Mardi 21 Août 2018
Vincent Perez
Vendredi, 23 Février 2018

vp23wz

Avec le passage en piquée comme nouveau challenge…

Aux quatre coins de la planète taurine, l’époque est aux grandes manœuvres. Avec les bonnes intentions qui vont avec, une fois les batteries rechargées. Ça peut passer par des changements de tous ordres, sur le plan humain avec cuadrillas ou apoderados notamment, mais aussi de catégorie, ce qui en l’occurrence est le cas de Vincent Perez.

vp23a

Et c’est bien en cela qu’en ce qui le concerne, la prochaine temporada va être déterminante puisqu’elle va correspondre à son passage en novillada piquée, la première étant programmée lors de la Feria d’Istres, plus exactement le samedi 16 juin en matinée, aux côtés de son homonyme Cristian Pérez et d’Adrien Salenc, face à des novillos de Virgen María, la ganadería de Jean-Marie Raymond. Rencontré lors d’un entrainement particulièrement venteux aux Sonnailler, avec ses compañeros de l’Ecole Taurine d’Arles, Vincent est revenu sur ses débuts et m’a fait part de ses ambitions à l’orée de cette nouvelle étape…

vp23b

« Avec un papa razeteur et une maman qui a été Reine d’Arles, j’avais de quoi être imprégné de traditions camarguaises et de taureaux ! Mais paradoxalement, en ce qui  concerne les « bious », eh bien... pas du tout !!! Au contraire, les jours de courses, lorsque je voyais mon père partir aux arènes pour aller razeter, je me mettais dans des états pas possibles, j’avais de grosses crises d’angoisses, je pleurais tout ce que je savais et j’essayais de le retenir…car j’avais peur qu’il lui arrive quelque chose !!!

vp23d

Puis bien plus tard, vers quatorze ans, la passion de la corrida m’est venue après avoir vu ma première dans les arènes d’Arles. J’avais alors un peu grandi dans ma tête, dans ma famille on aimait bien les toros et j’ai vu qu’en s’entrainant, on pouvait les faire passer. Mais ce qui m’avait attiré le plus au début, c’était tout ce qui tournait autour du toro, qu’on pourrait résumer par l’ambiance : les costumes, la musique, les réactions de la foule… bref, tout ce que l’on peut ressentir dans les arènes et qui procure l’émotion.

vp23e

Je précise que si un côté de ma famille, par mon père, est d’Istres, je suis né à Arles et en tant qu’Arlésien, c’est là où on m’a inscrit à l’école taurine en 2012. J’avais alors quinze ans et c’était encore l’époque de Paquito et Auguste. J’ai fait ensuite ma première capéa sur la Place du Forum, j’ai beaucoup appris et ma première saison s’est plutôt bien passée.

vp23f

Plus tard, ils m’ont mis à la Monumental de Gimeaux pour tuer mon premier becerro. En 2016, j’ai fait ma première non piquée à Béziers où j’ai coupé une oreille à un eral de Robert Margé, puis j’en ai fait une quinzaine, notamment à Fourques, Mont de Marsan face à un Casanueva de vuelta, Châteaurenard avec un novillo de sa nouvelle rame à qui j’avais coupé deux oreilles, puis encore à Béziers, Arles et Boujan… Au total, une saison équilibrée avec 15 courses pour 15 oreilles !

vp23g

L’an dernier, pour suivre mon apprentissage en non  piquée, j’ai aussi quelques bons souvenirs, notamment à Tarascon où j’ai coupé une oreille à un novillo de Marie Sara, mais si je n’avais pas pinché à mon second, j’aurais pu triompher. J’ai ensuite eu de bons résultats en Espagne, mais la novillada qui m’a le plus marqué, c’est celle d’Istres avec les Fano pour les Fêtes où j’avais coupé deux oreilles. Enfin, j’ai aussi toréé celle d’Arles en septembre  où ça avait été plus compliqué face à des Yonnet et des Tardieu. Puis j’ai finalement terminé ma saison en Espagne, à Astudillo, où j’ai encore coupé une oreille.

vp23h

J’avais alors effectué deux temporadas en non piquée en coupant un certain nombre d’oreilles et en ayant progressé, c’est pourquoi on a alors décidé avec l’école taurine de se lancer dans l’échelon supérieur. Je vais devoir m’adapter, mais je m’entraine beaucoup pour le placement du toro, avec pas mal de marches arrière, de façon à le placer correctement, et quand je torée en privé, c’est là où j’essaie de juger par moi-même le dosage des piques. J’essaie de le juger à la cape et c’est en travaillant au maximum cette suerte que je peux progresser dans ce domaine.

vp23i

Il est clair aussi que le passage en piquée entraine des changements dans la gestion de la carrière puisque par définition, même si c’est en excellents termes, je vais devoir me séparer de l’école. En ce qui concerne ma scolarité, c’était un « deal parental » en mode « passe ton bac d’abord ! », et comme j’ai réussi, je vais pouvoir me consacrer plus tranquillement et exclusivement aux toros !

vp23j

Enfin, en ce qui concerne mon apoderamiento, c’est Diamante Negro qui va gérer ma carrière sur le plan artistique et la gestion des engagements, mais Charly et Auguste, qui mènent actuellement l’école taurine d’Arles, essaieront aussi de me donner un coup de mains.

vp23k

A propos de mon toreo, là où je me sens le plus à l’aise, c’est l’épée ! Ça peut paraitre paradoxal pour un novillero, mais c’est ainsi et la saison dernière, ça m’a permis de couper quelques oreilles… A l’inverse, ce que je dois encore plus travailler, c’est mon placement  avec la muleta où j’ai tendance à me mettre trop de face, ce qui bloque quelque peu mon geste au niveau des hanches alors qu’il faudrait que je lui donne plus d’amplitude en me positionnant un peu plus de trois quarts…

vp23l

Je tiens à remercier Bernard Marsella et Pascal Mailhan pour les opportunités qu’ils m’ont données en m’engageant respectivement à Istres et Tarascon, deux courses qui vont lancer ma saison et dont j’attends beaucoup. J’ai quitté l’école taurine de la ville qui m’a vu naitre et je vais débuter en piquée dans celle où j’ai des attaches familiales, tout ça est très fort émotivement parlant et je ne pouvais rêver meilleurs débuts. Pour le moment, je ne peux parler que de ces deux arènes, car même si par ailleurs, y compris en Espagne, il y a des négociations en cours, je ne peux pas en parler car ce sera d’abord aux empresas de le faire…

vp23m

Pour 2018, mon objectif sera d’abord de prendre du plaisir car si on est dans les toros, c’est bien pour ça, et aussi, bien entendu, de tout faire pour être à la hauteur chaque fois qu’on va m’offrir la possibilité de me produire dans un ruedo ! C’est une nouvelle étape qui commence pour moi, je vais continuer à m’entrainer le mieux possible. La non piquée est dernière moi, et je veux résolument aller de l’avant… »

vp23n

Aller de l’avant… C’est évidemment une intention très louable et ce ne sera certes pas le moindre intérêt de la novillada du Palio qui donnera le ton de sa temporada… Suerte, Vincent !

vp23o

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 

 sc222aff

 dax18tys aff

 arl25aff

nim18vend aff