Mardi 16 Janvier 2018
Magescq, Istres, Miura, Castaño, Vanegas, Serrano, Malabat, Pilar Población, León, Cartagena…
Jeudi, 04 Janvier 2018

mag04wx

Tous les détails et l’affiche de la Journée Taurine du 4 février à Magescq…

Le dimanche 4 février 2018, les arènes couvertes et chauffées de MAGESCQ accueilleront le premier spectacle taurin de la temporada française: une novillada sans picadors au cours de laquelle trois novilleros se disputeront le prix du triomphateur remis par l’ACOSO (Association des Comités Organisateurs de Corridas et Novilladas du Sud-Ouest) et le prix Bernard MENARD.

mag04k

La ganadería de Francisco GALACHE a été retenue par les membres du club taurin de MAGESCQ après leurs visites au campo. Elle est située dans la célèbre finca HERNANDINOS, à VILLAVIEJA, dans la province de SALAMANQUE ; elle présentera un lot complet de 6 novillos issus de la branche ENCINAS de l’encaste VEGA-VILLAR.

gal04k

Au cartel, trois novilleros en pointe actuellement:

Manuel DIOSLEGUARDE, de l’école taurine de SALAMANQUE.

Dorian CANTON, de l’école ADOUR AFICION.

Juan José VILLA « VILLITA », de l’école « José Cubero YIYO » de la Communauté de MADRID.

En matinée, à 10 h, une tienta conduite par le matador Mathieu GUILLON « EL MONTEÑO » permettra aux becerristas de l’école ADOUR AFCION, dirigée par Richard MILIAN, de se présenter en piste.

Suivront les traditionnelles agapes landaises sur le sol des arènes avant la novillada de l’après-midi à 16h30.

Les réservations sont ouvertes: 06 08 35 24 42‬/06 26 21 23 82‬.

Novillada 18€ (gratuit pour les -16 ans accompagnés)  

Repas Landais: 13€ - Tienta: entrée gratuite

(Communiqué)

ISTRES

Présentation des cartels de la Feria d’Istres 2018…

ist04k

 

MIURA

Le vendredi 12 janvier à partir de 19h30, au Club Cocherito de Bilbao, un hommage sera rendu à la famille Miura, en présence des frères Eduardo et Antonio qui participeront à un colloque sous forme de discussion avec les socios.

En complément, sera présenté le livre « Miura, le toro de Bilbao » écrit par Antonio Fernández Casado, dans lequel on peut trouver la trace des 96 corridas et 499 exemplaires de Miura lidiés dans la plaza de toros de Bilbao, depuis les débuts en 1865.

Cet ouvrage, à l’initiative du Club Cocherito, sera vendu au prix de 10 € (plus les frais d’envoi pour ceux qui souhaiteront le recevoir), au bénéfice de l’édification d’une statue qui immortalisera le visage d’Iván Fandiño dans les accès à l’arène de Vista Alegre. Ce livre sera uniquement vendu dans les bureaux du Club Cocherito, où on pourra l’acquérir ou le réserver. Tel : 944 161 447.

miu04z

Miura, le toro de Bilbao

Les Miura sont ceux qui représentent le mieux ce que l’on connait comme le toro de Bilbao. Ceux qu’historiquement ont le plus admiré les aficionados à la tauromachie Bilbaína, depuis que ces toros ont combattu en 1865.

La Fondation de la ganadería miureña vient de boucler son CLXXVe anniversaire, les Miura ayant été lidiés la première fois dans la plaza de Hurtado de Amézaga il y a 152 ans, puis à partir de 1983 à Vista Alegre, ayant pour le moins été à l’afiche à 96 reprises. Juan Miura Fernández a présenté ses pupilles dans les arènes d’Abando en août 1883, l’année suivant son inauguration. Et les principales figuras se sont mesurées avec eux, comme Cayetano Sanz, Frascuelo, Lagartijo, Guerrita, Bombita, Mazzantini, Cástor Jaureguibeitia - neuf fois -, Joselito, Belmonte, Manolete…

A partir de la disparition de Manuel Rodríguez, les principales figuras de l’escalafón ont cessé de toréer les Miura, sauf ponctuellement pour accomplir quelques gestes, comme Paco Camino, qui le fit deux fois à Bilbao, ou Niño de la Capea et El Juli qui les ont pris une fois. Depuis eux, seuls les « segundones » qui ne peuvent pas faire autrement,  les ont estoqués ! Il suffit de se souvenir du cartel de 2017 avec Fortes, Román et Leal.

C’est Lagartijo qui les a pris le plus souvent à Bilbao, 14 fois, suivi de Tomás Campuzano qui les a toréés à 10 reprises. Au cours de neuf ferias, les Miura ont été estoqués en mano a mano, dont deux fois avec la participation de Tomás Campuzano, la seule encerrona face à cet élevage revenant à Juan José Padilla en août 2001.

Une seule fois, en 2007, il y eut deux lots de cette ganadería : à la Feria Txiki et lors des Corridas Generales. A quatre reprises, 1912, 1918, 1943 et 1960, il y eut une corrida et une novillada. En 1976, pour le LXXVIIe anniversaire de la Fundación de la Junta Administrativa, les Miura ont participé à une corrida concours, plusieurs fois à des corridas mixtes et une seule fois à une corrida de huit toros, servant de sobreros lors de cinq corridas.

miu04k

Entre 1935 et 1942, aucun Miura n’a été lidié à Bilbao, peut-être parce que, après la guerre civile, les toros disponibles n’étaient pas les plus adéquats pour la tradition des arènes, et non plus entre 1946 et 1958, pour désaccord entre l’éleveur et la Junta. En résumé, environ 500 toros ont été lidiés à Bilbao. En tout cas, la norme a toujours été de ne pas envoyer de toros si les éleveurs considéraient qu’ils n’avaient pas les caractéristiques correspondant à ce que leur prestige exigeait.

Dans les arènes de Bilbao, les toros de Miura ont réalisé un certain nombre d’exploits gravés en lettres d’or. On retiendra pour les plus récents le lot du 25 août 1963 qui prit un total de 23 piques ! Fermín Murillo coupa trois oreilles, ce qui a correspondu au plus grand triomphe de sa carrière.

Le 20 août 1972, les Corridas Generales ont été inuagurées avec un grand encierro de Miura, bien dans le type, cornalón avec du poder et de la noblesse, toréé par deux gladiateurs au goût de cette aficion : José Falcón et Ruiz Miguel.

Roberto Domínguez offrit aussi une leçon de toreo authentique lors de la feria 1976 face à l’agressivité de « Cachero » auquel il coupa deux oreilles.

En 1985, Miura envoya une autre lot important, très armé et brave sous le fer, ce qui n’a pas empêché les maestros de briller avec la muleta. Un colorado ojo de perdíz, « Carnicero », se mit particulièrement en évidence, notamment au cheval, où les subalternes durent le décoller en le tirant pas la queue. Le 29 août 1988, un autre Miura bien armé et encasté, « Forrajero » a été honoré de la vuelta après que Tomás Campuzano lui ait coupé les deux oreilles. La corrida avait été sérieuse et encastée. Deux exemplaires avaient été très vifs et à l’un d’entre eux, le maestro de Gerena avait réalisé une grande faena.

Depuis que l’on a des renseignements fiables, les toros de Miura ont été primés au moins trois fois par le Club Cocherito de Bilbao en tant que toro le plus brave. Et une fois, le Junta lui a décerné le prix du lot le plus complet des Corridas Generales. En outre, à sept reprises, les Miura ont été crédités de la vuelta posthume. Et ils ont seulement permis qu’on leur coupe 52 oreilles. Une chaque 10 toros…

miu04w

(Communiqué - Prensa Club Cocherito de Bilbao)

CASTAÑO

Javier Castaño, le torero qui a vaincu le cancer, retourne à Séville avec l’auteur du livre « l’Âme d’Acier » le 12 janvier à 20h30…

C’est le livre du triomphe de la vie, dans lequel est collectée la carrière du diestro Javier Castaño, un exemple de dépassement de soi d’un torero qui a vaincu le cancer durant l’hiver 2016 et qui a décidé de réapparaitre dans la Maestranza dix-neuf jours seulement après que les médecins aient diagnostiqué sa guérison pendant laquelle il venait de lutter durant quatre mois ! Un geste héroïque, inédit dans l’histoire du toreo. En cela, « Alma de Acero », écrit par Javier Lorenzo, est bien plus qu’un livre sur les toros, c’est un document qui reprend l’inlassable lutte d’un homme et d’un torero qui s’est forgé dans la plus absolue humilité. Un exemple de ne jamais se rendre face à l’adversité, pas plus dans une arène que dans la rue, avec le désir d’accomplir son rêve. Tout au long des 304 pages, avec une centaine de photos, avec le prologue de Barquerito et l’épilogue rédigé par El Viti, c’est une évidente histoire de dépassement qui transmet toutes les valeurs de la tauromachie et qui sert, en outre, de référence dans de nombreux aspects de la vie.

jc04w

Après de nombreuses présentations en Espagne, le livre est arrivé jusqu’à Séville et c’est précisément ici, dans la Maestranza, que s’est écrit le scénario avec la miurada historique du 17 avril 2016. L’acte présenté par le journaliste Emilio Trigo comptera sur la présence du torero et de l’auteur, mais aussi de Fernando Cepeda, qui interviendra. Il aura lieu le vendredi 12 janvier à 20h30, calle Murillo, 2, au Salón de Actos de la Caja Rural del Sur.

VANEGAS

mv04g

Afin de préparer au mieux son premier rendez-vous de l'année ce samedi à Peto (Yucatán-Mexique), Mano Vanegas a fréquenté plusieurs ganaderías pour y tienter quelques becerras, notamment celles de Victorino Martín et Prieto de la Cal, comme on peut le voir sur ces photos.

mv04f

En cette période de voeux, on lui souhaite bien sûr de commencer 2018 par un triomphe et plus globalement, d'en finir avec la malchance qui lui a joué quelques mauvais tours au cours de la dernière temporada...

mv04h

Suerte, Manolo !!!

mv21k1

SERRANO

ms04k

MALABAT

mal04k

PILAR POBLACIÓN

La ganadera Doña Pilar Población del Castillo est décédée ce mercredi à Salamanca.

pbc04k

Elle était la mère de l’actuel vice-président de l’UCTL Julio Pérez-Tabernero Población et de l’éleveur José Juan Pérez-Tabernero Población…

(Communiqué de l’UCTL)

LEÓN

Cartelazo avec notamment Sébastien…

león04k

CARTAGENA

C’est de plus en plus compliqué à Cartagena de Indias où le maire a tout fait pour empêcher les corridas de toros dans sa ville.

cart04k

Malgré tout, une course était programmée ce 6 janvier, mais au prétexte d’un manque de sécurité, elle vient d’être définitivement annulée. Bien dommage pour Andy Younes qui figurait au cartel…

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 

 am222 af