Lundi 17 Mai 2021
Istres, La Brède, Fandiño, Arles, Occitanie, Las Ventas, Alicante, Burgos, Badajoz, Algeciras…

at24wz

L’unique trophée pour Alejandro Talavante lors d’une corrida décevante de Zalduendo…

Dans une arène remplie aux trois quarts, Juan del Álamo était venu remplacer Andrés Roca Rey, récemment blessé. On avait donc les deux jeunes triomphateurs de Madrid, ainsi qu’un Talavante dans un bon moment, ce qui laissait prévoir une course intéressante, ce qu’elle n’a finalement pas trop été, à cause d’un lot de Zalduendo juste de forces et de présence, monopiqué, manquant d’allant et se dégonflant pour la plupart trop rapidement.

Alejandro Talavante (oreille et saluts) était visiblement venu très disposé. Il a vu son premier sortir en trombe pour aller défoncer plusieurs planches et s’offrir un tout complet dans le callejón ! Bon capoteo par véroniques puis une rencontre furtive suivie d’un brindis au public d’une faena relâchée dès son entame. La suite allait s’avérer d’un bon niveau de la part de l’Extremeño. Son opposant ayant cependant du mal à aller au bout des passes, il dut se contenter de les distiller une à une. Final plus rapproché avec applaudissements après les échanges puis entière. Avec le quatrième, qui prit une ration a minima, Talavante brinda au Fundi une faena soignée dans ses prémices, mais qui manqua par la suite d’alegría à cause d’un Zalduendo terne qui ne donna guère d’importance à son trasteo. Quelques mouvements méritaient toutefois la mention, mais Alejandro perdit le trophée convoité à cause d’une mort en trois temps.

at24k

Juan del Álamo (saluts aux deux) a lui aussi affiché son envie par la réception de son premier en deux largas cambiadas de rodillas puis un capoteo dynamique rematé à genoux. Une pique poussée puis brindis à l’assistance d’une faena débutée au centre par derechazos, la suite s’avérant indécise  et inégale, le bicho, au demeurant collant, ne lui facilitant pas la tâche. Faena volontaire, mais qui eut du mal à trouver un écho sur les étagères face à un opposant qui n’humilia pas. Entière au troisième envoi. Avec un quinto qui prit un bon puyazo, mais qui se révéla faible par la suite, le Salmantino ne put réussir le desquite. Encore décidé au capote, y compris sur un quite, ses efforts à la muleta restèrent sans effet, Juan ne trouvant guère de répondant, ce qui le contraignit à en finir d’une entière après pinchazo.

jda24k

Ginés Marín (saluts et silence) se fit menacer d’emblée avant le monopuyazo ambiant. Saluts d’Antonio Manuel Punta au second tercio puis échanges sans transmission à cause d’un adversaire deslucido. La musique ne put rien y changer et Ginés en finit d’une lame à peine enfoncée ! Faena de tanteo, mais pas grand-chose à tirer d’un ultime, piqué par son père, impropre à la consommation. Entière pour mettre fin à un non-combat.

gm24k

En ouverture, le rejoneador Laury Tisser a lidié un toro de Carmen Lorenzo, nom de l’épouse du Niño de la Capea, présent dans le callejón. Le jeune centaure a fait preuve de pas mal de volonté, d’entrega et de patience pour trouver les bonnes ouvertures lors d’un combat toutefois irrégulier, conclu par un rejón entier suivi de descabellos.

lt24w

LA BRÈDE

Deux erales d’Alma Serena (1 et 4) et deux de l’Espera, débuts en public. Bien présentés, encastés et souvent exigeants pour :

Dorian Canton : vuelta et salut au tiers.

Yon Lamothe : une oreille après un avis, salut au tiers après deux avis.

Vuelta du second eral (La Espera).

Un quart d’arène. A l’issue du paseo un hommage a été rendu au matador basque Iván Fandiño. Les jeunes toreros ont brindé leur premier eral au torero décédé.

Très intéressante non piquée grâce à des novillos de grande qualité des élevages landais d’Alma Serena et La Espera dont c’était la première sortie en public.

Les deux jeunes élèves de l’Ecole Taurine Adour Aficion, Dorian Canton et Yon Lamothe, continuent leur apprentissage et laissent entrevoir des qualités intéressantes. 

Yon, plus serein et plus efficace à l’épée, a remporté la seconde manche de leur amicale compétition

Corrida : six toros (le quatrième qui se brise les reins à son entrée en piste est remplacé par un sobrero du même fer) de Fuente Ymbro avec du trapío, des têtes hétérogènes, tous sans race, ni caste.

Curro Díaz : silence, deux oreilles.

Román : un avis et salut au tiers, un avis et silence.   Tomás Campos : silence, deux oreilles.

Dix rencontres avec la cavalerie, cuadra Bonijol.

A l’issue du paseo, une minute d’applaudissements en mémoire de Fandiño.  7/10ème d’arènes. Ciel gris, température douce.

Quelques antis vociférant au loin, remis à leur place par les forces de l’ordre.

On s’est ennuyé sur les gradins de la cité de Montesquieu. La faute en incombe à un lot de toros de Fuente Ymbro décastés, attirés par les planches et qui ne transmettaient aucune émotion.

Après avoir expédié un bœuf querencioso et fuyard, Curro Díaz profilé et sans transmission artistique, a coupé deux oreilles très généreuses à un sobrero un peu moins décasté que le reste du lot.

A l’issue des deux faenas, il tue très mal (deux bajonazos) mais comme le toro tombe vite, le public girondin plébiscite (sic transit gloria mundi).

Román s’est appliqué face deux adversaires qui offraient peu d’options.

De Tomás Campos, on retiendra la fin de sa seconde faena avec de belles naturelles et une grande estocade qui méritaient une oreille, la seconde est généreuse. Il y a des choses intéressantes chez ce torero, mais ses deux toros ne lui permettaient que d’en exprimer une partie.

(Corridasi)

FANDIÑO

Communiqué de l’UVTF et l’ONCT…

L'UVTF et l'ONCT saisissent ensemble le Conseil Supérieur de l'audiovisuel, le Médiateur de Radio France, la direction de Radio France et celle de France Inter, suite aux propos inqualifiables tenus sur cette dernière antenne vendredi après-midi à l'encontre de Iván Fandiño.

Le 17 juin dernier, Iván Fandiño, torero mondialement respecté, est mort des suites d'un coup de corne reçu dans les arènes de Aire sur Adour le même jour.

Le vendredi 23 suivant, c'est avec effarement et consternation que nous avons pris connaissance de la chanson de Frédéric Fromet diffusée sur France Inter, tout au long de laquelle sont dépassées les limites de la bêtise, ce qui est malheureusement fréquent dans l'émission, mais surtout de l'ignominie.

Comment peut-on perdre à ce point le sens de l'humain et se vautrer dans la méchanceté gratuite, au moment où une famille perd son fils, son époux, son père, et des millions d'aficionados un artiste admiré ?

Même si l'aspect provocateur et de mauvais goût des humoristes ne saurait, par principe, être remis en cause, il apparaît que "les limites admissibles de la liberté d'expression" que fixent la jurisprudence, ont été, en l'occurrence, largement dépassées. La chanson se caractérise, en effet, à la fois par une "volonté délibérée d'offenser" l'ensemble des amateurs de corrida liés à celle-ci par un fort attachement culturel, et une "atteinte aux sentiments d'affliction de la famille en période de deuil".

Nous n'oublions pas, aussi, que le CSA avait sanctionné une radio lorsqu'un animateur s'était réjoui à l'antenne du décès en service d'un policier, sanction confirmée par le Conseil d'État (CE, 20 mai 1996), et la dimension festive donnée à la mort du torero relève manifestement du même type de comportement.

En outre, tout en admettant qu'on ait recours, ainsi que le disait la Cour d'Appel de Paris, à "l'humour macabre le plus grinçant", la chanson incriminée se caractérise par une "hostilité foncière" qui pourrait "susciter, à l'occasion d'un évènement précis, des réactions malsaines, dont l'emploi de la violence" (Paris, 13 novembre 1997), alors que l'activisme anti-taurin connaît régulièrement des débordements.

En autorisant de telles dérives, le service public favorise l'appauvrissement culturel que l'on déplore chez les jeunes générations et nourrit la montée de l'intolérance qui divise profondément notre société sur de trop nombreux sujets.

Apprendre le respect à l'auteur de cette chanson est bien sûr illusoire, mais il n'est jamais trop tard pour sanctionner des excès préjudiciables à une cohabitation harmonieuse entre les diverses communautés culturelles qui forment notre société, si l'on veut éviter que leur multiplication n'entraîne la radicalisation de ceux qui sont pris pour cible.

Pour l'honneur de la radio du service public et pour la crédibilité de ses programmes, nous exigeons des excuses publiques de la part de l'auteur de cette agression aussi immonde que gratuite, ainsi qu'un droit de réponse dans le même créneau horaire, afin de rendre justice à l'homme d'honneur que fut le torero cruellement moqué et insulté à l'antenne.

ARLES

arl24a

arl24b

arl24c

arl24d

OCCITANIE

Rappel…

Le Trophée OCCITANIE a  vu le jour, l'année dernière, à l'initiative de la Coordination des Clubs Taurins de NÎMES et du GARD. Il s'agit d'un grand concours de novilladas sans picador organisées dans trois arènes du Sud-Est et trois arènes du Sud-Ouest.

La Coordination, qui n'intervient ni dans le montage des cartels des novilladas ni dans l'organisation des manifestations, s'engage à acheter, pour chaque novillada, 30 billets d'entrée qui seront offerts à des jeunes de moins de 25 ans dans chaque Commune ou Canton correspondant.

bou24w

Les billets d'entrée sont à récupérer en nous envoyant un mail sur notre adresse Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. et sur notre page Facebook: Gard Aficion.

Un jury désignera les vainqueurs du Trophée OCCITANIE : meilleur élevage et meilleur novillero.

Après VAUVERT et BOUJAN-SUR-LIBRON, nous vous donnons rendez-vous à PLAISANCE DU GERS, RISCLE, MAUBOURGUET et BOUILLARGUES…

(Communiqué)

LAS VENTAS

Programmation annoncée par l’empresa Plaza1 pour le début juillet…

lv24k

ALICANTE

Triomphes de Manzanares et López Simón  face aux Juan Pedro Domecq…

Devant une arène quasiment pleine et face à des toros de Juan Pedro Domecq donnant la plupart un bon jeu, Manzanares a coupé une oreille, puis les deux du quinto avec pétition de rabo.

Alberto López Simón  a accompagné l’Alicantino dans sa sortie triomphale, coupant lui aussi une puis deux oreilles.

Quant à Enrique Ponce, il a salué à son premier, très faible, puis a coupé une oreille à son second.

BURGOS

dv24k

Devant environ trois quarts d’arène et face à des toros de Pallarés (1, 4, 5 et 6) et Benítez Cubero, Diego Ventura, une puis deux oreilles, et Óscar Borjas, silence puis deux oreilles, sont sortis a hombros.

ob24k

sg24k

Silence aux deux pour Sergio Galán.

burg24k

(Photos : Joël Buravand)

BADAJOZ

Triomphes de Joselito Adame, saluts, oreille et deux oreilles, et de José Garrido, oreille, saluts et oreille.

bad24k

Un quart d’arène. Toros d’El Torreón donnant un jeu inégal.

Voir le résumé en cliquant ICI

(Photo : FIT)

ALGECIRAS

Devant environ 3/5 d’arène, triomphe de David Galván qui a coupé une puis deux oreilles aux toros d’Albarreal.

Silence et saluts pour Morante de la Puebla et saluts puis oreille pour Cayetano.

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 valv23aff

 arl03aff

 ist03aff feria

 vic23aff

 cer22aff

 mdm0aff