Lundi 10 Mai 2021
Club "Toros de France", Turquay, Pamplona, Mexico, Encerrona, Hemingway…

ctf11wx

Présentation du Club "Toros de France" à Méjanes…

Samedi dernier, le Domaine de Méjanes a été le cadre de la soirée de présentation du Club « Toros de France » qui a réuni notamment la quasi-totalité des ganaderos français.

ctf11m

Beaucoup de monde dans la grande salle où sur la scène, Christophe Chay a tenu le rôle de Monsieur Loyal, rappelant les origines des regroupements d’éleveurs, depuis la première Union Française des Eleveurs de Taureaux de Combat, instituée en 1920 par Ambroise Pouly. Plus tard dans la soirée, Christophe Chay poursuivit son énumération chronologique des hauts faits d’armes des élevages français…

cc11t

Il y eut ensuite pas mal de modifications jusqu’à l’actuelle Association des Eleveurs Français de Taureaux de Combat. Et maintenant, afin de dynamiser et promouvoir son action, elle souhaite créer le « Club Toros de France » destiné à regrouper des entreprises, des collectivités, des associations ou de particuliers désireux de participer à la promotion des élevages français, à la défense de la culture taurine et plus généralement, à soutenir l’Association des Eleveurs Français de Taureaux de Combat. Ce club qui est mis en place s’adresse aux partenaires qui, par leur soutien amical et financier, entendent aider au développement de l’élevage de  Taureaux de Combat en France, tout en favorisant leurs relations publiques…

pl11t

Vint ensuite le tour du Président de l’Association, Patrick Laugier, qui a remercié tous les présents, notamment Dominique Perron, Président de l’UCTPR, pour l’indéfectible soutien de cette entité, M. et Mme Ayme, propriétaires de l’Hostellerie, pour leur accueil toujours aussi convivial, les élus, les premiers partenaires qui ont accepté de se joindre à ce projet… Il a rappelé le rôle de l’Association, à savoir la défense et la promotion des activités liées à l’élevage du toro pour préserver à la fois l’avenir de leurs élevages, mais aussi celui de la tauromachie. " Etre ganadero est avant tout une passion, la transmettre et la communiquer est notre meilleure défense ! Il faut réunir autour de nous des passionnés de tous horizons, en particulier chefs d’entreprise ou institutionnels désireux d’apporter chacun sa pierre au grand édifice de la défense de notre culture et de nos traditions. Notre objectif est de fédérer autour du toro de combat des personnes susceptibles de faire face à l’adversité. Les petits ruisseaux font les grandes rivières…

Mieux connaitre notre métier, c’est permettre de mieux défendre une race qui jouit d’une vie extraordinaire ! Les conditions de leur élevage n’ont aucune mesure avec celles de n’importe quelle race animale sur notre planète… Cet élevage véhicule plus de vie que de mort. C’est aussi défendre des territoires qui représentent des milliers d’hectares à travers nos régions taurines et qui seraient sans la présence de nos élevages totalement dénaturées, voire même vouées à l’urbanisation. Notre ambition est grande et notre détermination sans failles… "

dp11t

Au tour de Dominique Perron de s’emparer du micro pour rappeler non sans humour qu’il était ravi d’accueillir ce club derrière un callejón, endroit qu’il s’était promis, après sa mésaventure bayonnaise, de ne plus jamais fréquenter !!! 

Le Président a rappelé que depuis plus de 60 ans, l’UCTPR est partenaire de la tauromachie sous toutes ses formes, c’est la raison pour laquelle il était hors de question que cette entité ne soit pas aujourd’hui aux côtés des éleveurs pour mener les différents combats qui nous attendent et qui sont menés déjà depuis de nombreuses années… « C’est pourquoi tout ce qui  est initiative dans le domaine de la tauromachie est obligatoirement pour nous source d’intelligence et de réconfort. Les années sont difficiles, mais 2016 n’a pas été un millésime trop mauvais pour la tauromachie en général et la française en particulier, nos amis espagnols nous regardent de plus en plus, ils ont plus de problèmes que nous, et nous avons entre autres, grâce à André Viard et l’Observatoire National des Cultures Taurines, mené un combat contre nos détracteurs qui  communiquent beaucoup plus que nous. Vous, éleveurs, vous portez haut les valeurs de la tauromachie française, et c’est un combat que nous mènerons ensemble, puisque tous les jours, cette question de l’élevage est remise en question. C’est un métier très difficile, Paul Ricard en savait quelque chose, bravo à tous, et je suis persuadé que 2017 sera une excellente année pour la tauromachie. Nous avons désormais un ambassadeur exceptionnel en Espagne en la personne de Simon Casas et grâce à lui, tous les espoirs sont permis et je suis persuadé qu’il fera le maximum… »

jld11t

S’en est suivie la projection du remarquable film de Pierre Vidal, « Les quatre saisons de Jean-Louis Darré », retraçant, avec le portrait de l’éleveur du Sud-Ouest, les réalités du métier de ganadero. A l’issue de la projection, l’éleveur est monté à la tribune pour évoquer le chemin parcouru depuis de la création de son élevage dans une région où on élève surtout des canards ! Il a évoqué ses contacts avec des familles emblématiques du campo, Granier, Gallon, Tardieu, Laugier, Colombeau, Fano, Yonnet… Après vingt-cinq ans de travail, Jean-Louis a remercié ses confrères de l’avoir accepté parmi eux, émettant le souhait que l’histoire de l’élevage français se poursuive et que la tauromachie puisse être préservée. « Comme disait quelqu’un dans le film : « Citez-moi un pays où il n’y a pas d’éleveurs, mais où il y a de la tauromachie »… Bien sûr, il y en a pas, donc si l’on veut que la tauromachie perdure, il faudra que les ganaderos soient toujours là ! »

ctf11n

L’heure était alors venue pour Patrick Laugier de revenir sur scène  en compagnie de Mathieu Vangelisti et Philippe Molias, partenaire. Le président de l’Association des Eleveurs de Taureaux de Combat a tenu à rappeler que cette belle histoire a commencé aussi avec notamment les Nimeño II, Simon Casas, Luc Jalabert, Marc Antoine Romero…, qui ont permis de faire un énorme bond en avant en ce qui concerne la tauromachie française.

L’objectif du Club Toros de France est de récolter quelques fonds qui puissent permettre à avancer dans les programmes, à présenter un livre et un film, et à faire des journées de promotion. Mais outre le côté financier, il a insisté sur l’importance humaine de se sentir soutenus, de susciter un engouement autour de ce club afin de montrer la force de notre passion. Patrick a aussi évoqué le paradoxe d’une situation qui fait que les éleveurs nationaux sont davantage considérés par les grandes arènes que par les petites !  

Mathieu Vangelisti a émis le souhait d’être plus visibles et audibles pour être présent dans l’esprit des organisateurs, afin de promouvoir le travail des ganaderos. Le club va œuvrer pour réunir des entités, qu’elles soient publiques ou privées, en particulier des chefs d’entreprise, pour créer de l’aficion dans des groupes qui ne sont pas forcément aficionadas aujourd’hui.

Philippe Moulias a présenté son entreprise aixoise, spécialisée dans le textile technique avant de préciser qu’il a répondu à une sollicitation de Patrick Laugier. Il pense que ça peut être un facteur de développement et de communication au sein de l’entreprise où sont déjà organisées lors des ferias régionales des regroupements de clients, dans le but de mieux connaitre et mieux faire connaitre le métier de ganadero…

cj11t

Il était temps alors de faire place à un ma tador de toros espagnol qui  a pris l’alternative à Nîmes en 2002 par Paco Ojeda, témoin El Juli, toros de Torrealta. Plus récemment, il a triomphé deux fois dans son pays avec des toros de Gallon, d’où la présence du diestro madrilène César Jiménez, qui par ailleurs est devenu aussi organisateur de corridas. Chaleureusement ovationné, il a été associé à son triomphe à Michel Gallon, qui l’a rejoint sur scène lors de la remise de trophées, César recevant un tableau de Tom Garcia.

mg11t

L’éleveur a rappelé la confiance mutuelle qui s’est instaurée au fil des années. Puis il y a eu le toro de Saint-Martin toréé par Morenito de Aranda qui leur a fait beaucoup de bien, d’où plus tard un lot de Gallon qui a été lidié à… Iniesta. Une marque de confiance qui avec un indulto en Espagne honore un éleveur qui a confié que ces succès n’ont pas de prix. C’est le plus beau salaire…

ctf11v

Avant de passer aux agapes qui ont suivi cette présentation, tous les ganaderos français sont montés sur scène pour la photo de famille, puis il a été diffusé un diaporama reprenant tous les succès qui ont égrené la dernière temporada avec du bétail français. Comme une belle cerise sur le gâteau…

ctf11f

ctf11g

Club Toro de France : cliquer ICI

TURQUAY

Samedi dernier à la mi-journée, les ganaderos Jean-François et Emmanuel Turquay ont organisé, en collaboration avec les membres de l’Ayuda, un tentadero avec comme invités Thomas Dufau et Tibo Garcia, les jeunes Tristan Espigue et Antoine Saroul, de l’école taurine d’Arles, sortant de second.

turq11f

Avec Gabin sur le cheval, la particularité de ce tentadero était de sortir des produits de deux rames, celle des éleveurs, d’origine Pablo Mayoral, et celle de produits de Buendía, qu’ont fait entrer depuis l’Espagne les aficionados de l’Ayuda.

gab11t

Venu de son Sud-Ouest natal, Thomas Dufau a trouvé là une bonne importunité de maintenir sa condition. Une entrevista réalisé pour la circonstance paraitra dans le courant de la semaine…

td11t

Quant à Tibo Garcia, revenu par avion depuis l’Espagne, il a trouvé là une bonne occasion de mettre à l’œuvre les conseils prodigués à Navas del Rey par les maestros Joé Ignacio Ramos et Mariano Jiménez. Un plan de préparation sur le plan technique, mental et physique, que Tibo va poursuivre  chez eux durant quatre mois avant les importantes échéances qui devraient l’attendre dès le début de la future saison. On y reviendra bientôt…

tg11t

Avec une météo quasi estivale, sont sorties deux vaches de Turquay, puis un novillo de Buendía, et enfin un becerro de chaque lignée…

turq11g

Après le tentadero, tout le monde s’est retrouvé dans la grande salle pour un repas en commun dans une ambiance aussi taurine que conviviale…

PAMPLONA

Selon le « Diario de Navarra », la ganadería du Puerto de San Lorenzo fera ses débuts aux sanfermines 2017 en lieu et place de celle de Pedraza de Yeltes.

psl16k

Les autres élevages devraient être inchangés, à savoir Fuente Ymbro, Cebada Gago, José Escolar, Miura, Victoriano del Río, Jandilla et Núñez del Cuvillo. Les toros de Capea seront lidiés en rejón et les novillos de l’éleveur local José Antonio Baigorri, de la ganadería de Pincha, devraient sortir pour  la novillada piquée…

MEXICO

Devant un quart d’arène et face à des toros de Santa María de Xalpa (le 1e de La Joya), l’ensemble s’avérant décasté, saluts puis silence pour Fermín Rivera venu remplacer Roca Rey, silence aux deux pour El Payo, seul Diego Silveti tirant son épingle du jeu en coupant la seule oreille de la tarde à son second, après silence à son premier.

ds11t

(Photo : En los Medios)

ENCERRONA

ag11t

HEMINGWAY

Les Avocats du Diable sont heureux de vous annoncer le lancement officiel du PRIX HEMINGWAY 2017 (13ème édition).

La date limite de réception des nouvelles est fixée au 31 janvier 2017.

L’auteur(e) de la nouvelle lauréate reçoit la somme de quatre mille euros (4.000) et un callejón aux arènes de Nîmes pour la temporada suivant l’année de remise du Prix, offerts par Simon Casas Production, partenaire du Prix Hemingway.

La nouvelle doit être envoyée (au format WORD) par mail à Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Elle doit être accompagnée des documents suivants :

– bibliographie

– biographie

– coordonnées : adresse, mail, numéro de téléphone

– photo de l’auteur(e) au format jpeg

Le texte présenté doit être impérativement inédit, et ne concourir à aucun autre prix littéraire. Il ne doit pas excéder 22.500 signes, espaces compris.

hem01w

Créé en 2004 par Les Avocats du Diable sur une idée de Marion Mazauric et Simon Casas, le Prix Hemingway récompense chaque année une nouvelle inédite sur le thème de la tauromachie, son univers ou sa culture, d’un écrivain français ou étranger ayant déjà publié (quel que soit le support : édition classique, numérique, blog, journalisme,...). Le Prix Hemingway n’est pas un prix d’aficionados. Il n’est pas demandé aux participants d’être pour ou contre la tauromachie, mais de faire œuvre de littérature à partir de cet univers, pris au sens le plus large (corrida, tauromachie équestre, landaise, course camarguaise...).

Les nouvelles sont lues par le jury en français, espagnol ou anglais. À charge pour l’auteur écrivant dans une autre langue de faire traduire et présenter sa nouvelle dans l’une de ces trois langues.

La sélection des nouvelles finalistes est effectuée sous anonymat par les membres du jury assistés de lecteurs et traducteurs bénévoles, aficionados ou pas.

Un recueil composé de la nouvelle lauréate et des meilleures nouvelles est publié chaque année par les éditions Au Diable Vauvert, partenaires des Avocats du Diable et du Prix Hemingway.

Le jury 2017 est composé de : Laure Adler, présidente, entourée de Michel Cardoze, Carole Chrétiennot, Marianne Lamour, Pierre Leroy, Claude Sérillon, Marion Mazauric, Eddie Pons, Adrien Girard (lauréat 2016) et de Simon Casas, parrain fondateur.

Les membres du jury se réuniront pour délibérer et désigner la nouvelle lauréate à l'occasion de la Feria de Pentecôte 2017 à Nîmes.

Comptant sur votre participation, Suerte para Todos !

Jacques-Olivier Liby

http://lesavocatsdudiable.tumblr.com

Les Avocats du Diable - Résidence d’écriture - Animations en Région - Prix Littéraires

La Laune, 30600 Vauvert, France

Tél. : (+33) 4 66 73 16 52

Fax : (+33) 4 66 73 16 57

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Contacts : Jacques-Olivier Liby,  Président des Avocats du Diable

Port : 06 13 61 38 11

Peggy Delrue, Chargée de mission, Port : 06 11 77 25 28

(Le règlement du Prix Hemingway est déposé auprès de la SCP Rougé & Blondeau, huissiers de justice à Nîmes, Immeuble AXIOME, 150 rue Louis Landi 30900 Nîmes.)

(Communiqué)

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 valv23aff

 arl03aff

 ist03aff feria

 vic23aff

 cer22aff