Mardi 22 Juin 2021
Gamarde, Vergèze, Madrid, Guadalajara, Murcia, Tartas…

gam02wz

Sortie triomphale de Curro Díaz et Thomas Dufau…

Curro Díaz encore et toujours grand torero...  

Six toros de José Cruz (le second se casse une corne à son entrée en piste, remplacé par un exemplaire du même fer) bien présentés et armés, justes de forces mais sans difficultés majeures pour :  

Curro Díaz : salut, deux oreilles.

Thomas Dufau : un avis et une oreille, un avis et une oreille.

Joaquín Galdós : silence, une oreille.

Salut de la cuadrilla de Joaquín Galdós au sixième.

Huit piques, cavalerie Bonijol.

La Peña Al Violín a animé la course avec talent.  Quasi lleno.

Dix antis sous la pluie et les aficionados à l’abri dans les arènes couvertes !

Mélange de public habitué des courses landaises et des corridas sur les gradins des arènes couvertes de Gamarde quasi remplies pour cette troisième corrida organisée par la Peña Taurine Gamardaise. Les organisateurs ont fait de très gros efforts pour présenter un cartel de très bon niveau et surtout un bétail bien plus sérieux que celui des précédentes éditions.

Les toros de la ganadería José Cruz bien faits et surtout bien armés, avaient un fond de bravoure et de noblesse qui en faisaient des partenaires intéressants malgré un manque de force. Seuls les premiers et troisièmes, quasis invalides, n’offraient aucune possibilité.

Curro Díaz a toréé avec élégance le premier, mais comme le toro était trop faible, la faena a manqué d’émotion et d’intérêt. Face au quatrième, il a sorti « le grand jeu ». Il a construit une faena adaptée au toro faible qu’il a tout d'abord aidé. Le bicho est allé à más. Après des premières séries données à mi-hauteur avec classe et temple, le torero de Linares a pu baisser la main et les deux dernières séries et l’adorño final ont été de grands moments de tauromachie. Malgré une mise à mort en deçà de la faena, Curro Díaz se positionne comme un des matadors à suivre lors de cette temporada qui commence.

cd02m

Thomas Dufau toréait à la maison. Porté par son public, il a coupé une oreille à chacun de ses adversaires après deux faenas appliquées, mais trop souvent sur le voyage et manquant de sens artistique, alors que son premier permettait par sa noblesse et son manque d’aspérités de toréer de façon plus relâchée, comme l’a fait Curro Díaz. Face au cinquième, il n’a pas retenu un toro réfugié à mi faena dans les planches.

td02k

Joaquín Galdós ne pouvait pas tirer grand-chose d’un premier adversaire invalide. Face au dernier, le plus encasté et le plus exigeant, il est resté en deçà des possibilités, manquant de sérénité er de poder face à un toro qui nécessitait un toreo posé et autoritaire.

jg02k

Le matin, deux vaches de José Cruz très différentes, mais intéressantes, ont été tientées par Serranito qui n'en a pas tiré toutes les possibilités. Dommage qu'aucun novillero n'ait été invité à toréer de second...

(RT - Corridasi - Photos : Jean-Michel Lamy)

VERGÈZE

On finit par se demander qui plante les aiguilles du côté de Vergèze car les années se suivent et le plus souvent se ressemblent…

verg01k

La piste le samedi

En effet, depuis deux jours, les organisateurs de Fiesta Brava ont été contraints de revoir leur programmation, annulant la journée complète du samedi et la finale du Bolsín le dimanche matin. Bref, avec une piste  préservée, seule la novillada piquée a finalement eu lieu sous un ciel nuageux, un vent désagréable pour les toreros et un temps frais, plus automnal que printanier, le tout pour une ambiance passablement plombée, et pour cause, avec une demi-arène.

 verg02s

Une minute d’applaudissements a été observée à la mémoire de Philippe Cuillé.

Six novillos des frères Jalabert très bien présentés et armés, inégaux de forces et de comportement à la muleta.

Miguel Ángel Pacheco (silence aux deux) n’a pas connu une grande tarde. Son premier tapa fort au burladero après deux rencontres, appuyée la première, puis accusa le coup à la muleta. Brindis à l'assistance et faena proprette, mais un brin marginale, essentiellement droitière, de peu d'écho sur les tendidos. Avec le quatrième, Miguel Ángel connut l'infortune de le voir s'ankyloser au sortir d'une paire de banderilles. Boulet visiblement touché, le Jalabert eut alors beaucoup de mal à se mouvoir. Faisant fi de ce handicap, Pacheco s'attira la répprobation en allant tout de même brinder au public et dut se contenter d'une séance de surplace sans aucun intérêt, et pour cause. Otra vez...

pach02t

Adrien Salenc (palmitas et vuelta) débuta avec un client qui prit deux piques, la deuxième pour la forme, puis brinda au conclave un trasteo qui comprit un début très alluré. Poursuivant sur le côté droit face à un adversaire noble mais manquant d'allant, Adrien fit un effort pour animer les débats, sans toutefois pouvoir s'imposer à bâbord. Atravesada puis entière. Il accueillit ensuite le quinto par larga agenouillée avant de se faire confisquer le capote puis brinda à Michel Hermet, le patron du Wine Bar, soit dit en passant un excellent restaurant situé en face des arènes de Nîmes. La suite comprit quelques bons moments mais resta inégale à mesure que le novillo, passablement âpre, baissait. Deux pinchazos avant entière.

as02k

André Lagravère "El Galo", débutant ce jour en novillada piquée en Europe, a combattu en premier lieu un imposant adversaire qui avait sa corne droite en pinceaux pour avoir tapé fort au débarquement, ce qui avait été annoncé préalablement au micro. Après deux rencontres sérieuses, il prit en charge le second tercio avec plus ou moins de bonheur puis brinda à l'assemblée une faena marquée par son énergie et son désir de vaincre lors d'échanges décidés. Trasteo conclu par entière après pinchazo puis deux coups de verdugo. Le Galo clôtura les débats avec un accueil par chicuelinas, mais se fit désarmer sur le remate. Premièr puyazo appuyé en carioca, changement refusé et deuxième en simulacre. A nouveau, le cadet des Lagravère prit les palos et se disingua notamment sur une troisième paire au violon. Faena débutée à genoux avant que le manque de forces de son opposant n'empêche le franco-mexicain de bien lier les muletazos. Final volontaire plus encimista puis entière tendida.

elg02k

Le prix au meilleur novillero du CT Fiesta Brava - UCTPR est resté desierto...

MADRID

Cara y Cruz une nouvelle fois à Madrid avec les bonnes prestations de Manolo Vanegas et’Ángel Sánchez, alors que pour García Navarrete, la séance s’est terminée à l’hôpital San Francisco de Asis après avoir été opéré dans la plaza pour avoir subi deux blessures à la tête de 10 et 15 cm de la part de son premier adversaire, ainsi qu’une cornada dans la cuisse droite et une fracture de la clavicule, sans compter des contusions multiples. Pronostic grave…

gn02k

Pour le reste, face à un lot inégal de La Quinta, plus un sobrero de San Martín (2) et un novillo de Rehuelga pour fermer le ban, Manolo Vanegas a salué au terme de ses deux combats, ainsi qu’après celui au second de Sánchez. 

mv02k

Tout en tirant son épingle du jeu, Manolo n’a pas hélas été reconnu à ses justes mérites par un public un peu trop froid à son égard à l’heure des pétitions, notamment à son second. Mais quoiqu’il sen soit, le Vénézuélien a encore marqué des points ce dimanche à Las Ventas…

as02x

Pour sa part, Ángel Sánchez est tombé sur le meilleur de l’envoi, un « buen quinto » avec lequel il composa un trasteo alluré et ajusté au point de faire rugir le public venteño. Mais alors que les oreilles lui tendaient les bras, trois pinchazos ont laissé le compteur à zéro… Déjà, il s’était mis en évidence avec son premier, le sobrero de San Martín, mais là aussi, la conclusion était venue gommer la bonne impression laissée…

A noter qu'avec 10.423 entrées enegistrées pour une novillada hors San Isidro, soit environ 2000 de plus que pour l'ouverture la semaine dernière, il semble qu'il y ait un net regain d'intérêt pour reprendre le chemin de la calle Alcalá ! A voir si cette tendance se confirme. Ojala...

(Photos : Joël Buravand)

GUADALAJARA

guad02v 

Devant un tiers d’arène, la novillada non piquée de la Feria de Primavera a vu les triomphes de Víctor Hernández et José Rojo face aux erales de l’élevage Polo Sáiz, dont le premier a été crédité de la vuelta…

vh02k

Víctor Hernández : deux oreilles et oreille.

jr02k

José Rojo : oreille et deux oreilles.

as02m

Álvaro Sánchez : oreille et saluts.

(Photos : Joël Buravand)

MURCIA

Le XXIIIe festival taurin au bénéfice de l’Association Espagnole contre le Cancer a constitué un succès majeur avec une arène quasiment pleine et un bon résultat artistique…

 murc02w

Oreille pour le rejoneador Sergio Galán, deux oreilles et rabo pour El Fandi, venu remplacer Roca Rey, deux oreilles pour Pepín Liria, Alberto López Simón et le novillero Fran Ferrer, et une oreille pour Cayetano et Paco Ureña.

(Photo : Antonio Vigueras - Mundotoro)

TARTAS  

Le passage de l’ombre à la lumière, ou comment accompagner et aider les apprentis toreros, que peuvent faire les peñas ?

C’est la thématique qui sera abordée ce samedi 8 avril à Tartas à la salle Polyvalente à partir de 20h.

Pour ce faire, nous accueillerons les différents acteurs de la filière, à commencer par Richard Milian, représentant de l’école Adour Aficion, en charge de l’éducation et de l’apprentissage taurin des futurs toreros.

Nous accueillerons aussi les membres du bureau de la peña taurine Mugronnaise, découvreurs de talents, qui cette année sur les 6 postes de toreros proposés, en ont réservé 4 pour de jeunes apprentis français, dont trois débuteront en habit de lumière.

Bernard Langlade, secrétaire de l’ACOSO (Association des comités organisateurs des corridas et novilladas du Sud-ouest) viendra nous expliquer le rôle de l’association dans la promotion des novilladas SP et dans l’aide quelle apporte auprès des jeunes dans le cadre de leur préparation.

Mais en dehors de l’apprentissage à l’école, des entrainements « de salon », et des opportunités qui leurs sont données, que manque-t-il pour que ces jeunes arrivent « prêts et affutés » le jour de leur passage dans « la lumière », souvent jour du jugement pour beaucoup ?

tart02k

Comment les accompagner ? Les aider ? « Dans l’ombre » pour qu’ils puissent avoir la chance de s’exprimer tout simplement dans de bonnes conditions !

N’est-ce pas là une opportunité à saisir pour les peñas taurines (qui n’organisent pas déjà de spectacles taurins) ?

La possibilité d’offrir à leurs adhérents l’opportunité d’une sortie où ils pourront apprécier le travail d’apprentissage, de surcroit formateur, en aidant et en apportant leur aide à la construction taurine de ces jeunes.

La possibilité pour ceux qui ne peuvent pas, ou n’osent pas, de se regrouper pour mutualiser les compétences dans ce but commun.  Voilà les différents thèmes qui seront abordés, ou comment occuper intelligemment l’espace « de l’ombre » avant le passage dans « l’arène des lumières ».

tar02w

A l’issue de la conférence, la Peña Mugronnaise, nous présentera le cartel de sa novillada du 17 avril, ce sera l’occasion de découvrir les novillos choisis et de parler des novilleros retenus.

Débat libre à l’issue de la soirée, et pot d’amitiés offert à tous.

Rendez-vous samedi 8 avril, 20h salle polyvalente de Tartas.  Ouverture à partir de 19h.

(Communiqué)

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 arl10aff

 vic23aff

 cer22aff

 mdm0aff

 stm23aff