Dimanche 09 Mai 2021
Rafaelillo, Ambato, Escribano, Victorino, Gimeaux, Passionnés, Grana y Oro…

raf01i

Entrevista avec Rafaelillo lors de la fiesta campera du CT Aficion de Béziers chez André Castella…

Reportée à cause des intempéries, cette journée taurine du CT Aficion s’est déroulée dimanche dernier par un temps printanier à Bessan, dans la finca d’André Castella, le père de Sébastien.

ac01t

Jean-François Turquay avec André Castella

Avec le panneau du « no hay billetes », témoin de la belle vitalité de ce club, le matador de toros Rafaelillo est venu tienter des vaches de Turquay le matin et l’après-midi, lidier un toro de Turquay et un autre des frères Granier. Avec en prologue, une pensée pour ceux qui nous ont quittés récemment...

raf01a

En définitive, avec Marc Alien sur le cheval et de seconds les élèves de l’école taurine de Béziers Lucas Miñana et Gualterio Lopez, Rafaelillo n’aura tienté qu’une seule vache en matinée qui a étalé de bonnes qualités.

lm01t

Lucas Miñana

gl01t

Gualterio Lopez

raf01b

Après les agapes et une remise d’un trophée pour le matador invité lui rappelant son triomphe estival à Béziers, les hostilités reprirent avec d’abord une vache d’André Castella, puis le toro de Turquay qui donna un jeu intéressant, Rafaelillo affichant ses bonnes dispositions avant de laisser la place aux deux aspirants, qui eux aussi ont trouvé là une belle opportunité d’étaler les progrès effectués.

raf01d

A noter encore que Rafaelillo était venu accompagné de ses banderilleros Álvaro Oliver et José Mora, et qu’il prit ensuite le toro de Granier qui le mit à l’épreuve, ne lui permettant pas vraiment de trouver matière à exprimer la même torería.

raf01f

La journée se termina à la satisfaction générale par le tirage en piste de la tombola et une remise de cadeaux pour les protagonistes. Enhoarabuena à tous…

raf01g

A la mi-journée, j’ai eu l’occasion de m’entretenir un moment avec lui pour revenir sur une carrière déjà bien entamée, vingt ans après qu’Enrique Ponce lui ait donné l’alternative à Nîmes…  

- Si on regarde dans le rétro, après tant d’années passées à toréer, penses-tu être satisfait de ta trajectoire ?

- Rien n’a été facile, j’ai dû beaucoup lutter et m’accrocher, mais au fil des ans,  je pense m’être gagné le soutien et le respect de l’aficion. Quand je dis que ça n’a pas été facile, c’est aussi vrai dans le ruedo qu’à l’extérieur des arènes, dans les oficinas.

raf01c

- Je ne sais pas ce que tu fais, mais j’ai l’impression de te voir comme à tes débuts, à savoir que tu n’as pas changé, ou guère, sur le plan physique ! Tu as un secret ?

- Dans la vie, tout est sacrifice si tu veux parvenir à tes fins. Tout passe par l’entrainement, le maintien, la forme physique.

- Tu as forcément connu des hauts et des bas, mais à l’analyse que ressortirais-tu en ce qui concerne tes principaux triomphes ?

- Ce sont ces triomphes qui te permettent de surmonter ensuite les moments difficiles dans cette profession si belle, mais si exigeante, et qui font que ta carrière suit des chemins importants qui te font aller de l’avant et qui sont autant de récompenses. Il est difficile d’en citer certains plutôt que d’autres, je pourrais parler de Madrid comme de Mont-de-Marsan, mais surtout, l’essentiel est qu’il y en ait encore pour ce qui reste de ma carrière…

- Es-tu chagriné par le fait que l’on ait tendance à te cataloguer dans la catégorie des valientes voués aux corridas dures ?

- En fait, les aficionados savent que lorsqu’il sort un toro difficile, je vais essayer de résoudre les problèmes avec oficio et dominio, mais quand un toro le permet, je peux alors le toréer a gusto, plus relâché. Ce qui se passe, c’est que dans le créneau des corridas dures, c’est plus difficile de s’exprimer en se relâchant, ce sont des toros plus exigeants, avec plus de genio. Donc, tout dépend de mes adversaires, et je m’adapte selon leur comportement…

- Si l’on se réfère à 2016, que te reste-t-il en mémoire comme moments importants ?

- Je pense avoir été régulier dans les arènes de première où je me suis produit à 13 reprises sur les 22 corridas que j’ai toréées, c’est en cela que ça a représenté selon moi une temporada importante et positive.

- On dit que tu es un grand spécialiste des Miura, et même des Victorino, différents certes, mais qui ont marqué ta carrière. Comment les torée-t-on ? Il y a un secret ?

- Oui, il y a plusieurs secrets ! Mais comme tous secrets, ils sont faits pour ne pas être dévoilés !!! Les Miura, il faut avoir beaucoup d’oficio pour les combattre et essayer de les dominer et pour les tuer, vu leur taille, il faut surtout essayer de les faire humilier pour pouvoir porter l’épée en bonne place. Si dans l’ensemble ce sont des toros compliqués, il y en a toutefois qui se laissent de temps en temps, qui te surprennent et te permettent par leur noblesse de donner une faena plus aboutie, avec lesquels tu peux toréer relâché et triompher.

raf01e

- Les Victorino ?

- C’est autre chose, une autre ganadería importante avec laquelle j’ai connu quelques triomphes, tout comme avec les Adolfo ou les Dolores Aguirre… Des toros sérieux qui demandent beaucoup de recours techniques. Sinon, je n’ai pas d’élevage préféré, je les respecte tous et ce que je cherche en définitive, c’est de tomber sur des toros qui te permettent de t’exprimer…

- Le fait d’être apodéré par Simon Casas Productions, avec Lionel Buisson pour t’accompagner, est-ce un facteur prépondérant à l’heure d’organiser ta temporada ?

- Oui, même si je ne suis pas colloqué partout. Par exemple, à Valencia, je ne serai pas sur les cartels des Fallas, mais Simon m’a fait savoir qu’il comptait sur moi pour une corrida de Cuadri à la Feria de Julio. Je ne serai pas non plus à Séville alors que l’an dernier, j’avais coupé une oreille à un Miura. Mais cette année, ils ont préféré mettre un cartel de toreros locaux. Cosas del toreo !

- Et Madrid ?

- Je pense pouvoir y être pour mes propres mérites, mais aussi chez vous, en France, un pays que je connais bien et où j’ai engrangé pas mal de triomphes. J’aime son aficion, son ambiance, son public, certes exigeant, mais qui sait reconnaitre les mérites d’un torero. Je pense toréer cette année dans la plupart des arènes de première, comme Béziers où j’ai triomphé l’an dernier, Mont-de-Marsan, Dax, Nîmes, Arles en septembre pour les Miura…

- On n’est pas très loin de Béziers… Je suppose que tu gardes un excellent souvenir de la miurada de l’an dernier avec trois oreilles coupées aux Miura !

- Bien sûr. C’était une corrida très forte, difficile, avec un premier toro très compliqué puis un autre avec lequel j’ai pu davantage me relâcher… Une tarde quelque peu spéciale pour moi car je compte ici beaucoup d’amis, c’est en cela que j’apprécie aussi un triomphe dans cette ville. Une autre arène compte aussi beaucoup pour moi, celle de Mont-de-Marsan, où j’éprouve une connexion particulière et où j’ai remporté quelques succès que je ne suis pas prêt d’oublier…

raf01t

- Comment vois-tu le futur de la Fiesta ?

-  Les politiciens devraient soutenir la Fiesta qui véhicule des valeurs  culturelles, éthiques et économiques importantes. Les anti-taurins sont minoritaires et en ce qui nous concerne, ce que l’on demande aussi, c’est le respect.

- Mènes-tu à l’occasion des actions en faveur des jeunes ?

- Oui, il y a une école taurine à Murcia et chaque fois qu’un jeune me demande un conseil ou une aide, étant quelqu’un de généreux, je réponds favorablement...

raf01h

Doté d’une bonne dose de charisme, Rafaelillo a fait visiblement l’unanimité en ce dimanche biterrois. On va donc lui souhaiter de le revoir rapidement, mais cette fois dans des ruedos importants, comme son rang l’y autorise. Avec bien sûr nos encouragements. Suerte, Maestro !

AMBATO

Avec Feria TV, retour vidéo sur le triomphe de Juan Bautista et Guillermo Albán en cliquant ICI et celui de José Garrido en cliquant  ...

jb01t

ESCRIBANO

Le maestro Manuel Escribano était présent le week-end dernier dans le sud-est de la France pour parfaire sa préparation en vue de son grand retour à Valencia le 12 Mars prochain. Un retour après une longue période de convalescence suite à une grave blessure survenue à Alicante en 2016. Pour l'occasion, le torero a souhaité inviter la Jeunesse Taurine du Pays d'Arles chez les ganaderos Tardieu, en donnant la possibilité à deux jeunes membres de pouvoir l'accompagner au cours d'une matinée de campo. Une chance et un privilège pour les deux jeunes aficionados, Jonathan et Faustine, qui ont pu profiter d'un moment unique avec une de leurs idoles.

me01t

Si vous aussi vous voulez devenir membre de la Jeunesse Taurine du Pays d'Arles, contact sur : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

(Communiqué)

VICTORINO

Voir le spot de présentation de la corrida de Victorino Martín à Arnedo (Rioja), une première dans cette arène, en cliquant ICI

arn15h1

GIMEAUX

Rappel…

gim16t

PASSIONNÉS

pass01f

pass01g

PASS01K

GRANA Y ORO

Avec pour invité le matador de toros Cristian Escribano, l’émission propose des sujets sur le Bolsín de Ciudad Rodrigo, la novillada d’Íscar, divers colloques et l’actualité en Amérique.

ce01t

Pour voir cette émission, cliquez ICI

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 valv23aff

 arl03aff

 ist03aff feria

 vic23aff

 cer22aff