adversaire juste de forces mais noble qu’il ne fallait pas obliger, Adrien affichant un style et une entrega qui laissaient augurer un nouveau succès, mais plusieurs pinchazos firent s’envoler ses espoirs de récompense. Toutefois, sur l’ensemble de sa prestation, on peut dire qu’il aura laissé à Saint-Gilles l’empreinte d’un novillero qui n’est plus très loin de l’étage supérieur...

as20t

MIMIZAN

La Fête gâchée par la faiblesse des toros

 Corrida des Fêtes 2016 : 5 toros d’Hubert Yonnet et un de Christophe Yonnet (2 bis qui a remplacé le titulaire du même fer qui s’est cassé une patte en piste) bien présentés et armés, mais faibles et limite invalides pour certains ne permettant pas vraies faenas, à l'exception du dernier un peu plus solide.

Morenito de Aranda : un avis et silence, un avis et silence.

Pepe Moral : silence, silence.

Thomas Dufau : silence, une oreille.

Dix piques très légères. Cavalerie Bonijol. Douceur et brise. Entrée : trois quarts d’arène.

Retard de trente minutes au démarrage, le chirurgien bloqué dans des embouteillages n'étant pas à son poste.

Grosse déception pour la ganadera et le public qui garnissait les trois quarts des arènes de la Perle de la Côte d’Argent. Très bien présentés et joliment armés, les toros de la famille Yonnet ont cruellement manqué de forces. Quasi invalides, ils ont été inexistants à la pique. Chutant à plusieurs reprises, raccourcissant très rapidement leur charge, ils n’offraient aucune possibilité de faena. Seul le sixième, plus solide, avait un potentiel qui a été mal exploité.

Deux incidents ont émaillé la course. Le second toro a sauté en contre piste. Heureusement qu’il a accroché la barrière, ce qui a permis aux personnes en contrepiste, dans une zone sans burladero, de se mettre à l’abri. On ne déplore et c’est tant mieux que quelques matériels photographiques endommagés. Malheureusement dans cette incursion, le Yonnet s’est blessé et, impropre à la lidia, a été puntillé depuis un burladero.

Autre incident, après avoir laissé le sixième subir une carioca, JO de Rio obligent, Thomas Dufau a continué à le mettre en suerte et l’a laissé filer au cheval pour une seconde rencontre après la sonnerie.

Morenito de Aranda avait envie de toréer. Il se croise pour de bonnes séries à droite à son premier. Mais le toro va très vite à menos et la faena, trop longue, en fait de même. Il n’y avait rien à tirer de l’invalide quatrième qui tombait à chaque série.

Pepe Moral a pu tirer une bonne série à la cape de chacun de ses deux très faibles toros et c’est tout.

Après une faena marginale à son premier très vite éteint, Thomas Dufau hérite du meilleur toro du jour. Il ne chute pas. Noble, il vient bien dans la muleta et a une très bonne corne gauche. Le Landais construira une faena essentiellement droitière, reculant à chaque passe et restant marginal. Il reste très en dessous des possibilités du Yonnet, mais coupe quand même une oreille (sic).

(Communiqué - Texte TR)

BAUTISTA

Le bel été de Juan Bautista…

2016 sera l'une des meilleures saisons de sa grande carrière. Palavas pour son seul contre six (trois oreilles), Madrid pour la Feria de la San Isidro (une oreille) et Nîmes (quatre oreilles) furent le théâtre d'un début de saison époustouflant.

jb20f

Au jour d'aujourd'hui, après 17 corridas toréées, les chiffres de Juan Bautista démontrent une saison d'un torero en totale maturité avec 34 oreilles coupées et une queue et des prestations triomphales dans les arènes de première catégorie : Madrid, Nîmes, Pamplona, Bayonne, Béziers ou lors de Férias comme Santander, Azpeitia, Tudela ou Istres... Ce qui fait de Juan Bautista l'un des toreros les plus en vue du moment.

jb20g

La fin de la temporada sera très importante avec sa participation à des ferias de renom.

jb20h

(Communiqué - Photos Juan Peregri, Jacobo Silvestre, Philippe Latour)

MÁLAGA

Devant trois quarts d’arène et face à des toros de Núñez del Cuvillo donnant un jeu le plus souvent limité, seul Alejandro Talavante a coupé une oreille à son second, après saluts à son premier.

Bronca puis applaudissements pour Morante de la Puebla et saluts puis silence pour Miguel Ángel Perera.

BILBAO

Devant une demi-arène environ et face à des toros de Sánchez y Sánchez, Pablo Hermoso de Mendoza (silence et deux oreilles) et Andy Cartagena (oreille puis deux oreilles) sont sortis a hombros.

 Si Léa Vicens (vuelta et oreille) ne les a pas rejoints dans leur sortie triomphale, c'est uniquement pour avoir pinché sa première faena, mais elle a laissé une excellente impression à Vista Alegre.

SAINT-PERDON

Un changement est intervenu dans notre cartel suite à la blessure de Juan Carlos Carballo entrainant la fin de sa temporada.

Il sera donc remplacé par Diego Carretero.

dc20t

Plus d’informations : cliquez ICI

(Communiqué – Photo : Las Ventas)

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 valv23aff

 arl03aff

 ist03aff feria

 vic23aff

 cer22aff