Mardi 22 Juin 2021
Dufau, Bayonne, Mexico, Café Taurin, Mugron, Loto…

 td13wz

Rencontre avec Thomas Dufau à la ganadería Turquay…

Invité à venir tienter par Jean-François et Manu Turquay, comme relaté ici il y a peu, Thomas Dufau est ensuite revenu, au cours d’une entrevista, sur sa temporada passée, avant d’évoquer les perspectives de sa future saison…

- Onze corridas cette année, la plupart dans le Sud-Ouest, est-que ça a correspondu à tes attentes ?

- On n’est jamais complètement satisfait et je pense qu’on ne doit jamais se satisfaire de ce que l’on a, même si pour moi, cette temporada a été plutôt positive. J’ai connu plusieurs triomphes importants, comme à Châteaurenard où j’ai coupé quatre oreilles, mais aussi Eauze, où malheureusement j’ai subi une cornada, et surtout Mont-de-Marsan, qui restera pour moi une faena de référence et une base de travail pour la suite…

td13a

- Au Plumaçon, tu es passé très près de la grande porte, non ?

- Malheureusement, les toros ont des os ! J’ai décortiqué cinquante fois cette mise à mort, je rentre droit, j’ai le bras devant, le tempo technique y était, mais malgré cet échec au final, ce qui est le plus important, c’est que les gens me parlent encore de cette faena. Je pense qu’elle restera longtemps dans leur tête, et surtout dans la mienne !

- Quand tu es au Plumaçon, est-ce que tu ressens ce fort soutien, cet « empujón », de la part des aficionados ?

- Chaque fois que tu te rends dans une arène, tu en ressens vite l’ambiance, qu’elle soit positive ou négative envers toi, et dans ce dernier cas c’est très dur à encaisser, mais quand au contraire tu vois que les gens sont en ta faveur, avec l’envie que tu triomphes, c’est un avantage très important. A Mont-de-Marsan, il est évident que je ressens un gros engouement, ce qui fait vraiment chaud au cœur ! Mais outre le Plumaçon, j’ai ressenti cette année cette chaleur dans toutes les arènes où j’ai pu toréer, ce qui m’a aidé encore plus à me dépasser…

td13b

- A ce propos, quand il t’arrive de pincher une bonne faena alors que tu entrevois la grande porte, qu’est-ce que tu éprouves dans ces moments-là ?

- Une grande frustration ! C’est d’abord rageant de ne pas donner au toro la mort qu’il mérite, et par conséquent, de ne pas obtenir de la part du public la récompense entrevue…  Mais même en pinchant, quand tu arrives à ressentir des émotions comme ça a été le cas ce jour-là, tu oublies tout ça et la faena reste à jamais gravée dans ta mémoire !

- Outre Mont-de-Marsan, qu’est-ce que l’on peut faire ressortir de ta temporada ?

- J’ai déjà évoqué Châteaurenard, avec les quatre oreilles coupées aux Salvador Domecq, mais auparavant, il y a eu une corrida au Mexique où ça s’est très bien passé. Une belle et sympathique aventure qui m’a bien servi pour ma préparation ici… En outre, le fait d’avoir toréé un mano a mano avec Sébastien Castella à Eauze restera un grand souvenir, même si j’ai pris un coup de corne qui m’a empêché de terminer la corrida comme j’aurais voulu le faire, mais ce sont des expériences qui te construisent en tant qu’homme et torero !

td13c

- Il y a eu aussi d’autres grandes arènes, comme Dax et Bayonne…

- Oui, mais malheureusement, comme pour mes compañeros, les toros ne nous ont guère laissé d’option de triompher, ce qui fait partie des aléas du toreo…

- Et l’Espagne ?

- C’est le pont noir de ma saison, avec aucun contrat de l’autre côté des Pyrénées. C’est d’ailleurs ce que je vais essayer, de par des changements qui vont arriver très rapidement, de remédier pour avoir l’opportunité de mettre les pieds en Espagne en 2017…

 td13d

- S’il n’y a pas eu d’arène espagnole, il n’y a pas eu non plus une grande arène dans le Sud-Est ! Tu l’as vécu comment ?

- C’est ce que j’attends, évidemment. Je repense souvent aux oreilles coupées à Nîmes aux côtés de José Tomás, et que ce soit aussi Arles ou Béziers, ce sont des arènes que j’apprécie beaucoup dans lesquelles il est clair que j’aimerais rapidement retourner pour y triompher, quand on sait l’importance que ça peut avoir pour la suite de ma carrière…

- Cœur de Gascogne… On est où ?

- Ça m’a apporté quelque chose, je pense que ce sont des gens qui se battent et qui ont envie que ça avance. Maintenant, je vais entamer ma cinquième année d’alternative et c’est le moment où je dois rompre, où je dois avoir des rendez-vous importants. J’ai beaucoup mûri en tant que torero, j’ai acquis une technique importante, même s’il me faut encore progresser…

td13e

- Toujours avec Cœur de Gascogne ?

- Comme il est formé actuellement, non ! Il y aura du changement, des personnes nouvelles qui vont s’ajouter. J’ai actuellement plusieurs contacts, des gens qui me proposent des choses intéressantes pour l’année prochaine, notamment pour mettre les pieds en Espagne… Donc, il est aussi très important de rencontrer des gens nouveaux qui peuvent faire exploser ma carrière. En résumé, Cœur de Gascogne ne s’arrête pas, mais va évoluer sur la base d’apports nouveaux…

- Madrid ?

- C’est l’arène qu’on attend tous ! Avec l’arrivée de Simon Casas, je pense que l’on est un petit groupe de toreros français à avoir cette année une chance d’y toréer. Casa a obtenu ce dont il a toujours rêvé, c’est un exemple pour la tauromachie et pour nous toreros. Un message clair qui veut que quand tu as vraiment envie de quelque chose, avec de la persévérance et du travail, tu y parviens…

- L’Amérique ?

- Il n’y a rien de fait pour l’instant, mais il y a de grandes chances que j’y parte vers février.

td13f

- Comment te prépares-tu ?

- Je suis assez souvent dans le Sud-Est, mais aussi dans la région de Séville, à Gerena. J’ai la chance d’avoir des amis ganaderos qui jouent vraiment le jeu, qui m’appellent pour tienter. C’est pour ça que je suis souvent dans ces deux terres taurines, mais ça me fait aussi très plaisir de retourner de temps en temps chez moi et d’y rencontrer aussi les éleveurs de ma région.

- En définitive, tu es confiant pour la saison future ?

- Oui. Certes, on ne peut pas vraiment avoir d’assurances, mais il y a déjà pas mal de contacts avec les arènes qui sont le cadre des premières ferias, que ce soit en France ou en Espagne…

td13g

Apparemment, ça promet d’être encourageant pour les échéances à venir. Thomas a l’air confiant et désireux de franchir un nouveau palier. En cette période de vœux qui se profile, que ses souhaits se réalisent… Suerte !!!

BAYONNE

Rappel…

Journée taurine solidaire à Lachepaillet…

bay13t

MEXICO

Devant une demi-arène dans la Monumental, la dernière course de la Feria de la Guadalupana, l’encerrona de Joselito Adame, a connu un bilan mitigé face respectivement des toros de San Isidro, Teófilo Gómez, Cieneguilla, Montecristo (sobrero), Villacarmela,  Montecristo et Barralva, inégaux de présentation et de jeu, meilleurs les 2 et 5.

Résultat : silence, deux oreilles, silence, applaudissements, oreille et saluts.

ja13t

Très volontaire et varié dans son jeu, tant au capote qu’à la muleta, le Mexicain a réussi en partie son pari, notamment pour son triomphe à son second, dans un ensemble toutefois irrégulier, à l’image du jeu de ses opposants. Les deux meilleurs moments sont venus d’abord avec un faenón face à l’exemplaire de Teófilo Gómez, puis un trasteo varié et donné avec beaucoup d’entrega au cinquième, reçu a portagayola puis banderillé….

Voir le résumé de cette encerrona en cliquant ICI

CAFÉ TAURIN

ct13t

MUGRON

mug13t

LOTO

loto13t

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 arl10aff

 vic23aff

 cer22aff

 mdm0aff

 stm23aff