Lundi 10 Mai 2021
Andy, Cartagena, Vergèze, Adrien, Mexico, Valdemorillo, Ciudad Rodrigo, Malabat, Angelina…

ay10zw

Rencontre avec Andy Younes la veille de son départ pour l’Espagne...

A Fourques, Andy Younes a l’habitude de s’entrainer, soit aux arènes, soit dans une salle municipale les jours de grand froid… ou de grand vent, comme ce dernier lundi. Je l’ai donc rencontré alors qu’il s’adonnait à une séance de toreo de salon avec carretón en compagnie de Dylan Raimbaud, sous les yeux de son apoderado Curro Caro…

ay10b

Après Tibofiesta puis Adrienfiesta, au tour donc d’Andyfiesta... avec flash-back sur sa dernière temporada puis l’évocation de ses objectifs par rapport à celle qui se profile. Evidemment, je ne pouvais pas passer non plus à côté de l’avis de Curro Caro qui gère la carrière de l’Arlésien au sein de Simon Casas Productions…

ay10a

« En 2016, en comptant l’Amérique, j’ai effectué 21 novilladas. Dans le contexte actuel, et compte tenu du nombre que j’en avais fait l’an dernier, sept, on peut dire que c’est un bon chiffre. Bien sûr, on aspire toujours à plus, mais l’an dernier, je n’avais que deux novilladas devant moi, Arles et Istres, puis trois avec Valencia où j’ai débuté ma saison. Et comme ça s’est bien passé et qu’en plus la novillada était télévisée, ça m’a permis ensuite d’enchainer avec davantage d’engagements.

ay10c

Aller à Valencia avec uniquement sept novilladas réalisées l’année d’avant dans les jambes, c’était à double tranchant, et malgré une bonne préparation, représentait un challenge quelque peu risqué. J’y suis surtout allé en montrant mon envie de devenir quelqu’un dans le toreo, du moins de prouver que j’avais ma place dans  les novilladas. J’ai jeté la pièce en l’air en me disant que c’était un pari, et en fin de compte, je l’ai gagné ! Comme quoi, comme on dit, il y a des moments où il faut se la jouer…

ay10d

Il est vrai que c’est impressionnant de toréer dans certaines arènes, comme Valencia, une plaza que je n’avais vue jusque-là qu’à la télé, avec une novillada sérieuse, quasiment comme une corrida de toros. Je savais en plus que toute ma saison se jouait là, ça génère forcément pas mal de pression. D’autres arènes pèsent aussi beaucoup, comme Nîmes, Arles, Pamplona, Málaga, Saragosse, mais il faut aussi penser que c’est là où l’on devient figura. Je ne vais pas mentir, elles m’ont pesé davantage au niveau du stress, mais après, une fois sur le terrain, en toréant, j’ai pu rapidement évacuer ce poids…

ay10e

Mes meilleurs souvenirs ? J’ai coupé des oreilles à Saragosse et Valencia, mais même si ça peut paraitre un peu paradoxal, j’ai gardé un excellent souvenir d’Algemesí, une arène particulière mais importante au niveau de la novillada. J’y ai coupé trois oreilles aux novillos de Domingo Hernández, et que ce soit à Algemesí ou dans une arène de première, je pense que lorsque les choses sont faites avec vérité, les gens le perçoivent également !

ay10f

Le plus mauvais ? Peut-être Nîmes aux Vendanges, non pas pour la blessure, mais plutôt pour en être reparti avec une seule oreille alors que j’aurais pu en obtenir davantage. Quant à ma blessure, il s’agissait en fait d’un gros choc au ventre, j’ai passé la nuit du vendredi à l’hôpital, mais j’ai pu en ressortir dès le lendemain pour toréer le dimanche… En définitive, mon plus mauvais souvenir aura été Pamplona, même si j’aurais pu couper une oreille importante au premier El Parralejo si j’avais mieux descabellé. Quant à mon second, c’était un novillo pas très évident, j’ai eu du mal à trouver la bonne distance, surtout devant cette ambiance si particulière. D’ailleurs, je crois que c’est finalement la course qui m’a le plus pesé de la saison…

ay10i

J’ai débuté à dix-sept ans avec picadors et maintenant, j’en ai dix-neuf, et qu’on le veuille ou non, entre ces deux âges, il y a des différences importantes, on sort de l’adolescence pour faire les premiers pas dans le monde adulte. Forcément, ça se ressent sur le comportement, et comme le toro change aussi, l’évolution est évidente et nécessaire.

ay10iw

Ce n’est jamais un jeu, il y a des sans picadors qui sont très fortes et même une vache peut nous faire très mal, mais quand on attaque les piquées, c’est encore un autre niveau. Ça nous fait prendre de la maturité, et il faut bien s’y préparer à tous les niveaux, physique, technique et mental. C’est d’ailleurs ce que j’étais en train de faire avec Dylan dans cette salle en ce qui concerne la technique car je suis rentré de plain pied dans ma préparation.

ay10j

Je commence d’abord par un footing, ensuite place aux abdominaux et aux étirements, puis je passe à l’entrainement technique. Il me reste encore évidemment des points particuliers à travailler, mais si j’évoque l’épée, alors là, je me souviens que c’en était devenu une obsession ! Je pensais que c’était surtout dans la tête car je travaillais beaucoup ce domaine, j’y pensais tout le temps au point que ça m’empêchait de dormir la nuit, j’avais pinché pas mal de faenas, me privant par exemple de la Porte des Consuls à Nîmes, et je me suis alors dit que le prochain novillo devait être le bon… et c’est là où j’ai pris un coup de corne !

ay10h

Ensuite, ça s’était un peu amélioré, puis en piquée, j’ai à nouveau perdu le geste technique, parce qu’en non piquée, on peut rentrer davantage droit, alors qu’ensuite, ça devient moins évident. C’est une autre technique, que je travaille évidemment, et je pense avoir un peu trouvé la clé. En fait, je me jetais de manière plutôt désordonnée, mais en piquée, il faut davantage préparer et soigner son geste. J’ajoute que vers la fin de la temporada, disons à partir de septembre, j’ai eu une plus grande régularité dans ce domaine !

ay10l

A l’heure actuelle, ma préparation va s’effectuer en Andalousie où je vais surtout m’entrainer avec Abraham Neiro et Rafael Viotti, mais je serai certainement amené à revenir en France pour des tentaderos. Je pars là-bas dans l’optique de toréer beaucoup de salon et de rester très concentré, parce que là-bas, on respire énormément le toreo !

ay10k

L’alternative ? Je ne la vois pas particulièrement comme un but, mais plutôt comme une nouvelle étape dans ma carrière. J’y pense, bien sûr, mais elle arrivera quand ce sera le moment, ma fonction étant de toréer et après, les responsables de ma carrière décideront de ce qui est le mieux pour moi. L’essentiel est d’y arriver fin prêt et en cela, les résultats de mes novilladas au cours de cette temporada vont être déterminants. Toutefois, je le vois très clair. Pour moi, si tout se passe bien, j’aimerais que ce soit à la fin de cette saison. Quant à l’endroit, je fais confiance à Simon Casas et Curro Caro… »

ay10mb

L’AVIS DE CURRO CARO

« Si l’on revient sur la temporada écoulée, il convient de préciser qu’Andy a été le novillero qui a coupé le plus d’oreilles dans des arènes de première catégorie ! 

cc10t

Les autres toreros qui sont devant lui ont le plus  souvent toréé dans des arènes de catégorie moindre où ils ont coupé énormément d’oreilles, ce sont de bons novilleros, mais  en ce qui concerne Andy, j’évoquais notamment ses succès à Valencia, Arles, Nîmes, Mont-de-Marsan, Béziers, Saragosse… avec une régularité extraordinaire pour un jeune qui commence. Je pense que c’est le novillero qui actuellement donne un espoir de devenir une grande vedette, compte tenu de son potentiel et de sa capacité à assumer ses responsabilités.

ay10p

Je travaille pour Simon Casas pour les arènes de Nîmes, et je m’occupe d’Andy, puisque c’est moi qui ai proposé à Simon de l’apodérer, et naturellement, c’est grâce à lui que l’on a pu aller à Valencia, Saragosse, et qu’il va probablement commencer sa prochaine saison à Olivenza et Valdemorillo !

ay10q

2017 va être une année très importante car il devra aller dans les arènes de première catégorie où il n’a pas encore mis les pieds, je pense notamment à Madrid et Séville ! Là, il lui faudra confirmer tous les espoirs que l’aficion a pour lui en tant que potentielle figura … S’il parvient à confirmer ses bonnes dispositions dans ces arènes, je pense qu’il pourra alors prendre l’alternative en fin de cette temporada ou au début de la suivante ! Pour l’heure, Andy doit encore s’aguerrir, les novilleros toréent  beaucoup moins qu’à une époque, ils doivent donc prendre le temps de finir leur apprentissage avant de franchir le pas. Rien ne presse, il faut qu’il continue à se faire sur le plan technique et surtout qu’il se prépare bien pour le jour où il va se présenter  avec des figuras et où il faudra qu’il soit à la hauteur. Plus il arrivera préparé, et plus ça pourra s’avérer peut-être plus facile pour lui ! »

ay10v

Dans la perspective d’une temporada qui s’annonce fournie en termes d’engagements, Torofiesta suivra de près sa trajectoire et pour l’heure, suerte, Andy !

ay10s

CARTAGENA

A Cartagena de Indias (Colombie), demi-arène pour une corrida mixte qui a vu les triomphes de Luis Bolívar, deux oreilles, deux oreilles et silence, et de Pablo Hermoso de Mendoza, victime d’une spectaculaire chute avec son cheval « Beluga », silence et deux oreilles face aux toros de Capiro de Sonsón.

Pour Sébastien Castella, silence puis oreille.

cart10t

A noter que suite au forfait d’Andrés Roca Rey, encore mal remis de la cornada qu’il a subie la semaine dernière à Manizales, la corrida a tourné pour sa partie piétons au mano a mano.

(Photo : John Zamora – Mundotoro)

VERGÈZE

verg09t

ADRIEN

as10t

MEXICO

Deuxième partie de la Temporada Grande 2017…

mex10t

VALDEMORILLO

Les cartels de la Feria de San Blas et la Candelaria ont été révélés par les resposables, alors que la présentation officielle n'aura lieu que le vendredi 20 janvier. Cette année, cette feria prendra un ton particulier avec un hommage à Víctore Barrio et d'autre part, on notera la présence d'Andy Younes pour la novillada, comme évoqué plus haut...

vald22t

Samedi 4 février : toros de Monte la Ermita pour El Cid, Paulita et Iván Fandiño.

Dimanche 5 : toros de Buenavista pour Cristián Escribano, Martín Escudero et Posada de Maravillas.

Lundi 6 : novillos de Gómez de Morales pour Fernando Flores, Andy Younes et Santiago Sánchez.

CIUDAD RODRIGO

Les cartels du Carnaval del Toro de Ciudad Rodrigo ont été dévoilés par les responsables municipaux. Les courses auront lieu du 25 au 28 février et comprendront chronologiquement un festival, deux courses pour les meilleurs du Bolsín et une novillada piquée…

Samedi 25 : festival, novillos de Juan Manuel Criado et deux de Encinagrande (même maison) pour El Cid, Iván Fandiño, Juan del Álamo et le novillero Toñete.

Dimanche 26 : novillada non piquée, erales de Juan Manuel Criado pour les trois premiers du Bolsín.

Lundi 27 : deuxième non piquée avec des novillos de Mercedes Pérez Tabernero pour les quatrième, cinquième et sixième du Bolsín, ainsi qu’une démonstration des recortadores du groupe « Arte Charro ».

Mardi 28 : novillos de Mercedes Pérez Tabernero pour Alejandro Marcos, Curro Durán, Juan Antonio Pérez Pinto et David Salvador.

Paseíllos à 16h.

cr

Programme complet : cliquez ICI

MALABAT

mal10t

ANGELINA

ang10t

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 valv23aff

 arl03aff

 ist03aff feria

 vic23aff

 cer22aff